S'abonner à Médias Ténois

Nouvelle équipe au CDÉTNO

12 mai 2006
0 Commentaire(s)
Il y a du neuf au Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO).

L’organisation francophone qui fait la promotion de l’entreprenariat et du tourisme aux TNO a un nouveau directeur général. Marc Savaria a pris les rênes du CDÉTNO, il y a un peu plus d’un mois. Le lundi 15 mai, il fera sa première apparition publique alors que le Conseil tiendra une séance d’information, à l’hôtel Explorer de Yellowknife, qui sera suivie d’une assemblée générale extraordinaire des membres.

Arrivé dans la tourmente, Savaria veut donner un nouveau départ au Conseil. En décembre dernier, à l’assemblée générale annuelle du CDÉTNO, la première de l’histoire de l’organisme, les membres apprenaient que le Conseil devait environ 100 000 $ à Revenu Canada. En l’absence d’états financiers vérifiés, il n’était pas possible de publier l’information. À l’assemblée générale extraordinaire, le nouveau directeur promet qu’un bilan financier complet sera présenté.

« C’est l’objectif de la réunion », confirme-t-il. « Les inspecteurs et les bailleurs de fonds ont fait des inspections étendues des livres. La situation est redevenue claire. »

Il ne dévoilera pas maintenant les détails des finances du CDÉTNO, mais il assure d’ores et déjà que l’organisme a retrouvé un équilibre budgétaire. « Il y a eu une entente avec Revenu Canada. Les montants dus ont été remboursés et il y a eu un arrangement pour la dette », affirme Savaria.

La nouvelle coordonnatrice des communications et du tourisme du CDÉTNO, Isabelle Lavallée, à l’emploi du Conseil depuis décembre 2005, confirme à son tour que l’organisme a un poids de moins sur les épaules.

« C’est comme si je sentais que tout le monde avait la tête hors de l’eau et qu’on voyait le paysage », dit-elle en soulignant le travail abattu par Sylvie Francoeur qui assurait la direction par intérim suite au départ controversé de l’ancien directeur André Routhier.

Se décrivant lui-même comme « un gars du communautaire », Marc Savaria veut opérer certains changements au sein de l’organisme. « Nous voulons faire du CDÉTNO un groupe d’appui », affirme celui qui a mis sur pied une trentaine de coopératives d’habitation et de travailleurs dans la région des Bois francs, au Québec. On observe aussi dans son langage un certain glissement sémantique. Plutôt que de parler de « développement économique » tout court, il préfère la formule « développement économique communautaire ».

En clair, l’image que le nouveau directeur cherche à donner au CDÉTNO est celle de « personnes qui facilitent la réalisation de projets ». Dans cette optique, les activités des secteurs employabilité et développement économique du CDÉTNO seront recentrées vers des buts précis : aider les nouveaux arrivants à s’intégrer aux TNO, aider les individus qui ont des projets à obtenir du financement et offrir aux membres des occasions d’affaires.

L’agent de développement pour l’employabilité et l’économie du savoir, Patrick Lachapelle, un nouveau lui aussi, est plus précis. « J’ai commencé à monter des trousses de bienvenue pour les nouveaux arrivants », dit-il. On retrouvera, entre autres, dans ces trousses de l’information en français sur le logement aux TNO.

Il est aussi question d’offrir sur une base régulière des ateliers de formation en français dans différents domaines. Déjà, certains ateliers d’initiation à des logiciels informatiques ont été offerts par le Conseil, avec une bonne réponse du public. Patrick souhaite en organiser davantage et diversifier les contenus. « J’aimerais qu’il y en ait au moins une fois par mois », dit-il.

Comme auparavant, le Conseil offre une aide à la recherche d’emploi et un service de traduction de curriculum vitae.

En cette saison de l’année, Patrick Lachapelle, lui-même un ancien étudiant arrivé aux TNO il y a presque un an dans l’idée de « rembourser mes prêts, comme tout le monde », invite d’ailleurs les jeunes venus tenter leur chance dans le Nord à rendre visite au CDÉTNO.

Tourisme Du côté du tourisme, le volet d’activités du CDÉTNO qui fonctionne le mieux, on poursuivra dans la même lancée. « On va contribuer à travailler de la même façon », affirme Marc Savaria.

Après avoir fait des pas de géant pour positionner les TNO auprès du marché québécois comme une destination touristique (notamment en développant le premier site Web en français sur le tourisme aux TNO, www.tourismetno.com ), le Conseil lorgne du côté de l’Hexagone.

« On veut faire une étude de marché pour la France », annonce Isabelle Lavallée.

On en saura davantage après l’assemblée générale extraordinaire de lundi.