Nokleby éjectée du conseil des ministres

La députée de Great Slave, Katrina Nokelby (Courtoisie : l'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest)

La députée de Great Slave, Katrina Nokelby (Courtoisie : l'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest)

Sans surprise, la motion d’exclusion de Katrina Nokleby du conseil des ministres a été adoptée à la quasi-unanimité par les députés de l’Assemblée législative, seule la principale intéressée s’y est opposée.

Dans la foulée, des détails ont finalement été révélés par la première ministre Caroline Cochrane quant à la nature du différend avec la députée de Great Slave : plusieurs employés de la fonction publique auraient été la cible « d’opinions personnelles négatives, dégradantes et potentiellement nuisibles » de la part de Mme Nokleby. « Ceci met le gouvernement légalement à risque, en plus d’être injuste pour les employés qui ne sont pas en mesure de se défendre, dans ce rapport de pouvoir inégal », a déclaré la première ministre dans l’enceinte de l’Assemblée.

« Plusieurs tentative infructueuses de traiter directement de mes préoccupations avec la ministre Nokleby se sont soldées de manière répétées à des échanges durant lesquels moi-même et nos employés avons été la cible d’une ministre grossière et irrespectueuse qui criait, se fâchait et employait un langage vulgaire », a-t-elle également souligné.

Comme l’ont corroboré certains membres de l’Assemblée législative, la ministre aurait également entretenu des relations tendues avec des députés et les ministres. « Nous pouvons tous être frustrés, même fâchés, a admonesté Caroline Cochrane. Or, les crises de colère continuelles de la ministre lors de rencontres, alors qu’elle sortait précipitamment de ces conférences, en refusant d’entendre ses collègues, ne sont pas productives. »

Les problèmes reprochés à la ministre qui ont mené Mme Cochrane à cette décision finale incluent des interactions avec des fonctionnaires, des ministres et des députés, mais incluent également les performances de Mme Nokleby, qui était « incapable de gérer ses ministères », selon Mme Cochrane. On met notamment en cause des réponses que la ministre aurait beaucoup trop tardé à fournir, tant aux députés, qu’au public et aux entreprises affectées par la crise pandémique.

« L’échec de la ministre à répondre dans un délai acceptable peut, et a d’ailleurs causé un tort considérable à nos relations intergouvernementales », a affirmé Mme Cochrane. Certains députés ont entre autres reproché à Mme Nokleby sa façon de traiter avec les gouvernements des Premières Nations, dans le cadre de projets d’infrastructure majeurs.

 

Nokleby nie en bloc

De son côté, Katrina Nokleby a rejeté l’ensemble des reproches qui lui ont été adressés en chambre. La députée de Great Slave explique la situation dont elle se dit victime par une « culture toxique » de la confidentialité, qui l’aurait empêché de se défendre. « La culture toxique du secret a mené au dénigrement de mon caractère et de mon professionnalisme, en ne permettant pas de réagir, de répliquer ou de me défendre, a-t-elle soutenu. Je suis déçu d’avoir été injustement réprimandé sans procédure appropriée, sur la base de simples ragots, de ouï-dire, de rumeurs et de personnes contrariées. »

« Je vais simplement réitérer, contrainte par cette culture du secret, que cette décision a beaucoup plus à voir avec les autres qu’elle n’a à voir avec moi-même ou mes performances pour le travail que j’ai accompli pour les résidents des TNO », a-t-elle ajouté.

« Je rejette l’idée qu’un gouvernement de consensus nécessite un niveau aussi extrême de confidentialité, a-t-elle également avancé. Le secret et l’allusion sont la marque de la corruption et des transactions en coulisse, et non pas celle du gouvernement transparent et responsable que mérite le public. »

La question de la confidentialité des décisions prises en gouvernement de consensus a été soulevée par plus d’un député durant la séance. Certains ont mentionné le mécontentement de nombreux résidents, qui ont déploré n’avoir obtenu aucun détail sur les circonstances ayant menés Caroline Cochrane à retirer ses portefeuilles à la ministre.

 

Transparence

Le député de Tu Nedhé-Wiilideh, Steve Norn, a parlé de « mauvaises habitudes » héritées des gouvernements précédents. « Nous avons pu le constater avec la réaction du public : nous avons mal fait notre travail pour expliquer ces processus à nos résidents. […] Les temps ont changé et nous le devons aussi. On ne peut continuer de gouverner dans l’ombre de rencontres confidentielles, et s’attendre du public qu’il comprenne comment nous en sommes venus à nos décisions. »

À part elle-même, aucun membre de l’Assemblé ne s’est opposé à l’exclusion de Mme Nokleby du conseil des ministres. Le député de Nunakput, Jackie Jacobson, s’est abstenu de voter, affirmant ne pas disposer de suffisamment d’informations sur la situation pour prendre position. Certains députés ont exprimé leur ouverture à collaborer avec Mme Nokleby à titre de simple députée.

 

Julie Green élue

Le 27 aout en matinée, alors que ce journal était envoyé à l'impression, la députée de Yellowknife Centre a été acclamée par ses collègues au sein du conseil des ministres.

Selon les habitudes du gouvernement, seul un député de la capitale pouvait succéder à Mme Nokleby. Le député de Tu Nedhé-Wiilideh, Steve Norn, dont la circonscription comprend la collectivité dénée Yellowknives de N'Dilo, a voulu présenté sa candidature, mais son comté est considéré comme faisant partie du sud du Territoire,

« J'ai été muselé par les procédures», a-t-il déclaré


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561