S'abonner à Médias Ténois

Polaris ou le futur gelé d’un monde postapocalyptique

Polaris est présenté à l’ouverture du Festival international de films Fantasia qui se déroule du 14 juillet au 3 aout 2022 à Montréal. (Courtoisie Little Dipper Films Inc)

Polaris est présenté à l’ouverture du Festival international de films Fantasia qui se déroule du 14 juillet au 3 aout 2022 à Montréal. (Courtoisie Little Dipper Films Inc)

Polaris, écrit, coproduit et réalisé par Kirsten Carthew, est un conte dystopique dont l’action se déroule en 2144 dans un monde postapocalyptique où les personnages entièrement féminins survivent dans un territoire couvert de neige. Présenté en ouverture de la 26e édition du Festival international de films Fantasia qui se déroule du 14 juillet au 3 aout 2022 à Montréal, Polaris est le deuxième long-métrage de Kirsten Carthew. La réalisatrice des Territoires du Nord-Ouest estime que c’est un grand honneur de voir son film projeté en ouverture de ce festival. L’Aquilon s’est entretenu avec elle au sujet de son nouveau long-métrage.

 

 

L’Aquilon : Comment décririez-vous Polaris ?

 

Kirsten Carthew : La trame narrative de Polaris, c’est le résultat de notre échec collectif quant au changement climatique. Le film appelle le public à réfléchir à l’équilibre à atteindre entre progrès et dévastation.

Le film raconte l’histoire d’origine d’un monde devenu honteux qui se construit à partir des thèmes de la gestion de l’environnement et de l’horreur environnementale. Toute ma vie, j’ai fait la promotion des liens forts entre les personnes et la nature et de la gestion de l’environnement… Sumi [un des personnages principaux] possède une grande connaissance du territoire, c’est l’une de ses plus grandes forces. J’espère que la relation de Sumi avec la nature, en particulier son habileté à communiquer avec les arbres et ses sens accrus, incitera le public à réfléchir et à mieux se connecter avec son environnement.

A : Pourquoi avez-vous choisi une distribution entièrement féminine ?

KC : Dans le film, on ne voit pas d’hommes… donc on ne les connait pas. Une distribution entièrement féminine permet d’examiner la dynamique du pouvoir en dehors des rôles de genre qui divisent. Cela permet au public d’apprécier les dynamiques de pouvoir en tant que constructions socioculturelles. Par exemple, le groupe des Morads opère sur un modèle patriarcal de « la force est le droit », même s’ils s’identifient au genre féminin. La destruction, la dévastation et la domination du clan sont justifiées comme nécessaires à la survie. En revanche, les personnages principaux Sumi, Frozen Girl et Dee démontrent comment les individus peuvent réussir à contrer cette affirmation omniprésente du pouvoir. Polaris explore les tensions entre l’individu et le groupe, en particulier à travers une optique féminine, alors que chaque personnage apaise ou s’oppose à la construction sociale qu’elle est forcée de défendre.

A : Il n’y a pas de sous-titres dans Polaris. Quelle est la place du langage dans le film ?

KC : Sumi a une relation intime avec la nature et a des compétences de survie extraordinaires : elle peut parler avec les arbres et les animaux [elle a été élevée par un ours polaire], mais n’a pas encore appris à parler avec les gens. Les autres personnages parlent des langues fictives pour représenter cet écart de compréhension. Cela crée une expérience principalement non verbale qui est renforcée par l’absence de sous-titres. Mon intention est de placer le public dans ce monde [fictif] et d’encourager un type de visionnage de films en immersion, davantage basé sur l’empathie, l’intuition et l’universel.

A : Avez-vous rencontré des difficultés particulières lors du tournage ?

KC : Absolument ! Polaris a une portée ambitieuse : un film principalement non verbal tourné presque exclusivement à l’extérieur pendant l’hiver, au Yukon, avec une équipe pancanadienne, des animaux, des cascades et une logistique folle en relation avec la COVID. Donc, oui, il y a eu un certain nombre de défis !

 

Des costumes issus du recyclage

Leslie Leong est une artiste basée à Whitehorse. Elle a réalisé, avec l’aide de son fils Tynan Leong-Best, 21 armures et un casque en métal usagé qui ont nécessité 260 heures de travail. En collaboration avec la costumière Monika Onoszko qui a dessiné l’ensemble des costumes, Leslie Leong et son fils ont réussi le pari de donner vie à ces costumes, en recyclant des matériaux locaux (50 bidons d’essence usagés du Klondike) en un laps de temps très court. C’est la première fois que l’artiste travaille pour le cinéma. Elle retient de cette expérience la synergie qui s’est créée lors de la collaboration avec la costumière ainsi que la liberté créative qui lui a été offerte pendant tout le projet.

 

 

(Photo de droite) 260 heures ont été nécessaires à Tynan Leong-Best et Leslie Leong pour collecter le matériel recyclé et créer une partie des costumes du film Polaris.

 

(Photo de gauche) Leslie Leong, artiste basée à Whitehorse, a réalisé avec l’aide de son fils les costumes du film Polaris. Quelque 21 armures et un casque ont été créés à partir de matériaux recyclés.

(Courtoisie Leslie Leong)


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.