S'abonner à Médias Ténois

Rapport d’étape : le GTNO aurait rempli le quart de ses engagements

La première ministre des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, engage son gouvernement à remplir la majorité des priorités qu’il s’est fixées d’ici la fin de son mandat, en 2023. (Crédit photo : Capture d’écran/Assemblée législative des TNO)

La première ministre des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, engage son gouvernement à remplir la majorité des priorités qu’il s’est fixées d’ici la fin de son mandat, en 2023. (Crédit photo : Capture d’écran/Assemblée législative des TNO)

Arrivée à mi-parcours de son mandat, la 19e Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest aurait atteint 23 % des engagements qu’elle s’est fixés à son entrée en fonction. La première ministre Caroline Cochrane a dévoilé le 23 février le deuxième rapport d’étape de son gouvernement, qui présente la liste des priorités qui ont été réalisées, qui sont en cours d’avancement, ou qui risquent d’être abandonnées.

Thomas Ethier
IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

« Malgré les défis qui s’imposent ici, chez nous, et à travers le monde en raison de la pandémie de COVID-19, notre gouvernement continue de faire des progrès par rapport aux engagements inclus à notre mandat. En fait, nous nous attendons à être en mesure d’atteindre la majorité de nos engagements d’ici la fin de la 19e Assemblée législative », a déclaré la première ministre en chambre.

Le gouvernement Cochrane a établi 22 priorités à atteindre au cours des quatre années de son mandat. Selon le rapport d’étape, 23,5 % des mesures incluses au mandat sont « entièrement déployée, ou bien de nature continue et en bonne voie ». En mars 2021, seulement 6 % des engagements étaient considérés comme tenus.

 

Plusieurs projets en cours

Selon le rapport, 65 % des engagements inclus au mandat sont en cours et devraient « être réalisés d’ici la fin du mandat de la 19e Assemblée législative, où les progrès se poursuivent, mais l’engagement est de nature continue ». La proportion de mesures qui n’ont pas encore été entreprises s’élève à 9 %, et 2 % des mesures incluses au mandat risquent de ne pas être respectées.

Au sein de la liste des accomplissements des deux dernières années, le GTNO souligne le renforcement des relations avec les gouvernements autochtones, notamment par un engagement dans des réunions régulières du Conseil des dirigeants des TNO et du Forum des partenaires en matière de traités modernes et d’autonomie gouvernementale.

Pour la prochaine année, le Gouvernement Cochrane s’engage à achever un plan de mise en œuvre aux Territoires du Nord-Ouest de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

2022 pourrait également être l’année du début de la mise en œuvre du plan d’action pour les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Sur le plan du soutien social et économique, le gouvernement s’engage notamment pour la prochaine année à élaborer une stratégie ténoise sur les personnes âgées et à élaborer un programme d’aide au revenu adapté aux personnes âgées et aux personnes handicapées. La prochaine année pourrait également marquer le début de la mise en œuvre du plan d’action contre l’itinérance du GTNO.

Déséquilibre fiscal

On souligne également la poursuite des travaux, entamés en 2019, pour réduire de 5 millions $ le déficit de financement des municipalités. Le budget 2022-2023 propose un montant additionnel de 922 000 $, le GTNO ayant ainsi atteint les 4,3 millions $. Selon les estimations, le manque à gagner total s’élevait à 40 millions $ à l’entrée en fonction du gouvernement Cochrane.

Nombre de dirigeants des collectivités et des municipalités ont décrié cet enjeu au cours des dernières années. La mairesse de Hay River, Kandis Jameson, a réitéré cette préoccupation à l’automne 2021, jugeant insuffisante la somme de 2 538 000 $ accordée par le GTNO en 2021. « Dans le cadre d’une récente rencontre de l’Association des communautés des TNO avec la première ministre, le plus important sujet de conversation aura été le manque à gagner en matière de financement aux municipalités », a-t-elle indiqué au conseil municipal.

Selon la députée de Monfwi, Jane Weyallon Armstrong, la collectivité de Behchoko` affiche un manque à gagner de 2 millions $ depuis sept ans. Cette dernière a déploré en chambre que la collectivité devra assumer à elle seule la réparation de conduites d’eau, estimée à 10 millions $, alors que plusieurs résidents ont été privés d’eau potable en février : « Comment le [GTNO] s’attend-t-il à ce que nos collectivités se développent, fonctionnent et parviennent à maintenir tous les services nécessaires, alors qu’elles font face à des pénuries chroniques ? »

Le ministre des Affaires municipales et communautaires, Shane Thompson, a indiqué que son ministère évalue présentement les besoins dans chaque collectivité. « Je reconnais qu’il y a un manque à gagner. Toutefois, ces déficits s’imposent à pratiquement tous les paliers de gouvernements, incluant le GTNO », a-t-il indiqué.

« Il n’est pas réaliste de s’attendre à ce que le gouvernement assume les couts de ce manque à gagner, étant donné l’économie actuelle et notre situation économique et fiscale », a ajouté le ministre, selon qui cet enjeu est une responsabilité de tous les paliers gouvernementaux. Le ministre a par ailleurs souligné qu’un transfert des terres a été accordé à certaines municipalités, dont Yellowknife, ce qui assurera un revenu additionnel.

 

Développement économique

L’imposant projet de construction de la route de la Vallée du Mackenzie, entre Wrigley et Norman Wells, en serait actuellement aux étapes d’évaluation environnementale et de processus règlementaire. Selon la ministre de l’Infrastructure, Diane Archie, ce processus devrait être complété en 2024.

La question a été soulevée en chambre par la députée de Thebacha, Frieda Martselos, qui déplore un manque d’information à ce sujet. Selon la ministre Archie, si les conditions sont en place, la construction pourrait débuter en 2026. Elle souligne toutefois que ce projet nécessitera une contribution financière « considérable » de la part du gouvernement fédéral.

En matière de développement économique et d’efforts environnementaux, la construction de l’usine de traitement du poisson à Hay River pourrait être terminée à l’automne 2022, et le projet de centrale hydroélectrique d’Inuvik devrait, quant à lui, être complété à l’hiver 2023. Le projet d’agrandissement de l’installation hydroélectrique de la rivière Taltson suivra son cours, tout comme le projet de construction du pont de la Grande rivière de l’Ours.

Le plan des installations de l’université polytechnique devrait être publié en 2022. L’ouverture officielle est prévue pour 2024.

Le GTNO compte entreprendre la construction de la nouvelle aérogare à l’aéroport d’Inuvik dans la prochaine année. D’importants travaux seront également entrepris aux aéroports de Fort Simpson et de Fort Smith.

Le rapport d’étape bilingue est consultable sur le site Web de l’Assemblée législative.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.