Logement : La Nation dénée dévoile un nouveau concept

Le Chef national de la Nation dénée, Norman Yakeleya, est entouré de ses partenaires de la firme Eagle Building Solutions, et de la Cheffe de la Première Nation K'atl'odechee, April Martel. (Courtoisie Nation dénée des TNO)

Le Chef national de la Nation dénée, Norman Yakeleya, est entouré de ses partenaires de la firme Eagle Building Solutions, et de la Cheffe de la Première Nation K'atl'odechee, April Martel. (Courtoisie Nation dénée des TNO)

Décrit comme durable, abordable et de qualité, le nouveau modèle d’habitations pourrait permettre, entre autres, de reloger les sinistrés des inondations de Jean-Marie River, selon la Nation dénée des TNO.

Thomas Ethier – IJL – Territoires

Le Chef national de la Nation dénée, Norman Yakeleya, présentait le 5 aout un nouveau modèle d’habitations abordables qui pourrait, selon lui, être « la solution à la crise du logement dans le Nord ». Le concept développé en partenariat avec la firme albertaine Eagle Building Solutions aurait été créé spécialement en fonction des besoins cernés dans les collectivités.

Une maison modèle est présentement exposée dans la première nation K’atl’odechee, à Hay River. Les dirigeants des collectivités sont invités à la visiter pour en évaluer l’intérêt pour leur collectivité, puis à explorer les possibilités de financement auprès de la Société d’habitation des TNO.

 

« Durables, abordables et de qualité »

Les unités commandées seront construites sur mesure à l’usine de Grand-Prairie, en Alberta, au cout de 150 000 $ – un montant relativement minime, comme l’a souligné le chef Yakeleya. Ces maisons adaptées au climat nordique auraient une durée de vie de plus de 50 ans. Elles sont notamment composées d’un toit et de charpentes en acier. Une mousse isolante est injectée dans les murs et le plancher.

« Engager les collectivités dans la conception d’unités d’habitation est une chose unique, a souligné le chef Yakeleya. Eagle Building Solutions nous a contactés pour nous demander quels étaient les enjeux d’habitation dans nos collectivités. C’est en fonction des commentaires recueillis et des préoccupations identifiées dans la région, telles que la durabilité des unités et leur accessibilité pour les ainés, qu’ils ont développé ce modèle. »

Les partenaires en sont aux premières étapes du projet. La Nation dénée espère obtenir l’appui financier des gouvernements territorial et fédéral pour déployer ce modèle jugé « durable, abordable et de qualité » dans les collectivités. « La ministre [de la Société d’habitation des TNO, Paulie Chinna] est très intéressée par le concept, a affirmé M. Yakeleya. Des membres de son équipe sont à Hay River pour visiter la maison modèle et poser des questions techniques. »

La Société d’habitation des TNO n’a pas répondu aux questions soumises par Média ténois, à propos de l’intérêt suscité par ce concept.

 

Un projet à long terme

Selon Kurt Fowler, de Eagles Building Solutions, la compagnie serait en mesure de construire une unité en 10 à 12 jours, et aurait toutes les ressources pour répondre à une demande élevée. « Si une collectivité a besoin de 100 unités, nous pouvons le faire », affirme-t-il. Il évoque la possibilité de construire une nouvelle usine dans le Nord.

Le Chef Yakeleya souligne que la Nation dénée pourrait s’engager dans un partenariat à long terme avec Eagle Building Solutions, sur une période de « 50, voire 80 ans ».

Une maison de deux pièces sera offerte en septembre, dans le cadre de l’Assemblée nationale dénée, à un ainé de Jean-Marie River ou de la première Nation Li´i´dli?i? Ku´e´ qui a perdu son logement dans les inondations. Selon le chef Yakeleya, ce nouveau modèle serait « la solution parfaite » pour reloger les sinistrés de la région.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.