S'abonner à Médias Ténois

Petit conte urbain

21 juin 2002
0 Commentaire(s)
Abonnement
Il était une fois, dans le Grand Nord canadien, une petite communauté francophone qui se débattait et qui se battait pour survivre. La communauté devait faire des efforts pour obtenir tout ce qu’elle avait. Jamais, on lui arrivait avec les choses toutes cuites dans la bouche. La communauté voulait des organismes. Qu’elle se débrouille pour trouver de l’argent pour se regrouper. La communauté voulait une autre association, à elle de se battre pour obtenir le financement pour réussir à peine à survivre. La communauté voulait une école. Qu’elle trouve un espace, assez d’argent et surtout, qu’elle trouve assez d’enfants. La communauté n’a pas assez d’enfants. Qu’elle s’arrange pour embaucher un directeur d’école qui ne se contentera pas de diriger, mais qui a suffisamment d’enfants pour atteindre le ratio désiré. La communauté veut du théâtre en français? À elle de trouver de l’agent, des acteurs et actrices, des metteurs en scène. Quand on désire tellement quelque chose, on s’arrange bien pour l’avoir.

La communauté était donc habituée de se battre pour tout ce qu’elle avait. Elle était tellement habituée de se battre, que vint un temps où elle ne savait plus contre qui ou contre quoi se battre. Il fallait se battre, c’est tout. Peut importe qui est devant vous, il faut le pourfendre et gagner à tout prix. Il faut faire feu de tout bois; peu importe donc qui est devant, ennemi ou ami, il faut se battre.

Et ce qui devait arriver arriva. La petite communauté commença à s’entre-déchirer, à qui mieux mieux, comme une meute de loups affamés. Les coups de dents et les coups de gueule se mirent à se manifester. Les gens tombaient comme des mouches. Sitôt la première rangée décimée, d’autres personnes s’avançaient pour poursuivre le combat et remporter une bataille contre des amis, maintenant devenus l’ennemi. Les plus faibles tombaient les premiers, les plus forts faisaient l’objet d’une bataille rangée, jusqu’à ce qu’ils tombent à leur tour. Et ça tombait, et ça tombait...jusqu’à ce que le combat se termine...faute de combattants.

Trop de gens avaient péri en cours de route. Quand vint le moment de tout reconstruire, il ne restait plus que les enfants qui ne pouvaient porter seuls le poids du monde sur leurs pauvres petites épaules. Comment reconstruire ce qui avait d’abord été érigé avec tant d’ardeur, pour être par la suite détruit avec tant de haine et d’aveuglement?

Tout doucement, avec lenteur, les choses se remirent en branle, avec les enfants en première ligne, vers une reconstruction remplie d’espoir et bourrée de promesses. Tout doucement, les amitiés recommencèrent à se créer, ici et là, et la paix et l’harmonie se remirent à régner. Pour combien de temps? Là n’est pas l’objet de mon propos. Peu importe pendant combien de temps! L’important, c’est de reconstruire. Plus tard, on verra. Et on en est là.

genevharvey@yahoo.com