S'abonner à Médias Ténois

Les feuillus préfèrent les hivers rudes

Les forêts boréales des TNO et du Yukon ne capturent pas autant de carbone que les autres forêts du Canada. L’une des causes est le taux de mortalité des arbres lors des incendies de la période estivale. (Crédit photo : Nelly Guidici)

Les forêts boréales des TNO et du Yukon ne capturent pas autant de carbone que les autres forêts du Canada. L’une des causes est le taux de mortalité des arbres lors des incendies de la période estivale. (Crédit photo : Nelly Guidici)

Une étude publiée le 27 avril 2022, dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, révèle que la diminution du nombre de jours de gels a des effets sur la captation et le stockage du carbone par les forêts et, par le fait même, sur leur rôle dans la lutte naturelle au changement climatique.

Les forêts de 4 000 sites disséminés dans toutes les provinces et territoires ont été observées dans le cadre de cette étude, dont une cinquantaine réparties aux Territoires du Nord-Ouest et auYukon. Cette étude inédite apporte une analyse à grande échelle des capacités d’adaptation des arbres du Nord au Sud et d’Est en Ouest du Canada, dont 40 % de la superficie est couverte de forêts. Avec le réchauffement des températures, une augmentation de la croissance du pin, très répandu aux TNO et au Yukon, a été observée alors que les feuillus répondent de façon négative à ces changements.

« Le peuplier et le bouleau ont évolué pour se protéger du froid, en se basant sur le nombre de jours de gel pour sortir de leur dormance au printemps. S’ils n’ont pas atteint ce seuil-là, ils restent en dormance un peu plus longtemps », explique Martin Girardin, chercheur scientifique au sein de Ressources Naturelles Canada et auteur principal de l’étude.

Cette observation pose des inquiétudes quant à la capacité de ces variétés d’arbres à capter du carbone. Le contraste observé entre les pins et les feuillus met en relief « l’apparition d’une complexité qui s’est formée avec le réchauffement climatique » selon le chercheur.

L’étude a également permis d’identifier les sites où les répercussions de la baisse du nombre de jours de gel sont les plus importantes.

« On est en mesure de voir quelles espèces sont les plus affectées et comment elles sont affectées les unes par rapport aux autres et ça, c’est nouveau », précise M. Girardin. Le pin gris et le peuplier faux-tremble sont les deux espèces d’arbres les plus répandues parmi les onze différentes espèces répertoriées aux TNO et au Yukon.

 

Forêts du futur

Il est encore difficile de savoir à quoi les forêts boréales ressembleront dans les années à venir, et les perturbations par le feu ainsi que le froid sont deux facteurs importants à prendre en considération, selon le chercheur. Même si le froid joue un rôle important dans les changements climatiques, il n’est cependant pas encore bien intégré dans les projections.

« Pour les projections futures, les premiers facteurs importants sont les perturbations et la mortalité dues au stress climatique », indique l’auteur de l’étude.

Avec le changement climatique et la hausse des températures, une perte importante des territoires forestiers est à prévoir. Un reboisement de ces zones apparait nécessaire et une sélection des espèces les plus résilientes face aux effets du réchauffement climatique est donc primordial selon M. Girardin.

« Ce qui est très intéressant, c’est que le pin est une bonne espèce, car il est adapté au feu ainsi qu’aux milieux secs ; on voit qu’il répond bien à la baisse du nombre de jours de gel par an. Dans nos simulations, le nombre de pins gris et de pins tordus va augmenter dans les paysages forestiers », explique le scientifique.

 

Martin Girardin est l’auteur principal d’une étude qui met en lumière l’incidence de la baisse du nombre de jours de gel sur la captation du carbone par les forêts et sur leur rôle dans la lutte contre les effets du réchauffement climatique.
(Crédit photo : Ressources naturelles Canada)

L’effet des incendies

L’arbre semble être un outil à privilégier dans la lutte contre le changement climatique. Sa capacité d’absorption du dioxyde de carbone par les feuilles des arbres et des épines pour les conifères le rend attrayant pour son rôle de puits à carbone. Cependant, toutes les forêts du Canada ne sont pas aussi efficaces dans la séquestration du carbone. Face aux incendies, la forêt boréale est vulnérable et n’affiche pas un bon bilan. Le taux de mortalité des arbres, dû aux ravages des feux durant la période estivale, ne permet pas à ces forêts d’être suffisamment en bonne santé pour jouer leur rôle de purification de l’atmosphère.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.