Quel sourire ! : Portrait du Nord

19 janvier 2001
0 Commentaire(s)
Arrivée en juin 1999 après " un beau p'tit road trip " du Québec à Yellowknife, Hélène a d'abord fait du camping pendant près d'un mois. Elle était venue au Nord pour aller dans le Sud. " Je voulais amasser des sous pour aller dans le Sud, l'Amérique du Sud ! ", précise-t-elle. Finalement, un an et demi plus tard, elle habite toujours le Nord. " Tout le monde pense au Sud, mais personne ne pense au Nord. Pourtant, plus tu découvres le Nord, et plus tu veux en découvrir ", ajoute-elle. " Le Nord, c'est nourrissant ! "

Hélène apprécie particulièrement la tranquillité du Nord et le contact avec la terre. Elle mène une vie zen à l'ancienne dans son shack.. " Tu te trouves des talents de menuisier et tu apprends tout le temps !", souligne-t-elle. " C'est ma première petite maison ! "

Lorsqu'elle est arrivée dans celle-ci, tout était " en piteux état ", mais Hélène lui a vite donné du charme avec quelques couches de peinture et des tapis. Il ne restait qu'à isoler sa petite demeure en bois contre les grands froids. " L'hiver passé, le matin, je me disais un, deux, trois, GO, et je sautais du lit pour aller faire un feu dans le poêle à bois ! " Pourquoi se donner tant de " misère" ? " C'est du travail, mais j'aime ça. Tu coupes ton bois, dehors, pour ton chez-vous. Tu es dehors. C'est un choix de vie ! " Elle souligne qu'elle n'a pas de problèmes de tuyauterie ! Elle perce un trou dans le lac et apporte ses chaudières, et le lendemain, elle recommence. La toilette rustique, le sceau hygiénique, est installée à l'extérieur. " À -40šC, tu cours ", lance-t-elle en riant !

Bien sûr, c'est agréable de prendre un bon bain et de se réveiller sans faire de buée parce que la température a baissé pendant la nuit, mais Hélène aime cette vie près de la nature. " C'est drôle, je vis de cette manière et je suis en pleine ville ! ", s'exclame-t-elle. " Le mode de vie traditionnelle des cultures autochtones me rejoint à quelque part ", avoue Hélène, qui s'intéresse à l'histoire des nations autochtones.

La jeune femme de 22 ans a également apprivoisé le silence et la solitude. " Dans le fond, tu es seule toute ta vie. Tu apprends à vivre avec toi-même ", souligne-t-elle, ce qui ne l'empêche pas de rencontrer un tas de gens différents. " Ici, les gens sont ouverts, mais ils attendent de voir si tu comptes rester [au Nord]. Tu apprends à les connaître, et ensuite, ils te font confiance. C'est une bonne manière de procéder ", admet Hélène. " Souvent on veut tout savoir des gens, tout de suite, mais finalement, ça se fait tout seul. Tu peux pas débarquer chez les gens et dire : je veux te connaître ", ajoute-t-elle.

Hélène est l'une de ces personnes qui respirent la simplicité et le bonheur. Restera-t-elle un moment à Yellowknife ? " Ça, c'est la question ", répond celle qui souhaite voyager dans les petites communautés. Entre temps, elle continue son petit bonhomme de chemin et vit au jour le jour !
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages