COVID-19 : Les TNO entrent en déconfinement

Les Ténois pourront très bientôt rouvrir leurs portes aux membres de leur famille et à leurs proches. L’Administration de la santé publique a dévoilé le 12 mai son plan d’assouplissement des mesures de santé publique. Les levées de restrictions, qui pourraient être mises en branle dès le 15 mai, incluent les rassemblements intérieurs et extérieurs, des réouvertures d’entreprises, et même le retour en classe pour certains élèves.
Baptisé « Une reprise avisée », ce plan décliné en trois grandes étapes prévoit l’assouplissement graduel des mesures d’éloignement physique qui ont été mises en place dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Le tout a d’abord été présenté le 12 mai en conférence de presse par l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola, puis le 13 mai devant les députés des TNO.

Sortir de l’isolement
Dès que la première étape sera enclenchée, les résidents pourront accueillir jusqu’à cinq personnes à l’intérieur de leur foyer, pour un maximum de 10 personnes au total. Les rassemblements extérieurs privés de 25 personnes ou plus seront également permis.
L’Administration appelle toutefois à une grande prudence quant aux rassemblements intérieurs, avec une recommandation spéciale conçue pour inciter les Ténois à ne fréquenter qu’un cercle restreint de personnes. « Nous l’appelons le “Cercle d’amitié”, explique la Dre Kandola. Nous recommandons fortement que vous préserviez ce cercle d’amis aussi petit que possible au sein de votre foyer […]. »

Réouverture d’écoles
Les écoles primaires et secondaires du territoire pourront rouvrir leurs portes. Il appartient à chaque commission scolaire de décider si leurs établissements accueilleront les élèves ce printemps. Selon la Dre Kandola, en regard de la situation actuelle et des mesures mises en place aux frontières, il s’agit du meilleur moment. (Texte en page 2)

Réouverture d’entreprises
Certaines entreprises et organisations pourront également reprendre leurs activités en mettant certaines restrictions en place, plan à l’appui. On cite comme exemple les musées et galeries d’art, les dépôts de bouteilles, les services d’entrainement personnels en salles de sport, ainsi que les salons de coiffure et de manucure.
Les services d’experts comme les chiropraticiens, les massothérapeutes enregistrés, les médecins naturopathes, dentistes, les ophtalmologistes et autres pourront également reprendre du service.
Le député de Hay River, Rocky Simpson, a souligné que plusieurs entrepreneurs vivent beaucoup de confusion à l’heure actuelle quant aux conditions entourant la réouverture possible de leur entreprise.
La Dre Kandola a souligné qu’un document de la Commission de la sécurité au travail est mis à la disposition des entreprises, avec l’ensemble des mesures de diminution des risques pour chaque secteur d’activité.
L’administration se dit ouverte à l’ouverture d’entreprises dont le secteur d’activité n’est pas inclus dans la première étape, s’ils parviennent à mettre en place des mesures qui respectent les exigences de la santé publique, par exemple, un restaurant qui n’offrirait ses services qu’en terrasse.
Certains rassemblements publics d’envergure seront aussi permis durant cette première étape, comme ceux générés dans le cadre de marchés fermiers, dans les centres d’activités récréatives, les bibliothèques, les terrains de golf, les plages et aires de jeux, etc.

Condition : la sécurité aux frontières
Comme l’a mainte fois souligné Dre Kandola, ce plan d’assouplissement est conditionnel au maintien du resserrement aux frontières et, conséquemment, à ce qu’il n’y ait aucun signe de contamination communautaire sur le territoire.
Le barrage situé à Enterprise a été déplacé à la frontière, au 60e parallèle, à la demande de résidents de Hay River.
On parvient ainsi, notamment, à empêcher les résidents de l’Alberta d’entrer dans la section sud des Territoires. Ces derniers avaient jusqu’alors accès à une centaine de kilomètres entre la frontière et le barrage.
Plusieurs doutes ont été émis par le député de Hay River, Rocky Simpson, quant à la rigueur de l’application des règles aux frontières. Il se préoccupe entre autres du suivi auprès des personnes qui ont l’autorisation d’entrer sur le territoire, et de l’entrée de voyageurs illégaux, comme les contrebandiers.
« Il semble y avoir de réels problèmes aux frontières. On nous parle d’une sécurité serrée aux frontières, et en ce moment, je ne crois pas que ce soit le cas. Peut-être suis-je dans l’erreur, et j’aimerais être éclairé à ce sujet », a-t-il indiqué, après avoir souligné l’incertitude de plusieurs résidents.
Comme l’a expliqué Conrad Baetz, adjoint de l’administratrice en chef de la santé publique, un suivi serré est fait auprès des résidents confinés chez eux. Les barrages aux frontières sont assurés par des agents dont le nombre est accru au besoin.
« Je m’engage auprès du comité à ce que le ministère s’assure d’embaucher le nombre d’employés nécessaire pour assurer la sécurité aux frontières de manière efficace », a déclaré la première ministre Caroline Cochrane. La seconde étape de ce plan d’assouplissement pourrait être enclenchée d’ici la fin juin, avec des permissions supplémentaires. On prévoit lever l’ensemble des mesures et revenir à une « vie normale » – incluant la réouverture des frontières des TNO – seulement lorsqu’un vaccin ou un traitement contre la COVID-19 seront approuvés et mis en place.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages