S'abonner à Médias Ténois

Old Town Ramble and Ride : au cœur du vieux Yellowknife

Le festival se tiendra le weekend du 29 au 31 juillet, dans le vieux Yellowknife (Crédit photo : Cristiano Pereira)

Le festival se tiendra le weekend du 29 au 31 juillet, dans le vieux Yellowknife (Crédit photo : Cristiano Pereira)

Du 29 au 31 juillet, des musiciens, des artistes et des cyclistes masqués se promèneront dans le vieux Yellowknife.
Il s’agit du festival Old Town Ramble and Ride et on y célèbre les arts de la communauté.

Le festival Old Town Ramble and Ride veut s’affirmer une fois de plus comme une célébration du cœur de Yellowknife et de l’esprit de la vieille ville. Ce weekend, pendant trois jours, les gens pourront se promener dans les rues, visitant les kiosques d’art, de bricolage, les ateliers ou encore les espaces pour enfants, le tout accompagné de beaucoup de musique en plein air.

Presque tout le quartier se mobilise. « C’est une sorte de fête communautaire familiale et une façon pour la communauté de se rassembler et de profiter de ce que Yellowknife a à offrir », explique Rosalind Mercredi, l’une des stratèges de l’initiative qui s’y déroule depuis seize ans.

La propriétaire de la galerie Down To Earth considère que la vieille ville est « le cœur de Yellowknife, où tout a commencé » et souligne que la programmation est à l’image des gens qui y vivent. « C’est un éclectique mélange de différents types de personnes et d’entreprises, ajoute-t-elle. Il y a un mélange d’artistes et d’entrepreneurs. »

La participation communautaire est également soulignée par Reegan Junkind, l’une des coordonnatrices du festival : « On peut dire que ce sont tous des artistes, parce qu’ils concentrent leur âme sur les arts et la culture de Yellowknife. »

La programmation est variée. Le départ a lieu ce vendredi, à 18 h 30, à la galerie Down To Earth, avec de la musique folk de Ryan McCord, de la violoniste Andrea Bettger et de la formation The Kaws. Mais c’est le samedi que cela devient encore plus animé.

Le matin, à 9 h 30, la culture du transport écologique est célébrée avec le Kick Off Bike Rally. Les cyclistes de tous âges sont invités à se diriger vers le parc de Latham Island. Tout moyen de transport actif est bienvenu : tricycles, trottinettes, planches à roulettes, poussettes, et même remorques. Le plan est que tout le monde se masque et que son véhicule soit décoré. Il y aura toutes sortes de décoration, pour adultes et pour enfants.

Quelques instants plus tard, tout le monde partira, ensemble, en peloton multicolore, pour un tourdes rues Otto et Morrisson, entrant par la vieille ville et finissant à la boutique Old Town Bikeworks. Un raccourci est prévu pour les plus petits qui peuvent avoir besoin d’un peu plus de temps – et de moins de distance – pour se rendre à l’emplacement final. Là, les masques les plus créatifs seront récompensés avec des prix.

Au même moment, au Carrefour culturel de Yellowknife, l’ouverture du festival est lancée avec les Dénés Yellowknives et la cérémonie d’alimentation du feu avec Aleisha Betsina et les tambours traditionnels de Paul Betsina, Gordie Liske et Randy Baillargeon. Le même lieu accueillera les chants de gorge de Tanya Snow avec une cérémonie d’allumage du qulliq, ou encore de la lecture de poésie en trois langues (français, espagnol, anglais) avec Amber O’Reilly, entre autres.

La musique occupe une part importante de la programmation, avec des prestations dans neuf espaces différents, presque tous à l’extérieur. Les musiciens sont nombreux, et parmi eux figurent Munya Mataruse, Steve Lacey, Flora and the Fireweeds, Priscilla’s Revenge, Andrew Shedden ou encore Benji Straker. Tous les concerts sont gratuits.

Les passionnés de l’architecture de la vieille ville pourront participer à une visite guidée avec l’arcitecte Wayne Guy et partir explorer l’urbanisme unique du quartier. C’est samedi, à 11 h, et c’est gratuit.

Non moins intéressante peut-être, l’exposition Trash Formation avec des œuvres d’art qui ont été créées et recyclées à partir de déchets et qui seront exposées à plusieurs endroits.

À l’ancienne quincaillerie Johnson’s Building Supplies, Diane Boudreau coordonnera une peinture publique, où le public est mis au défi de peindre une forme de bois découpée qui sera exposée dans la vieille ville.

Le festival propose également plusieurs ateliers. On peut aussi bien apprendre à danser le cha cha au Carrefour culturel, qu’à peindre à Old Town Glass Works.

Les plus jeunes ne sont pas oubliés. Il y aura une zone enfants avec deux châteaux gonflables, des concours de coloriage, un magicien avec des ballons, un atelier de maquillage, du yoga ou encore des contes pour enfants en français avec Elizabeth Monroe. Il y aura aussi un concert des Bernabe Brothers and Sister, un groupe de musiciens âgés de 3 à 8 ans, jouant du ukulélé, du piano et de la guitare.

Le marché de rue sur McDonald Drive, qui comptera plus de 35 kiosques, sera également ouvert aux visites. Des espaces comme le Wildcat Cafe, le Bullock’s Bistro, le Sundog Trading Post et la Brasserie NWT auront des campagnes de rabais, des animations ou des spécialités préparées pour le festival.

Pour stimuler la circulation du public un peu partout, Reegan Junkind indique que les visiteurs pourront demander un passeport Old Town à faire tamponner par douze entreprises différentes. « Tu vas partout pour collecter les timbres, détaille la coordonnatrice. Si tu en collectes douze, tu auras l’occasion de gagner près de 1000 $ en chèque cadeau d’entreprises locales. »

« C’est une célébration de l’été, mais aussi de la vieille ville elle-même, il y a un peu de tout », déclare Rosalind Mercredi, avant d’inviter toute la ville à assister au festival. « Il n’y a pas de frais d’entrée et il y a beaucoup de choses gratuites. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.