Négociations territoriales : Norman Wells vers l’autonomie

La Société foncière de Norman Wells et les gouvernements du Canada et des Territoires du Nord-Ouest ont signé, le 28 août, l’entente de principe sur l’autonomie gouvernementale proposée pour les Dénés et les Métis du Sahtu de Norman Wells.


L’autonomie des cinq collectivités du Sahtu est inscrite dans l’Entente sur les revendications territoriales des Dénés et les Métis du Sahtu, signée en 2013, explique le directeur général de la Société foncière, Paul Tan.


L’entente définitive sur l’autonomie gouvernementale pourrait définir les pouvoirs du gouvernement autonome en matière d’éducation, de santé, de justice, et ainsi de suite. Dans d’autres secteurs, ces pouvoirs demeureront à l’intérieur des paramètres fixés par l’entente, souligne Paul Tan. «L’Entente, explique-t-il, continuera de s’appliquer sur l’exploitation de pétrole, de gaz et de mines. »


Des rencontres de négociations sont déjà à l’agenda, mais M. Tan refuse de se risquer à prédire une date où serait ratifiée une entente finale.


L’autonomie gouvernementale de Déline a été ratifiée en 2015; celles de Tulita, Fort Good Hope et Colville Lake sont à différents stades préliminaires.


En 2015, le chef négociateur de Déline, Danny Gaudet, affirmait que le Secrétariat du Sahtu ne serait pas aboli avec l’éventuelle autonomie de l’ensemble des communautés du Sahtu, qui lui conférerait plutôt un rôle fédérateur.


Il n’existe toutefois pas de fédération du Sahtu comme telle, nuance Paul Tan.


La relation qu’auront la municipalité et le gouvernement de Norman Wells sont aussi à définir.
Selon des chiffres du gouvernement ténois, 37 % des 760 citoyens de Norman Wells s’identifient comme autochtones.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages