Comité de révision de la Loi sur les langues officielles : Les recommandations deviennent des motions

28 mars 2003
0 Commentaire(s)
Pour le président du Comité spécial, le député Steven Nitah, il était important que chaque recommandation fasse l’objet d’une motion particulière. « Toutes les recommandations du rapport ont leur propre signification. En ayant fait ça, ça devient maintenant un rapport gouvernemental, plutôt qu’un rapport de comité spécial », explique-t-il. Aucun député ne s’est ouvertement opposé à l’une ou l’autre des 65 motions.

Selon M. Nitah, le dossier est maintenant entre les mains du gouvernement. Pour lui, l’un des éléments qui indiquera l’intérêt du gouvernement en cette matière sera la nomination d’un ministre responsable de la Loi sur les langues officielles, d’ici le 12 mai. « En tant que simple député, ça m’indiquera à quel point le gouvernement prend le rapport et ses recommandations au sérieux », dit-il.

Sans se dire confiant face à la suite des événements, Steven Nitah se trouve dans une situation « confortable ». « Nous avons rendu les choses les plus faciles possibles pour le gouvernement. Chaque recommandation est accompagnée d’un plan de mise en œuvre et un budget y est rattaché. Le gouvernement n’a pas l’excuse de dire qu’il ne sait pas ce que la recommandation veut dire ou qu’il ne sait pas comment l’appliquer ou combien ça coûte. Nous avons pensé à tout ça quand nous les avons travaillées », d’analyser le député.

« J’ai eu des discussions avec des membres du Cabinet et ils ont aussi aimé le rapport. Le ministre Roger Allen représentait d’ailleurs le Conseil des ministres sur le Comité spécial. Nous assumons donc que le gouvernement était au courant de ce que nous faisions au cours des deux dernières années », poursuit M. Nitah

Le président du Comité spécial se réjouit aussi qu’aucun député ne se soit levé en chambre pour s’opposer à l’une ou l’autre des recommandations. Seul le député Bill Braden a fait part de son inquiétude quant à la lourdeur bureaucratique que quelques recommandations pourraient créer. Ce dernier a tout de même appuyé chacune des motions.

« Je ne vois pas tout ça comme étant une mauvaise idée, mais il y a toujours de l’argent rattaché à ça. Je me demande si nous avons vraiment besoin de plus de gouvernement pour aider les langues ou devrions-nous mettre cet argent dans les programmes ? », d’expliquer le député, qui fait principalement référence à la désignation d’un ministre responsable du dossier et à la création d’un Secrétariat aux langues et d’une Commission des langues autochtones.

Le député a tout de même appuyé les 65 motions. « Une chose qui est si importante est notre identité et nos cultures. Ce sont des choses très riches et la survie des langues est absolument fondamentale pour ces cultures et pour l’identité des TNO. C’est pourquoi ça doit être renforcé », d’ajouter Bill Braden.

« Nous avons fait des représentations auprès des députés et nous les avons renseignés sur le contenu du rapport et la signification de chacune des recommandations. En fait, je crois qu’il s’agissait d’un record de l’Assemblée législative pour un tel nombre de motions acceptées en si peu de temps », conclut Steven Nitah.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages