Naviguer en temps de pandémie

Le navire de la Garde côtière canadienne Henry Larsen à Gascoyne Inlet au Nunavut. (Crédit photo : Garde côtière canadienne)

Le navire de la Garde côtière canadienne Henry Larsen à Gascoyne Inlet au Nunavut. (Crédit photo : Garde côtière canadienne)

Afin d’assurer les services d’approvisionnement des communautés de l’Arctique, la garde côtière canadienne a dû mettre en place un protocole strict afin de respecter les directives de Santé Canada.
Des mesures spécifiques ont été mises en place afin d’assurer la sécurité des équipages, mais également des habitants des collectivités arctiques.
« Nous sommes confrontés aux réalités et nous mettons en place les meilleures pratiques afin de réduire les risques » indique Chris Henderson de la Garde côtière canadienne lors d’une conférence de presse.
À bord, le personnel devra se soumettre à une procédure sanitaire stricte comme la prise de température deux fois par jour par le personnel médical ainsi que le port de masques, de gants et de lunettes de protection. Le respect de l’éloignement physique sera également de rigueur, car la sécurité à bord demeure la priorité, selon M. Henderson.

Un partenariat renforcé avec le Nunavut
Dans ce contexte atypique, le gouvernement du Nunavut a donné son aval à la procédure mise en place par la garde côtière. Alors qu’aucun cas de COVID-19 n’a été déclaré dans le territoire, les frontières n’en demeurent pas moins fermées aux voyageurs.
Cependant, un sentiment d’inquiétude demeure dans la mesure où les équipages de trois des navires qui se rendront dans l’Arctique viennent du Québec. Province canadienne la plus touchée par la COVID-19 avec 54 146 personnes infectées, le Québec détient un triste record et détient plus de 54 % des cas déclarés au Canada. Afin de prévenir toute contamination dans les communautés, les équipages ayant appareillé dans le Sud n’auront aucun contact avec les résidents du Nunavut.
« Nous voulons minimiser voire éliminer tous les risques de contamination dans l’Arctique », indique le commissaire adjoint à la Garde côtière canadienne, Marc-André Meunier.
De plus, tous les membres d’équipage seront testés avant leur départ : « à la suite de discussions très constructives avec les autorités de santé publique de la province de Québec, nous avons obtenu le test de dépistage de la COVID-19 pour tous les équipages de la Garde côtière canadienne se déployant cette saison dans l’Arctique à partir de Québec », confirme Benoit Mayrand chargé des relations avec les médias.

Protocole spécifique à Rankin Inlet
À la station d’embarcation de sauvetage côtier de Rankin Inlet au Nunavut, un équipage de réserve sera disponible à tout moment si un cas de COVID-19 apparaissait sur l’un des navires.
Le programme d’embarcations de sauvetage côtier, qui forme et emploie chaque été des étudiants de Rankin Inlet, joue un rôle fondamental puisqu’il intervient lors des opérations d’intervention en cas de détresse. Il permet notamment d’accroitre la sécurité maritime dans les eaux arctiques.
Cette année, les sessions de formation se feront en groupe réduit et les étudiants qui participeront aux formations en extérieur devront se soumettre à un protocole de surveillance sanitaire qui inclus de compléter un historique de voyage.

Des restrictions des déplacements dans les eaux arctiques
Transport Canada a interdit l’utilisation d’embarcations de plaisance dans les eaux côtières de l’Arctique depuis le 1er juin 2020. Cette interdiction est en vigueur au nord du 60e parallèle, mais concerne également les collectivités éloignées du Nunatsiavut (Terre-Neuve-et-Labrador), du Nunavik (Québec) et de la côte du Labrador, jusqu’au 31 octobre 2020.
Cependant toute embarcation de plaisance étrangère peut exercer son droit de passage, en vertu du droit international, mais doit signaler sa présence et sa trajectoire au ministère des Transports 60 jours avant l’arrivée effective dans les eaux arctiques. La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 définit l’expression de « passage inoffensif » comme le passage d’un navire étranger qui ne porte pas atteinte à la paix, au bon ordre ou à la sécurité de l’État côtier.
Cet été, si des embarcations de plaisance décident de voguer, les équipages n’auront pas le droit de s’arrêter dans les collectivités arctiques. Dans le cas contraire, ils seront passibles d’une amende de 5000 $. Une surveillance accrue du trafic maritime est donc à prévoir que ce soit par un inspecteur de la sécurité maritime, par un membre de la Gendarmerie royale du Canada ou encore par un membre d’un corps de police des ports ou des cours d’eau. Les eaux arctiques sont sous étroite surveillance elles aussi.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561