Articles de l'Arctique, 23 avril 2021 : Mine Mary River : Uvagut TV se dit censurée

Le média Uvagut TV n’a pas été autorisé à rediffuser les audiences publiques de janvier et février 2021 dans le cadre du projet d’agrandissement de la mine de fer Mary River sur l’ile de Baffin. C’est la première fois que le média se voit présenter une telle fin de non-recevoir depuis 2012. (Isuma Distribution International Ltd.)

Le média Uvagut TV n’a pas été autorisé à rediffuser les audiences publiques de janvier et février 2021 dans le cadre du projet d’agrandissement de la mine de fer Mary River sur l’ile de Baffin. C’est la première fois que le média se voit présenter une telle fin de non-recevoir depuis 2012. (Isuma Distribution International Ltd.)

L’organisme indépendant chargé de mener les audiences publiques sur le projet d’expansion de la mine de fer refuse qu’on rediffuse les audiences.

Les audiences publiques finales sur l’expansion de la mine de fer Mary River, sur l’ile de Baffin, ont été suspendues le 14 avril au soir, pour une période indéterminée, suite à l’annonce d’une éclosion de COVID-19 à Iqaluit. Des tensions entre la Commission du Nunavut chargée de l’examen des répercussions (CNER), qui mène les audiences publiques sur le projet minier, et la chaine de télévision de langue inuktitute, Uvagut TV, étaient apparues au début avril, alors qu’une demande d’autorisation de rediffusion des audiences publiques passées avait été refusée par la Commission.

Depuis 2012, le Nunavut Independant Television Network, propriétaire d’Uvagut TV, a filmé, diffusé et rediffusé les audiences publiques en lien avec les activités de la mine de fer Mary River, avec l’accord de la CNER. Selon le média, cette pratique permet d’accroitre la transparence et l’accès à l’information dans les collectivités inuites. Le cinéaste Zacharias Kunuk, membre du Conseil de direction de NITV, s’étonne du refus de la Commission alors que cette pratique n’avait pas soulevé d’opposition dans le passé.

« Nous savons que nous sommes censurés, indique M. Kunuk dans un communiqué de presse du 12 avril 2021, nous voulons trouver qui nous censure. Ce n’est pas dans les habitudes inuites de chercher la confrontation. »

Uvagut TV a cependant été autorisé à diffuser les audiences en direct le 14 avril juste avant que le processus ne soit suspendu.

 

Les motivations du refus

De son côté, la Commission présente plusieurs raisons qui motivent leur refus d’autoriser la rediffusion des audiences de janvier et février 2021.

D’une nature quasi judiciaire, la CNER indique dans un courrier du 6 avril 2021, qu’il y a des limites imposées aux médias afin que ceux-ci n’interfèrent pas dans le processus de décision. « Les principes des audiences publiques et de la liberté de presse continuent d’être soumis à des limites raisonnables afin que les systèmes décisionnels de la justice et des tribunaux puissent fonctionner, qu’ils ne soient pas perturbés et que la participation des parties à une procédure donnée ne soit pas entravée par l’accès du public ou des médias aux débats. »

De plus, une rediffusion des audiences passées serait, selon la Commission, une atteinte au droit à la vie privée des personnes qui ont témoigné aux audiences. Selon eux, toutes les tierces personnes présentes aux audiences devraient donner leur consentement avant toute rediffusion.

NITV avait proposé de flouter le visage de ces personnes, mais cette solution a été rejetée par la commission pour qui cette pratique n’est pas recevable : « (La Commission) note que la suggestion de NITV selon laquelle ils respecteraient les droits à la vie privée en brouillant les images de tiers qui peuvent être visibles dans le cadre ne répond pas aux droits et aux attentes de tous les participants à la reprise de l’audience publique de ne pas voir leurs images et témoignages rediffusés après l’évènement en direct sans leur consentement, y compris le promoteur, les intervenants, les personnes ainées et les représentants de la collectivité dont la participation est essentielle à la procédure. »

 

L’appui du gouvernement du Nunavut

Le ministère du Développement économique et des Transports du Nunavut, pour sa part, est satisfait de la façon dont la CNER mène les audiences publiques. Tous les documents et comptes-rendus d’audience sont accessibles sur Internet en quatre langues. Dans un courriel du 20 avril 2021, le ministère indique qu’« un large accès à une information juste et impartiale est la pierre angulaire du processus de règlementation environnementale ».

« Le gouvernement du Nunavut est heureux de la décision du conseil d’administrer les débats sur Zoom et le ministère est satisfait des efforts du conseil dans ce domaine », ajoute le ministère.

 

Accès limité à Internet

Dans un rapport du 20 octobre 2020, l’organisme Nunavut Tunngavik met en lumière les problèmes d’infrastructure qui rendent la connexion Internet dispendieuse et lente dans le territoire.

« Une connexion lente signifie que la vidéoconférence, un outil indispensable pour travailler à distance et qui est une pratique courante ailleurs au Canada, est peu réaliste au Nunavut », peut-on lire en page 15 du rapport de 123 pages. De plus, la connexion est huit fois plus lente que dans le reste du pays, ce qui peut rendre le téléchargement de fichiers volumineux compliqué. À ce jour, le réseau câblé télévisuel demeure une option fiable pour l’accès à l’information en inuktitut.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.