Terres rares : Le tri du minerai a débuté à Nechalacho

Cheetah Resources, filiale canadienne de la société minière australienne Vital Metals, a mis en opération la semaine dernière son trieur à base de capteurs devant des membres de la Première Nation des Dénés Yellowknives, lors d’une cérémonie aux tambours. (Crédit photo : Bill Braden, Cheetah Resources)

Cheetah Resources, filiale canadienne de la société minière australienne Vital Metals, a mis en opération la semaine dernière son trieur à base de capteurs devant des membres de la Première Nation des Dénés Yellowknives, lors d’une cérémonie aux tambours. (Crédit photo : Bill Braden, Cheetah Resources)

Les opérations avancent comme prévu à la première mine de terres rares canadienne, située aux Territoires du Nord-Ouest.

La première mine de terres rares au Canada, Nechalacho, a commencé à trier le minerai extrait du sol depuis cet été. Situé à une centaine de kilomètres au sud-est de Yellowknife et exploité par la compagnie Cheetah Resources, le gisement actuel regorge de gros morceaux de bastnaesite, un minéral rouge dans lequel sont emprisonnées les terres rares.

Cheetah Resources, filiale canadienne de la société minière australienne Vital Metals, a mis en opération la semaine dernière son trieur à base de capteurs devant des membres de la Première Nation des Dénés Yellowknives, lors d’une cérémonie traditionnelle avec tambours.

Un ainé et conseiller des Dénés Yellowknives, Jonas Sangris, a offert ses prières « pour la sécurité des travailleurs et la protection du territoire et de l’eau », peut-on lire dans le communiqué partagé par Cheetah Resources.

Le trieur à base de capteurs est une imposante machine rouge installée à l’abri des intempéries dans un conteneur maritime. Le trieur bombarde de rayons X des morceaux de 6 à 60 mm qui passent sur son convoyeur, distingue ceux de bastnaesite de l’indésirable et sépare le tout.

Sur les 600 000 tonnes de roches extraites du sol cet été par l’entreprise Det’on Cho Nahanni Construction, propriété des Dénés Yellowknives, 100 000 tonnes contiennent assez de bastnaesite pour être passées dans le trieur d’ici trois ans. Il restera 15 000 tonnes du minerai tiré qui, par barges, trains et camions, se rendront à Saskatoon, où une usine de Vital Metals produira une poudre de terres rares mixtes qui sera revendue par la suite.

La première phase de la mine en est une de démonstration et s’étale sur trois ans. La compagnie prévoit y continuer ses opérations et les intensifier, si tout va bien.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.