S'abonner à Médias Ténois

Quel accueil pour les réfugiés d’Ukraine dans les territoires ?

01 septembre 2022
La ville de Whitehorse a souligné la journée de l’indépendance de l’Ukraine le 24 aout 2022 lors d’une cérémonie devant la mairie. (Crédit photo : Nelly Guidici)

La ville de Whitehorse a souligné la journée de l’indépendance de l’Ukraine le 24 aout 2022 lors d’une cérémonie devant la mairie. (Crédit photo : Nelly Guidici)

Le 24 aout 2022, la ville de Whitehorse soulignait la journée de l’indépendance de l’Ukraine lors d’une cérémonie de lever de drapeau ukrainien devant une trentaine de personnes. Six mois jour pour jour après le début de l’offensive russe, des réfugiés ukrainiens quittent encore leur pays pour le Canada par l’intermédiaire d’un document appelé Autorisation de voyage d’urgence Canada-Ukraine (AVUCU) valable pour trois ans.

Les ressortissants ukrainiens qui sont présents en Europe se rendent au Yukon par un vol direct entre les aéroports de Francfort en Allemagne et de Whitehorse avec Air Condor de la compagnie aérienne Lufthansa. Ces vols sont en service pendant la saison estivale qui a débuté au mois de juin 2022 et jusqu’au 6 septembre 2022.

Le gouvernement du Yukon indique, dans un échange de courriels, que huit personnes de l’Ukraine se sont installées dans le territoire depuis le 1er juin 2022.

Tous les ressortissants ne s’installent pas pour autant dans le Nord et débarquent à l’aéroport de Whitehorse lors d’une escale avant de rejoindre les provinces de la Colombie-Britannique et de l’Alberta où, bien souvent, de la famille et des amis les attendent.

« Ces voyageurs sont titulaires d’un permis de travail ouvert de trois ans, ce qui signifie qu’ils sont libres de se déplacer vers d’autres régions du Canada et nous ne gardons aucune trace de leur choix de rester ou non », explique Damian Topps, responsable de la communication au sein du gouvernement du Yukon.

Le territoire du Yukon a accueilli une dizaine de personnes depuis le 1er juin 2022. (Crédit photo : Nelly Guidici)

Plusieurs services spécifiques ont été mis en place en partenariat avec le Centre multiculturel du Yukon (CMY). En plus de proposer des solutions d’hébergement temporaires et des services de traduction, le CMY fournit une trousse d’information et offre des cours d’anglais ou du soutien dans la recherche d’emploi pour les personnes qui décident de s’établir dans le Nord.

Auxs Territoires du Nord-Ouest, seulement deux familles se sont installées depuis le mois de mars 2022 et le gouvernement des TNO indique ne pas avoir d’information au-delà du juin 2022.

« Les Ukrainiens qui arrivent avec le document AVUCU n’ont pas à aviser le GTNO de leur arrivée sur le territoire et nous n’avons pas d’informations sur les arrivées futures », indique Katherine Barton, du ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.