Quarantième AGA de la FFT : Pitre pour président

15 février 2019
Soraya Ellert, Jean-François Pitre, Édith Vachon-Raymond, Jacques-Benoît Roberge, Océane Coulaudoux et Catherine Barlow sont les nouveaux membres du conseil d'administration de la FFT. (Crédit photo : Denis Lord)

Soraya Ellert, Jean-François Pitre, Édith Vachon-Raymond, Jacques-Benoît Roberge, Océane Coulaudoux et Catherine Barlow sont les nouveaux membres du conseil d'administration de la FFT. (Crédit photo : Denis Lord)

Un seul membre individuel est élu au conseil d’administration.


La nouvelle formule d’adhésion hybride apporte peu de sang neuf à la Fédération franco-ténoise (FFT) alors que la seule membre individuelle à accéder au CA est l’ancienne présidente de l’organisme, Catherine Barlow, à qui succède Jean-François Pitre.


L’assemblée générale annuelle de la FFT avait lieu le 9 février au Château Nova de Yellowknife.


M. Pitre dit avoir été sollicité de part et d’autre depuis six mois pour se présenter. Propriétaire d’une firme de production audiovisuelle, il possède plus d’une vingtaine d’année d’expérience et d’engagement dans la francophonie ténoise, dont il est une figure proéminente.


Avant l’élection, il cumulait déjà plusieurs mandats au sein des conseils d’administration franco-ténois actuels, soit au Collège nordique, au Conseil de développement économique des TNO, à la FFT, à l’Association franco-culturelle de Yellowknife (AFCY), à L’Aquilon et à la Société Radio Taïga.


« Il y a des postes où il reste trois mois, six mois à faire, précise le nouveau président. J’aimerais finir ces termes parce qu’il y a des choses que j’ai commencées, comme l’évaluation de certains directeurs généraux. »
Il pourrait éventuellement abandonner les CA où il lui reste plus de temps à faire.


« Mais j’ai dit aux gens qu’il va falloir commencer à parrainer quelqu’un, ajoute Jean-François Pitre, parce que ce n’est pas correct non plus que ce soit toujours les mêmes. »


Dans certains CA, mentionne-t-il, à cause de la longévité de son implication, il a atteint le seuil d’inéligibilité à la présidence.


Jean-François Pitre a été élu par acclamation, tout comme Jacques-Benoît Roberge (AFCY), Océane Coulaudoux (Association des parents ayants droit de Yellowknife), Soraya Ellert (Association franco-culturelle de Hay River), Catherine Barlow (individuelle) et Édith Vachon-Raymond (individuelle, membre du CA de l’AFCHR).


Les fonctions de ces administrateurs seront déterminées ultérieurement.


Membres individuels

L’appel aux membres individuels aurait pu répondre aux vœux de Jean-François Pitre de mieux diversifier les engagements.


La campagne de recrutement les visant a été menée sur Facebook et, de dire la directrice générale de la FFT, Linda Bussey, par le bouche-à-oreille. Une vingtaine de membres ont été recrutés, soit un peu plus de 1 % de la population francophone ténoise. Une dizaine d’entre eux étaient présents à l’AGA.


Trois sièges du CA étaient réservés aux membres individuels et la présidence leur était aussi ouverte.


Lorsque les membres individuels qui ont été proposés pour occuper ces sièges se sont désistés, ceux-ci ont été ouverts à l’ensemble des membres et attribués à Édith Vachon-Raymond, qui est membre individuelle tout en faisant partie du CA de l’Association franco-culturelle de Hay River, et à Catherine Barlow.


Personne n’a remis en question la légitimité de pouvoir être à la fois membre individuel et membre d’un CA d’un organisme fédéré à la FFT.


Un nouveau membre individuel a accepté le siège de représentant d’Inuvik, mais a dû se désister en raison d’un conflit d’intérêts. Ce siège est toujours à combler.

À développer
En marge de la plénière, deux membres individuels ont loué le travail de la FFT dans ce dossier.


« C’est une manière de prendre en compte les idées et besoins des gens qui ne sont pas dans le corps associatif, analyse Oscar Aguirre. C’est intéressant, mais il aurait fallu qu’ils travaillent plus la connexion régionale. »


Quant à lui, Grégoire Blais-Dufour, avance que « la FFT a fait un bon travail pour faire de la place à des membres individuels ».


Il ajoute qu’il est content que Hay River ait obtenu un second siège.

Linda Bussey s’est déclarée satisfaite du nombre d’adhésions et de la participation des membres individuels tout en affirmant désirer poursuivre l’enrôlement. La FFT vise 100 membres individuels à une échéance non déterminée.


« C’est dans nos priorités d’aller sur le terrain en région pour recruter », a-t-elle assuré.


M. Pitre fait une analyse similaire de la situation.


« J’étais sceptique au départ, concède-t-il. J’ai vécu les années difficiles de la FFT et je voyais peut-être les choses trop en noir. Tu peux avoir une gang qui rentre et prend le contrôle. Mais ça a été super bien et c’est pas mal réparti par communauté, comme c’était avant. »


Le nouveau président souligne qu’il n’est pas si courant qu’un organisme francophone puisse combler d’un seul coup les sièges de son conseil d’administration.


Concernant le nombre de membres individuels, il ajoute : « Je sais qu’il faut aller en chercher plus, mais où ? C’est un bon début ».

Tables nationales
Par ailleurs, Jacques Lamarche a été reconduit comme représentant de la FFT à la Commission nationale des parents francophones. Roxanne Valade sera à la Société santé en français; Édith Vachon-Raymond à la Fédération des communautés francophones et acadiennes; Marie-Christine Aubrey à la Fédération des ainés et ainées francophones et acadiennes; Anusha Sivakumar à la Fédération de la jeunesse canadienne-française et Lisa Berthier à la Fédération culturelle canadienne-française.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages