Mariage réussi entre technologie et savoir traditionnel

26 février 2021
Le Dr Trevor Bell de l'entreprise SMARTice, le Sergent Jackie Jacobson du corps des Rangers et le capitaine de corvette John Woods du US Naval Research prennent la pose le 13 mars 2019 durant l'Operation Nanook-Nunalivut. (Courtoisie SMARTice)

Le Dr Trevor Bell de l'entreprise SMARTice, le Sergent Jackie Jacobson du corps des Rangers et le capitaine de corvette John Woods du US Naval Research prennent la pose le 13 mars 2019 durant l'Operation Nanook-Nunalivut. (Courtoisie SMARTice)

Des capteurs SmartICE ont récemment fait leur apparition à Tuktoyaktuk. Alliant les connaissances traditionnelles aux technologies modernes, ces instruments sont d’une grande utilité pour obtenir des données fiables sur l’épaisseur des glaces.

Karine Lavoie IJL – APF — Territoires

Depuis quelques décennies, la collectivité de Tuktoyaktuk est fortement touchée par le réchauffement climatique. La glace de mer y fond à un rythme alarmant, ce qui provoque des conditions de déplacement hasardeuses pour ses habitants et complexifie la récolte de nourriture traditionnelle.

Grâce à l’installation récente de capteurs SmartICE, il est possible depuis peu de consulter en temps réel des données concernant l’épaisseur de la glace sur le territoire. L’outil SmartICE, dont l’acronyme signifie « surveillance de la glace de mer et information en temps réel pour les environnements côtiers », mise sur l’efficacité d’allier les connaissances traditionnelles et les technologies avancées. Des employés locaux sont ainsi sollicités afin d’apporter leur contribution aux collectes de données qui serviront également pour les recherches sur le réchauffement climatique.

Plusieurs raisons expliquent que Tuktoyaktuk se retrouve aujourd’hui avec cette technologie : « SmartICE a été approché par la Société communautaire de Tuktoyaktuk à la fin de l’année 2018 parce qu’elle commençait un projet de surveillance du climat de trois ans et la surveillance de l’épaisseur de la glace allait être une partie importante de ce projet. Ils voulaient que SmartICE fournisse des équipements et une formation à leurs moniteurs climatiques », indique d’entrée de jeu le Dr Trevor Bell, directeur fondateur de SmartICE Sea Ice Monitoring and Information Inc.

Durant la même période, le Dr Bell était appelé à faire la présentation de SmartICE dans le cadre de l’opération NANOOK-NUNALIVUT 19, ayant eu lieu à Resolute Bay, au Nunavut, ainsi qu’à Tuktoyaktuk. « J’ai formé le premier groupe de patrouille des Rangers canadiens (Patrouille Tuktoyaktuk) à utiliser notre SmartQAMUTIK pour les relevés d’épaisseur de la glace », ajoute-t-il.

 

Se servir de la technologie afin de récolter de précieuses données…

Différents instruments sont employés pour les collectes de données. « SmartICE dispose de plusieurs outils d’adaptation au changement climatique : un capteur stationnaire SmartBUOY et un capteur mobile SmartQAMUTIK. Nous fournissons également à nos opérateurs un CTD Castaway (Capteur de conductivité, température et profondeur) », explique Zack Coombs, directeur des opérations pour SmartICE.

Les capteurs des SmartBUOY sont stationnaires et sont pourvus de 60 thermistances remplissant un rôle qui s’apparente à celui d’un thermomètre. Les thermistances sont situées dans l’eau, dans la neige ou à l’air ambiant et calculent l’épaisseur de la neige et de la glace à partir des données recueillies qui, elles, sont transmises une fois par jour via satellite.

Le SmartQAMUTIK, quant à lui, est un capteur mobile remorqué derrière une motoneige. Lorsque le véhicule longe la glace, ce capteur mesure simultanément l’épaisseur de la neige et de la glace. Au retour de son expédition, l’opérateur n’a qu’à se connecter sur Internet et à télécharger les données recueillies afin de les rendre disponibles sur SIKU. « SIKU est un réseau social de connaissances autochtones où les membres de la communauté peuvent publier des informations sur les conditions météorologiques, des histoires de chasse, consulter les données SmartICE, etc. », clarifie M. Coombs. En plus d’être disponible sur Internet et sur l’application SIKU, l’information se retrouve sur les médias sociaux ainsi que sur des documents imprimés.

Au fil des ans, ces données s’avèreront utiles dans la recherche sur le réchauffement climatique. « Cela nous donne une bibliothèque numérique à comparer année après année avec toutes les données sur la glace, la température de l’air et de l’eau, afin que tout cela nous soit disponible d’un simple clic de souris. Nous pouvons comparer les enregistrements quotidiens et ainsi de suite », explique Tyrone Raddi, coordonnateur du projet SmartICE pour la Société communautaire de Tuktoyaktuk.

 

… en misant sur les savoirs traditionnels de la communauté

Toute cette technologie serait peu utile sans l’apport essentiel des résidents de Tuktoyaktuk, qui disposent des connaissances nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de ces instruments. « Ce que nous faisons ne serait pas possible sans le soutien des communautés et de leurs connaissances traditionnelles, affirme Zack Coombs. SmartICE forme des Inuits qui sont des chasseurs expérimentés et des voyageurs des glaces de mer pour faire fonctionner notre équipement. Cette technologie est conçue pour être utilisée en combinaison avec des membres de la communauté qui connaissent les conditions de la glace de mer dans leurs régions. »

L’implication du plus grand nombre de personnes est primordiale afin d’assurer la réussite du projet. « Nous collaborons avec les aînés, les chasseurs et les trappeurs, les membres de la communauté et les conseils communautaires dans le cadre d’une série de réunions publiques pour savoir comment et où intégrer et déployer la technologie dans leur région et dans leur communauté », ajoute-t-il.

Des employés locaux ont donc été embauchés afin d’accomplir ce travail. « Nous avons huit personnes qui effectuent des quarts de travail rotatif alors que deux personnes à la fois vont et font une patrouille à divers endroits dans nos zones de récolte, détaille Tyrone Raddi. Les jeunes sont toujours envoyés avec une personne expérimentée qui est familière avec les endroits où ils voyagent. »

 

Un avenir prometteur

Forte de ses succès, la compagnie SmartICE a reçu en 2016 sa première distinction avec le Prix Inspiration Arctique, qui rend hommage à des concepts d’influence visant à faire évoluer les choses dans différents domaines tels que l’éducation, la santé, la vie socioculturelle, l’environnement ainsi que l’économie dans le nord du Canada.

D’autres activités de SmartICE sont prévues à Kugluktuk, à Grise Fiord, à Iqaluit, à Inuvik, à Taloyoak et à Gjoa Haven. « Nous communiquons constamment avec de nouvelles collectivités et discutons d’autres plans d’expansion », conclut Zack Coombs.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561