S'abonner à Médias Ténois

Rétrospective 2021 : Réduction des services d’accouchements à Stanton

06 janvier 2022
L’hôpital territorial de Stanton à Yellowknife (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)

L’hôpital territorial de Stanton à Yellowknife (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)

2021.12.03

 Le gouvernement ténois a dû se défendre sur plusieurs fronts après avoir annoncé réduire les services obstétriques à l’Hôpital territorial Stanton, à cause d’un manque de personnel infirmier.

Les Ténois ont appris le 22 novembre 2021 que les services de travail et d’accouchement seront réduits à un service d’urgence seulement à l’Hôpital territorial Stanton, du 10 décembre au 21 février 2022. Quelque 90 femmes des Territoires du Nord-Ouest et une trentaine du Nunavut doivent ainsi se rendre à Edmonton avant ou pendant leur 37e semaine de grossesse et y passer entre trois et cinq semaines.

Peu après l’annonce, des voix se sont élevées pour dénoncer les conditions de travail des infirmières et le fait que les quatre postes de sagefemmes prévus pour Yellowknife étaient toujours vacants. Selon la présidente de l’Association de sagefemmes des Territoires du Nord-Ouest, Heather Heinrichs, si ces postes avaient été pourvus, ça « aurait contribué à renforcer les services existants ». La ministre de la Santé, Julie Green, est d’avis que ça n’aurait rien changé.

Cette réduction de service s’avèrera très couteuse aux contribuables. Selon Julie Green, il faut compter environ 12 500 $ par patiente (et son accompagnant) pour un séjour de 28 jours à Edmonton (vols et indemnités pour l’hébergement, transport et repas). Et ces frais n’incluent pas les couts des services hospitaliers en Alberta.

Voyager pour accoucher est déjà une réalité difficile pour beaucoup de femmes dans le Nord. Et cette réalité s’est imposée comme un cauchemar pour plusieurs femmes de Yellowknife et des environs de la capitale qui devaient accoucher à l’hôpital Stanton. Nombreuses ont exprimé leur grand désarroi sur les réseaux sociaux

 

À partir des articles de Marie-Soleil Desautels.

Commentaires de notre journaliste, Marie-Soleil Desautels :

Cette nouvelle a eu l’effet d’une bombe pour la population ténoise et a soulevé une vague de consternation. J’ai échangé avec des mamans touchées et la détresse était palpable ; j’étais empathique et bouleversée à m’imaginer vivre pareille situation. Se faire bousiller son plan de naissance ainsi est assurément cauchemardesque. Des groupes d’entraide et des collectes de fonds ont été organisés dès l’annonce, témoignant d’une grande solidarité.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.