Articles de l'Arctique, 28 mai 2021 : Océan Arctique : la contamination au mercure a doublé en 10 ans

Une étude révèle que les narvals sont exposés à des niveaux 
de plus en plus élevés de mercure. (Crédit photo : Rune Dietz, Aarhus University)

Une étude révèle que les narvals sont exposés à des niveaux de plus en plus élevés de mercure. (Crédit photo : Rune Dietz, Aarhus University)

L’étude des défenses de narval permet de mesurer la présence de mercure qui contamine la chaine alimentaire arctique.

Les niveaux de mercure présents dans les défenses de narval augmentent. C’est ce que révèlent les résultats d’une étude publiée dans la revue académique Current Biology.

Dirigée par l’Université McGill en partenariat avec l’Institut des ressources naturelles du Groenland basé à Nuuk, cette étude montre que l’exposition à la pollution au mercure a changé au cours des 50 dernières années.

Pour en arriver à ce résultat, dix défenses de narvals mâles ont été collectées auprès de chasseurs groenlandais de deux collectivités de la côte nord-ouest de l’ile, dont le village de Qaanaaq. Les spécimens recueillis étaient d’âge variable au moment de leur capture. L’analyse des défenses a permis une évaluation poussée de l’exposition aux contaminants présents dans l’océan. Reliée au reste du corps par la mâchoire supérieure et alimentée par le flux sanguin, une nouvelle couche s’ajoute chaque année à la défense du narval qui emmagasine ainsi les caractéristiques physiologiques de l’animal.

« En raison de la nature de la défense et de sa croissance progressive au fil du temps, nous avons pu remonter 50 ans en arrière et reconstituer l’histoire de l’animal en termes d’accumulation de mercure », explique Jean-Pierre Desforges, coauteur de l’étude et boursier postdoctoral à l’Université McGill à Montréal.

L’exposition au mercure de ces mammifères augmente avec le temps, mais elle a plus que doublé lors de la dernière décennie. Les narvals se trouvent donc au sommet de la chaine alimentaire qui est contaminée par la présence accrue de mercure dans l’océan.

« Plus le niveau de mercure est élevé dans la chaine alimentaire, plus l’animal est exposé », indique M. Desforges.

 

Causes multiples

L’une des causes de cette hausse des taux de mercure mesurés serait l’extraction d’or artisanale et à petite échelle, notamment dans les pays d’Asie du Sud. La combustion au charbon est aussi pointée du doigt dans les résultats de l’étude.

Rejeté en partie dans l’eau, le mercure capturé par les courants se retrouve dans l’océan arctique où il contamine l’ensemble de la chaine alimentaire. Si le chercheur estime que l’augmentation des températures qui accélèrent la fonte de la glace est aussi en cause, le problème demeure complexe, car il est multifactoriel. « C’est une sorte d’interaction complexe entre l’alimentation et les émissions humaines, ce n’est pas simple, explique Jean-Pierre Desforges. Mais nos études et d’autres montrent que le changement climatique en Arctique a un impact majeur sur les animaux, notamment une modification de leur alimentation. »

 

Une convention pour inverser la tendance

Signée en 2013 sous l’égide du Programme des Nations Unies pour l’environnement, la Convention de Minamata sur le mercure est un traité international conçu pour protéger la santé humaine et l’environnement contre les émissions d’origine humaine et les rejets de mercure. Trois ans de négociations auront été nécessaires afin d’aboutir à un texte signé aujourd’hui par 128 gouvernements sur les cinq continents. Pour M. Desforges, la Convention apporte un cadre contraignant qui permet à chaque pays signataire d’identifier les sources de pollution sur son territoire.

« Il y a eu des histoires encourageantes dans le passé et nous avons de l’espoir, mais il est toujours difficile d’équilibrer le développement économique avec la protection de l’environnement », réagit le chercheur.

Conscient des niveaux de pollution élevés en Arctique, le Canada a ratifié la Convention le 7 avril 2017. « Bien que nous ayons réduit nos propres émissions de mercure de plus de 90 % au cours des 40 dernières années, il faut renforcer les mesures de réduction des émissions mondiales qui ont eu un effet sur le Canada et ses écosystèmes arctiques, peut-on lire dans le communiqué de presse d’Environnement et Changement climatique Canada. Plus de 95 % des dépôts de mercure anthropiques au Canada proviennent de sources étrangères. »

L’article 21 de la Convention impose aux États le dépôt, tous les quatre ans, d’un rapport sur les mesures mises en place et les difficultés éventuelles. À ce jour 25 % des pays du continent africain ont rendu leur rapport, suivi par la région Asie-Pacifique avec 20 % des pays signataires. Dans son rapport préliminaire, le Vietnam indique manquer de moyens financiers et techniques pour mettre en place des méthodes d’élimination des composés de mercure. Le problème touche également l’Indonésie qui indique que l’absence d’installations pour l’élimination finale des déchets de mercure constitue un défi à relever pour les années à venir.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561