Enquête : Le panier d’épicerie nettement plus cher dans le Nord

Les petites collectivités du Nord payent parfois leurs denrées alimentaires plus de trois fois le prix affiché dans les grands centres. À Whitehorse, au Yukon, cependant, les prix sont parmi les plus bas au pays.

Francopresse et quelques journaux membres de l’Association de la presse francophone ont envoyé des journalistes faire l’épicerie. L’objectif : mesurer la variation du cout d’un panier d’épicerie type d’un bout à l’autre du pays. Résultats : le prix régulier pour un même article peut fluctuer de plus de 300 %, en particulier pour les produits frais.
Les résultats ont montré que les factures étaient beaucoup plus élevées dans les trois territoires que dans les autres régions ciblées. Encore, le panier d’épicerie coute plus cher dans les provinces du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard qu’en Ontario.
Du plus bas au plus élevé, le panier type coute 62,32 $ à Sudbury, en Ontario, et 138,00 $ à Inuvik, aux Territoires du Nord-Ouest. Exception faite, la facture totale à Whitehorse s’élève à seulement 72,26 $ ce qui en fait le deuxième moins cher au classement.
Le cout des fruits et légumes semble lui aussi suivre la même tendance.
Ce résultat peut être associé à plusieurs facteurs. Comme l’explique le professeur Sylvain Charlebois, spécialisé dans le domaine de la distribution alimentaire et de la traçabilité des aliments.
« C’est normal d’observer une différence entre les prix si l’on prend en compte des facteurs comme la densité de la population, la distance à parcourir, la logistique qui est nécessaire pour déplacer ces produits ainsi que la demande de certains produits. »
On remarque toutefois une disparité des prix dans les capitales comme Yellowknife et Whitehorse et les villes très éloignées ou non accessibles par la route, comme Inuvik et Iqaluit, où le cout total des fruits et des légumes est deux fois plus élevé.

D’importantes variations
Les prix pour un même article font aussi état de variations importantes comme pour le bœuf haché, dont le prix oscille entre 6,59 $ à 17,29 $ le kilo.
Les plus grandes variations de prix en pourcentage vont au-delà de 300 %. C’est le cas du concombre anglais, à 330 %, et du pain de blé entier tranché, qui dépasse 320 %. M. Charlebois est surpris d’une aussi grande variation entre provinces et territoires.
« Encore là, on devrait s’attendre à une différence, mais elle est quand même assez importante. Une variation qui dépasse les 200 %, c’est beaucoup. »
La différence de prix, même si elle est attendue, suscite plus d’inquiétude dans le Nord, d’autant plus que certaines agglomérations souffrent d’insécurité alimentaire. M. Charlebois rappelle que des initiatives ont cherché à dédommager ces citoyens, mais ne sont jamais vraiment allées de l’avant, l’enjeu pesant peu à l’échelle nationale.

Méthodologie
L’enquête a été réalisée du 15 mai au 3 juin dans différentes chaines alimentaires, ce qui peut représenter un facteur dans la différence des prix. Dans les communautés où il existe plus d’un marché d’alimentation, les journalistes ont visité la chaine meilleur marché. Les journalistes devaient relever les prix réguliers.
L’enquête a été rendue possible grâce à la participation des journaux suivants : Le Moniteur acadien, La Voix acadienne, Agricom, Le Voyageur, Le Nord, L’Aurore boréale, L’Aquilon et Le Nunavoix.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages