Courrier de la lectrice : Patiente francophone à Yellowknife

20 décembre 2019

Je ne parle pas bien anglais. J’habite à Yellowknife depuis 22 ans. Ma vie familiale et ma vie personnelle sont entièrement en français. Cela peut sembler étrange, mais il y a toujours quelqu’un qui me comprend quand je vais au magasin ou au restaurant. En fait, près de 1 personne sur 5 à Yellowknife peut parler français, et ça se voit. Au cours des deux dernières décennies, j’ai été témoin des améliorations apportées par les gouvernements fédéral et territorial pour offrir des services en français aux citoyens.

Maintenant, je n’ai pratiquement aucune difficulté à obtenir des services dans ma langue maternelle lorsque je fais affaire avec la plupart des institutions gouvernementales. Cependant, il y a une exception. Un ministère territorial ne semble pas se soucier de ses clients francophones à Yellowknife. Où il est difficile d’obtenir des services en français auprès des réceptionnistes, où de nombreux employés ignorent constamment la note « Francophone » dans les dossiers des patients et où leur dignité est souillée. C’est le ministère de la Santé du GTNO.

Les situations malaisantes ne sont pas rares, elles sont fréquentes lorsqu’on veut des services de santé en français. De nombreux facilitateurs linguistiques ne semblent pas correctement préparés à travailler dans le domaine médical, les infirmières ne connaissent souvent même pas leurs obligations linguistiques de fournir des soins aux patients dans la langue de leur choix. Un médecin est même allé jusqu’à me dire que j’allais devoir gérer par moi-même ce qui allait m’être dit en anglais. Année après année, j’obtiens mes résultats de mammographie en anglais. Je dois le signaler à chaque fois. Et, année après année, ils me sont renvoyés en français.

Ces situations compromettent mon bienêtre et ma sécurité. Le stress que tout cela engendre a eu un impact négatif sur ma santé. Je suis traité comme une citoyenne de classe inférieure tout le temps. Il est pratiquement impossible d’avoir des appels en français pour planifier mes rendez­vous. Même si, dans mon dossier, il est indiqué que je ne comprends pas l’anglais et qu’une des coordonnatrices des services en français a récemment indiqué à ses collègues que les appels m’étant destinés devraient lui être transférés pour qu’elle puisse m’appeler. Toutefois, je reçois encore tous mes appels en anglais et j’ai manqué quelques rendez-vous importants à cause de cela.

J’ai soumis plusieurs plaintes à ce sujet aux cliniques, à l’hôpital, au ministère de la Santé, mais rien n’a changé pour moi. Je suis même allé au Commissariat aux langues des TNO. À ma grande surprise, j’ai découvert qu’aucun de leurs employés n’était bilingue. J’ai eu du mal à leur faire comprendre mes expériences. Et, malheureusement, à ce stade, il n’y a eu aucun progrès.

Ainsi, ayant épuisé toutes mes options, je partage mon expérience à la communauté. À mon avis, la plupart des institutions fédérales et territoriales font du bon travail pour servir la population francophone de nos jours. Alors pourquoi est-ce que le ministère avec lequel je fais le plus affaire et avec lequel j’aurai le plus contact en vieillissant est celui qui offre les pires services en français à Yellowknife.

J’espère que cela met en lumière les défis auxquels sont confrontés les patients non anglophones en matière de services en français. Espérons que le nouveau conseil des ministres du GTNO prendra des mesures pour corriger ce qui ne va pas au ministère de la Santé en ce qui concerne la mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles.

Suzanne Houde


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages