Palmarès des 10 personnalités influentes de la francophonie canadienne 2020

2020 n’est décidément pas une année comme les autres ! Le Palmarès 2020 des personnalités influentes de la francophonie canadienne de Francopresse n’y fait pas exception. Même si la pandémie a parfois été un argument pour malmener les services offerts en français, elle a aussi fait sortir de l’ombre des gens qui ont à cœur la francophonie canadienne.
Et, pour la première fois de l’histoire du Palmarès, quatre francophiles s’y sont taillé une place.

Vous reconnaitrez le nom de certains lauréats qui ont marqué l’actualité nationale ou de votre province au cours des 12 derniers mois. Mais vous apprendrez à faire connaissance aussi avec des francophones et des francophiles qui font preuve d’un engagement continu dans leur milieu, que ce soit à l’échelle provinciale ou locale. La francophonie canadienne se vit à échelle humaine et le Palmarès de cette année en est le reflet.

Francophiles, vous dites ?

Vous aurez sans doute remarqué le terme francophile dans le paragraphe précédent. Cette année, pour la première fois depuis le tout premier palmarès en 2015, on y retrouve quatre francophiles. Des gens qui, sans y être forcés, ont manifesté leur respect et leur engagement envers la francophonie. Quelles conclusions en tirer ? Nous laisserons les sociologues et les observateurs se prononcer sur la question. Mais pour le moment, permettons-nous de nous en réjouir.

Une francophonie à échelle humaine

Nous prenons le travail de sélection des personnalités très au sérieux. Nous pourrions tomber dans la facilité et nous contenter de choisir celles et ceux qui ont eu un impact sur la francophonie à l’échelle nationale. Mais la langue et la culture se vivent à échelle humaine dans les actions quotidiennes et dans l’engagement.

C’est pour cette raison que comme chaque année, nous avons fait appel à nos partenaires pour ratisser le territoire et dénicher les candidats qui ont eu une influence positive sur la francophonie de leur milieu. Cette année encore, les journalistes des journaux membres de l’Association de la presse francophone (APF), de l’Alliance des radios communautaires du Canada (ARC du Canada) et d’ONfr+ ont participé au processus de nomination. Les candidatures sont ensuite soumises à un jury composé de journalistes de la francophonie canadienne. Les résultats compilés sont ensuite audités par une firme de vérification comptable.

 

Les personnalités 2020

 

Jean-Sébastien Blais (Yukon) — Éducation/Communautaire

Après plus de 10 ans devant les tribunaux, la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY), sous la présidence de Jean-Sébastien Blais, a obtenu la pleine gestion scolaire de l’éducation en français langue première du territoire en avril dernier. Les efforts de M. Blais ont aussi contribué à l’ouverture du Centre scolaire secondaire communautaire Paul-Émile-Mercier qui a accueilli plus de 80 nouveaux élèves de la 7e à la 12e année en novembre dernier. Jean-Sébastien Blais est aussi 2e vice-président de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF).

Jean-Sébastien Blais, président de la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY) (Courtoisie).

 

 

Dre Heather Morrison (Île-du-Prince-Édouard) – Santé

Dès les premiers jours de la pandémie, la médecin-hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard, la Dre Heather Morrison, a répondu aux questions des médias francophones sans hésiter. Elle a par la suite pris les devants en livrant systématiquement son message quotidien en conférence de presse dans les deux langues. Un choix qui est une nécessité sanitaire, selon elle, afin d’assurer une meilleure compréhension des enjeux chez les francophones. Le Réseau Santé en français Î.-P.-É. a d’ailleurs reconnu ses efforts en lui remettant le prix honorifique Étoile Santé pour souligner son travail exceptionnel et sa contribution aux services de santé en français de la province.

Heather Morrison, médecin-hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard. (Crédit photo : Laurent Rigaux)

 

 

Michel Doucet (Nouveau-Brunswick) — Droit

Michel Doucet est un juriste acadien du Nouveau-Brunswick. Avocat et professeur émérite à la Faculté de droit à l’Université de Moncton, il a consacré sa carrière à la défense des droits linguistiques des Acadiens et des francophones ailleurs au pays. Bien qu’il ne défende plus de cause, il milite activement pour les droits francophones et acadiens sur les médias sociaux. Il est LA référence en droit linguistique auprès des médias acadiens. Il a été nommé membre de l’Ordre du Canada par la Gouverneure générale en 2020 pour avoir consacré sa vie à faire respecter le français comme langue officielle et pour sa défense des droits linguistiques.

Michel Doucet, avocat et professeur émérite à la Faculté de droit à l’Université de Moncton. (Courtoisie)

 

Xavier Gould (Nouveau-Brunswick) — Arts et culture

Xavier Gould pratique l’art du drag depuis 2017. Iel fait la promotion de cet art auprès des francophones et Acadiens du Nouveau-Brunswick. Iel a participé cette année à la série documentaire de la CBC Canada’s A Drag en tant que dragqueen francophone. Xavier écrit actuellement une pièce de théâtre queer acadienne, Déportes-moi : le Disco Queer acadien, qui vise à rassembler les voix de la communauté LGBTQ2+ et des francophones de l’Acadie.

Xavier Gould, artiste et autrice de théâtre néobrunswickois. (Courtoisie)

 

 

Linda Cardinal (Ontario) — Recherche universitaire/Francophonie

Chargée de mission pour le développement de la recherche à l’Université de l’Ontario français et professeure titulaire à l’Université d’Ottawa, Linda Cardinal contribue à la vitalité des communautés francophones en Ontario et au Canada par ses recherches sur la francophonie canadienne. Depuis septembre 2020, elle est la directrice régionale des Amériques au sein de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). En 2020, elle a reçu la médaille l’Ordre de la Pléiade de 2020.

Linda Cardinal, chargée de mission pour le développement de la recherche à l’Université de l’Ontario français et professeure titulaire à l’Université d’Ottawa. (Courtoisie)

 

 

Annamie Paul (Ontario/National) — Politique

Annamie Paul a été élue cheffe du Parti vert du Canada en octobre 2020. L’avocate torontoise bilingue et francophile permet au parti de mieux se positionner auprès des francophones. Annamie Paul a marqué l’histoire canadienne en étant la première femme noire et la première femme de confession juive à être élue cheffe d’un grand parti fédéral au Canada.

Annamie Paul, cheffe du Parti vert du Canada. (Crédit photo : Rebecca Wood)

 

 

Ronald Cormier (Nouveau-Brunswick) — Communautaire

Ronald Cormier, mieux connu sous le nom de Pépère Boite à lunch, est un marathonien sexagénaire qui court pour la bonne cause. Depuis 2016, il participe à des marathons pour amasser des fonds pour, entre autres, offrir des repas santé aux élèves de la région du sud-est du Nouveau-Brunswick. Cette année, l’organisme Pépère Boite à lunch a été désigné organisme de bienfaisance par l’Agence du revenu du Canada. Depuis 2016, Ron Cormier a récolté plus de 50 000 $ pour appuyer les plus démunis de sa région.

Ronald Cormier, connu pour son engagement communautaire sous le nom de Pépère Boite à lunch. (Crédit photo : Rachelle Richard-Leger photographe)

 

 

Sheila Risbud (Alberta) — Éducation/Francophonie

À peine élue présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), Sheila Risbud a dû mener de front la sauvegarde de l’autonomie du Campus Saint-Jean menacée par les compressions budgétaires de la province. La campagne Sauvons Saint-Jean lancée par son organisme au printemps 2020 a mobilisé les acteurs politiques et communautaires de partout au pays pour sauver le seul établissement postsecondaire de langue française en Alberta. Sheila Risbud a aussi piloté le dossier de restructuration au journal Le Franco.

Sheila Risbud, présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA). (Courtoisie)

 

 

Brendan Hanley (Yukon) — Santé

Avant 2020 déjà, le médecin-hygiéniste en chef du Yukon, Dr Brendan Hanley montrait une voie où la langue française était reconnue dans les services de santé. Il siège au comité superviseur du Partenariat communauté en santé de la province. Son influence dans son domaine est indéniable. Lors des points presse du Yukon, il est souvent le seul à s’exprimer en français, démontrant ainsi sa conviction qu’il est essentiel de comprendre les enjeux sanitaires dans sa propre langue.

Alistair Maitland, Gouvernement du Yukon : Brendan Hanley, médecin-hygiéniste en chef du Yukon. (Crédit photo : Alistair Maitland, Gouvernement du Yukon)

 

 

Natalia Kusendova (Ontario) — Politique

La députée conservatrice de la circonscription Mississauga Centre, en Ontario, Natalia Kusendova, a piloté le projet de loi 182 qui a fait du drapeau franco-ontarien l’un des huit emblèmes officiels de la province. Fin novembre 2020, le premier ministre Doug Ford l’a promue au poste d’adjointe parlementaire de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney. Cette infirmière de formation a appuyé les travailleurs de la santé au début de la pandémie en reprenant du service à l’hôpital général d’Etobicoke.

Natalia Kusendova, députée de la circonscription Mississauga Centre, en Ontario. (Crédit photo : ONfr+)


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561