S'abonner à Médias Ténois

Les écoles francophones rouvriront leurs portes le 24 janvier.

(Crédit photo : Thomas Ethier)

(Crédit photo : Thomas Ethier)

Ce 18 janvier, au lendemain de la réunion publique de la Commission scolaire francophone des TNO, l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola, a autorisé le retour en classe des élèves dans tous les établissements scolaires des TNO à l’exception de ceux d’Inuvik et de Fort Smith à partir du lundi 24 janvier.

Lambert Baraut-Guinet
IJL – Réseau.presse – L’Aquilon

La Commission scolaire francophone des TNO (CSFTNO) s’est réunie virtuellement ce lundi 17 janvier, dans un contexte marqué par la réouverture prévue des écoles le lundi 24 janvier. Les commissaires ont également validé le bilan financier de l’année dernière, abordé la stratégie pour la petite enfance et les changements à venir dans le curriculum ténois de la prématernelle à la 12e année.

 

La pandémie de la COVID-19 au centre de l’attention

La réouverture des écoles francophones en présentiel, prévue le lundi 24 janvier au matin, a été confirmée par la Dre Kami Kandola dans un communiqué le mardi 18 janvier, au lendemain de la réunion publique de la Commission scolaire francophone. C’est ce mercredi 19 janvier que les parents d’élèves en ont été informés.

Pour s’adapter aux contraintes liées à la pandémie, de nouvelles mesures sanitaires vont être mises en place dans les écoles Allain Saint-Cyr à Yellowknife ainsi qu’à l’École Boréale de Hay River. Comme l’explique la directrice générale de la commission, Yvonne Careen, les membres du personnel non vaccinés seront tenus d’être testés régulièrement, et ce, afin de préserver les élèves et le reste du personnel.

« Quand les élèves seront de retour à l’école, les membres du personnel non vaccinés devront se soumettre aux tests réguliers avant de se présenter au travail les lundi, mercredi et vendredi ».

Un bilan financier 2021 en demi-teinte

M. Simon Cloutier, président du Comité des finances de la CSFTNO, a présenté le rapport financier de l’année passée, qui s’avère déficitaire. « Tout est sensiblement là où on devrait être à ce moment-ci de l’année », explique-t-il, à cause de
« petits pépins sur des dossiers avec des employés, qui pourraient avoir un impact négatif sur nos résultats et augmenter le déficit ».

Malgré cette situation, le contrôleur financier et la direction générale semblent s’être montrés « rassurés par le fait qu’au cours de l’année [la commission] a de bonnes chances de rattraper ce déficit, notamment à cause de la pandémie et grâce aux couts moins élevés de l’école à domicile ».

 

Des services de garde en difficulté et une stratégie petite enfance à l’arrêt

Dans son rapport de direction, Mme Careen souligne la complexité de la situation pour les services de garde des deux écoles francophones, qui peinent à se maintenir à cause du manque de personnel. La commission scolaire demeure également en attente de nouvelles concernant la stratégie pour la petite enfance et les places en service de garde à dix dollars par jour annoncées en décembre 2021.

D’après elle, « le Gouvernement des TNO a signé une entente avec le gouvernement fédéral, mais nous n’avons encore aucun détail sur sa mise en place ni sur ce que cela signifie pour les francophones des Territoires ».

 

La refonte à venir du curriculum scolaire des TNO

Le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation des TNO juge l’actuel curriculum « désuet et en besoin de renouvèlement » dans son rapport publié en novembre 2021.

Ainsi, il annonce que le curriculum scolaire des TNO sera, à partir de l’année prochaine, calqué sur celui de la Colombie-Britannique.

Comme l’a expliqué Mme Careen lors de la réunion ce lundi soir, « la vision autochtone qu’a adoptée le nouveau curriculum de la Colombie-Britannique, en place depuis 3 ans, est une des raisons pour lesquelles nous nous y sommes alliés. »

La transition s’étalera sur une période de 3 à 5 ans, pour laisser « aux élèves en 10e, 11e et 12e année le temps de finir leur parcours. » Un groupe de travail est en cours de construction pour déterminer à partir de quels niveaux la transition s’opèrera.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.