Cinéma : Le rapport à la terre

31 octobre 2019
Terres agricoles au Yukon. (Courtoisie ONF)

Terres agricoles au Yukon. (Courtoisie ONF)

Le réalisateur David Curtis donne voix aux fermiers du Yukon.


Dans Sovereign Soil, le documentaire de David Curtis qui prendra l’affiche en première nordique au Yellowknife International Film Festival (YKIFF), les fermiers du Yukon ne cultivent pas que des légumes, mais un rapport à la terre qui, pour le réalisateur, a quelque chose de spirituel.

Citoyen de Dawson City, David Curtis a passé une partie de son adolescence à Deline. Alors qu’il a déjà réalisé des courts-métrages et des installations vidéos, il rejoint dans sa première œuvre de longue haleine, des éleveurs de chèvres, des cultivateurs de choux de Bruxelles et d’autres producteurs de sirop de bouleau qui partagent leur labeur, leurs pensées et leurs apprentissages sur les territoires des Trondëk Hwëch’in et des Na-Cho Nyäk Dun et à Dawson City.


La caméra sait merveilleusement bien s’attarder sur toutes les expressions de la nature et Sovereign soil tient de la poésie et de la méditation plutôt que d’un monologue didactique et idéologique en faveur de l’agriculture locale ou biologique.


Si un de ses personnages déplore que le Yukon produise moins de 10 % de la nourriture qu’il consomme, un autre constate qu’il lui faut trop mettre de choses dans la terre pour que le jardinage soit profitable. « Mais ça me permet de vivre ici, nuance-t-il. C’est le seul succès dont j’ai besoin. »
« J’espère que les gens saisiront cette poésie, dit David Curtis. Le film est basé sur la structure d’une symphonie […], avec plusieurs voix explorant différents thèmes. Je n’ai pas voulu être trop trop littéral, factuel, et j’espère que les spectateurs apporteront leur propre interprétation, leurs propres expériences. »
En partie prenante de cette polyphonie, le réalisateur a tenu à ce que différentes générations puissent exprimer leurs perspectives.
« C’est une grosse partie de la philosophie du film », signale-t-il, précisant que ces générations se reflètent métaphoriquement dans la structure du film, qui commence et se termine avec l’hiver.

Une relation spirituelle
David Curtis connaissait à différents degrés tous les protagonistes du film avant le tournage.
« À travers le processus, je les ai connus plus intimement, j’ai vu leurs défis, les grandes choses qu’ils font, explique-t-il. […] Je voulais faire le focus sur l’agriculture dans un environnement difficile.
Mais c’est aussi un film sur la relation spirituelle et philosophique à la terre et comment ça se développe à travers le fait de faire pousser de la nourriture. Il y a plusieurs moments dans le film où les gens expriment ça avec beaucoup de sagesse et d’émotions. »
Dans sa serre, une femme dit que voir croitre une plante depuis la semence jusqu’aux fruits aide à comprendre sa propre mortalité.
Dans Sovereign Soil également, des Autochtones témoignent des difficultés de faire la transition à une approche fermière de la terre.
« Je suis un chasseur et un trappeur, déclare le jeune Josh Moses, perplexe, à l’école fermière des Trondëk Hwëch’in, et ils veulent faire de moi un fermier. »
« Être sur la terre où tu contrôles la croissance des choses est une expérience très différente de celles que procurent leurs traditions », observe David Curtis.
« Sylvia Frish […] a été élevée dans cette région. Elle a une forte connexion avec la forêt. Elle a appris tant de choses avec les Ainés des Premières nations sur comment vivre de manière respectueuse dans la Nature. Et maintenant, elle doit être une agricultrice et elle a un conflit. J’aime vraiment quand elle parle de ça dans le film. »

Compagnonnage

Le réalisateur du Yukon Andrew Connors a coproduit Sovereign Soil avec Shirley Vercruysse de l'Office national du film.

Il a jouré un grand rôle dans le processus créatif du film. Il a participé à son écriture et au montage, a filmé des scènes.
« C’est mon meilleur ami depuis longtemps, révèle le réalisateur. Nous avons commencé le film il y a six ans. Au début, j’ai eu peur que notre amitié en souffre, mais elle n’est que plus forte. Nous travaillons bien ensemble. […] Andrew rend les choses faciles. »
Les deux partenaires seront sur place pour répondre aux questions de l’audience lors de la projection de Sovereign Soil au YKIFF, le dimanche 10 novembre à 19 h.
Il sera aussi présenté à Dawson City, à une date pour l’instant indéterminée.
Si les réactions au film sont positives, deux suites auront lieu. La première sera consacrée aux rapports à la terre des gens travaillant dans les ressources, mines, trappage, etc.
La seconde sera axée sur la façon dont l’esthétisation de la terre conditionne notre rapport à celle-ci.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561