Nordicité francophone : Line Gagnon, portrait d’une femme engagée

17 décembre 2019
Line Gagnon. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Line Gagnon. (Crédit photo : Nicolas Servel)

De passage à Yellowknife, une ancienne Ténoise reflète sur son implication dans les territoires.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts de la francophonie ténoise depuis le 4 avril 1988, jour où a débarqué à l’aéroport de Yellowknife, gros comme la maison bleue, Line Gagnon pour venir travailler comme journaliste à L’Aquilon. L’Acadienne installée désormais au Yukon depuis 2004 se souvient de l’absence d’infrastructures aux TNO, des moyens archaïques, des gens accueillants et chaleureux qui s’entraident. Elle revoit cette communauté vivante, engagée, impliquée; des bénévoles qui font tout, dont ceux de la radio qui a maintenant des employés à temps plein.
Après un an à L’Aquilon, un travail au musée et cinq années à la gérance de la librairie Book Cellar, cette voyageuse qui possède l’entreprise Calypso Communications a travaillé pour la première députée autochtone Ethel Blondin-Andrew pendant trois ans.
« Je me suis rendu compte que les députés fédéraux étaient là pour aider les gens. [...] J’ai appris tellement de choses sur le gouvernement canadien, sur les différents ministères, et pourquoi ils sont là. »
Elle se souvient de la dévotion de Mme Blondin-Andrew envers les Territoires et les gens d’ici, surtout les plus démunis.
Son emploi suivant, aux Affaires autochtones, lui a aussi permis d’apprendre beaucoup sur les revendications territoriales, les sites contaminés, « sur comment en fait le gouvernement canadien a pris les Territoires et la façon dont il gérait les trois territoires ». Selon elle, les choses ont changé depuis ce temps-là, mais la mise en œuvre des revendications territoriales prend beaucoup de temps et le gouvernement canadien ne peut pas simplement se retirer et disparaitre, puisque de toute façon, ce sont les Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada qui gèrent la mise en œuvre des revendications.
Parallèlement à ses emplois en politique et en communication, celle qui s’est beaucoup impliquée aux conseils d’administration des différents organismes communautaires francophones à Yellowknife établit des similitudes entre la situation linguistique des Acadiens dans les années soixante et celle des Premières Nations du Yukon, qui sont ses clients principaux. Il y a une radio francophone à Iqaluit depuis longtemps, à Yellowknife aussi, mais aucune à Whitehorse, étonnamment. Des pourparlers seraient en cours.
Au Nouveau-Brunswick, « c’était très important qu’on ait le droit et l’opportunité de s’exprimer dans notre langue. Eux sont rendus là où nous on était quand l’assimilation était une vraie question et vraiment une menace ».
« J’ai commencé à m’impliquer pour ma langue quand j’étais adolescente, d’ajouter Madame Gagnon. C’était mon cœur, ça fait partie de moi-même, c’est juste naturel. La lutte actuelle va dans le même sens. Tout le monde a le droit d’avoir sa culture et son identité, surtout les Autochtones. »
Si les francophones du Canada ont obtenu, au cours des trente dernières années, énormément de gains sur le plan des infrastructures, des institutions, de la reconnaissance globale de leur langue et de leur droit de vivre, d’étudier et de travailler dans cette langue, il reste beaucoup de travail à faire pour que les Premières Nations, les Inuits et les Inuvialuits puissent jouir des mêmes privilèges et puissent vivre au quotidien dans la langue de leur choix.

Avec des propos recueillis par Nicolas Servel lors de l’émission RadTäg


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561