Pêche commerciale : attrayant pour la jeune génération??

La Coopérative Tu Cho et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest souhaitent revitaliser la pêche commerciale dans le Grand lac des Esclaves. (Crédit photo : Nelly Guidici)

La Coopérative Tu Cho et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest souhaitent revitaliser la pêche commerciale dans le Grand lac des Esclaves. (Crédit photo : Nelly Guidici)

En 1957, alors que la pêche industrielle était l’un des piliers de l’économie aux Territoires du Nord-Ouest, plus de 2 000 tonnes de poissons étaient pêchées. Puis, progressivement, ce volume a diminué pour atteindre 700 tonnes à la fin des années 1960.

Aujourd’hui, malgré des quotas s’élevant à 1 500 tonnes, le volume de poissons pêchés en 2013-2014 ne dépassait pas les cinq tonnes.

Le vieillissement de la population de pêcheurs, la vétusté des bateaux et des équipements ainsi qu’une compétition accrue sur le marché sont quelques-unes des raisons de ce déclin.
Pourtant, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest entrevoit un potentiel de relance économique. En effet, l’abondance naturelle des poissons dans le Grand lac des Esclaves serait une occasion de rétablir une industrie affaiblie.

Partenariat avec la Coopérative Tu Cho
Un protocole d’entente dont l’ambition est d’améliorer les rendements de pêche a été signé le 21 juillet 2020 par l'ex-ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, Katrina Nokleby, et par Cameron Beaverbones de la coopérative Tu Cho.

« Avec les investissements et l’approche appropriés, nous croyons que l’industrie de la pêche commerciale peut être restaurée pour en faire un secteur dynamique et prospère comme elle l'était autrefois », indique la ministre Nokleby.
L’idée de relancer la pêche commerciale ne date pourtant pas d’hier. En mars 2017, le gouvernement avait rendu public un rapport appelé Stratégie de revitalisation de la pêche commerciale du Grand lac des Esclaves, et qui répertorie sept axes sur lesquels la stratégie se concentre, comme l’accès aux marchés d’exportation ou encore la relance des pêcheries éloignées et hivernales. Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest reconnait cependant que les défis à relever sont nombreux et qu’il faudra du temps et des investissements.

Du temps, il en faut pour ce projet qui a pris du retard. La construction d’une usine de transformation et d’emballage de poisson à Hay River a été repoussée d’une année.

« Le cout de construction était plus élevé que prévu et nous avons dû repenser le projet et concevoir une usine plus petite », précise le gestionnaire des affaires publiques et des communications au ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, Drew Williams.

L’usine qui devrait être en exploitation l’année prochaine permettra de conditionner plus de 680 tonnes de poissons et ainsi générer des emplois dans la collectivité de Hay River.

« Nous espérons que les jeunes seront attirés par une carrière dans la pêche, car de nombreux pêcheurs sont proches de l’âge de la retraite », pense le gestionnaire.

Dans cette optique, le gouvernement prévoit de créer des programmes de formation à l’intention des jeunes pêcheurs et des mesures d’encouragement pour inciter les pêcheurs à transférer leurs opérations sur le Grand lac des Esclaves seront mises en place.

Développer l’intérêt des jeunes générations
L’idée parait simple, mais des interrogations demeurent. Kristine Wray est étudiante à l’Université de l’Alberta et ses recherches dans le cadre d’une thèse en sociologie environnementale l’ont guidée vers l’étude des interactions entre les instances gouvernementales et les Premières Nations. L’idée de construire une usine dans ce secteur n’est pas nouvelle et « a toujours été une option pour faire face au déclin de la pêche commerciale », indique-t-elle. Mais plutôt que de considérer les infrastructures et les ressources naturelles du lac, elle estime que la question qui mérite d’être posée concerne les ressources humaines.

«  Est-ce qu’il y a assez de pêcheurs et de jeunes qui souhaitent s’investir dans cette industrie ? », se demande-t-elle. Alors que la population actuelle des pêcheurs du lac est vieillissante, la question de l’attractivité de cette profession chez les jeunes générations mérite d’être soulevée.

Se lancer dans une carrière de pêcheur n’est pas aisé. Le métier est exigeant physiquement et un capital de base est nécessaire pour l’achat et l’entretien d’un bateau et de filets.

« Comment attirer les jeunes dans l’industrie de la pêche lorsqu’ils peuvent obtenir un emploi dans une mine et gagner bien mieux leur vie dans ce secteur ? », demande la chercheuse. La question reste en suspens.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561