23e Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne : Le mémoire du commissaire

20 juillet 2018
Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, et Chantal Alarie, sa représentante en Alberta, en Colombie-Britannique, au Yukon et aux TNO. (Crédit photo : Denis Lord)

Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, et Chantal Alarie, sa représentante en Alberta, en Colombie-Britannique, au Yukon et aux TNO. (Crédit photo : Denis Lord)

 

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Raymond Théberge, déposera son propre mémoire sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles (LLO). C’est ce qu’il a déclaré le 5 juillet à Whitehorse, après une causerie avec les fonctionnaires et élus réunis pour la 23e Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne.
Bien malin par contre qui peut prédire à quoi ressemblera son mémoire. Monsieur Théberge révèle qu’il comprendra ses positions sur ce que devrait être le rôle et les pouvoirs du commissaire dans une loi modernisée, mais se refuse pour l’instant à les définir. « Nous n’avons rien écarté, tout est sur la table, dit Raymond Théberge. Plusieurs intervenants ont dit qu’il devrait y avoir des pouvoirs coercitifs, un tribunal administratif. Parfois ça serait peut-être utile, mais de manière générale les institutions fédérales respectent les recommandations. »


Par contre, le commissaire considère qu’un tribunal administratif ne peut relever du Commissariat puisqu’il deviendrait alors juge et parti. Il pourrait par contre être doté d’ententes exécutoires, ce qui obligerait les institutions à suivre ses recommandations, contrairement à la situation actuelle.


Après six mois en poste, Raymond Théberge est encore en réflexion sur son poste, sur la manière d’assumer les mandats de protection et de promotion. Comme tous ses homologues provinciaux et territoriaux, il fait partie de l’International Association of Language Commissionners, où se retrouvent d’autres pays multilingues, comme l’Irlande ou la Belgique. « Il y a plusieurs modèles, d’autres commissariats ont d’autres pouvoirs explique M. Théberge. Mais c’est le gouvernement qui décidera quel pouvoir il donnera au commissaire. »

Programme
Pour ce qui est des différentes parties de la modernisation de la LLO, le mémoire du Commissariat devrait être nourri des consultations de la population canadienne qui ont eu lieu. M. Théberge dit qu’il y a eu 43 consultations en personnes et que 4200 répondants anglophones et francophones ont répondu à un sondage. « Il y a un consensus que l’on doit changer la loi », dit-il.


Le Comité sénatorial permanent sur les langues officielles œuvre également à son propre mémoire sur la modernisation de la loi, tout comme devrait le faire son équivalent à la Chambre des communes, présidé par Denis Paradis. M. Théberge, qui s’attend à comparaitre devant les sénateurs souhaite trouver un consensus avec les deux comités et éviter une compétition de rapports.


Le commissaire croit que le gouvernement fédéral attendra les élections de 2019 pour s’engager dans une réforme de la LLO. « Et nous serons prêts, dit-il. Nous aurons consulté tous les intervenants. Nous aurons une position qui aura probablement plusieurs options, parce que c’est le gouvernement qui prendra les décisions, qui [modifiera] telle ou telle partie de la Loi. Ça fait 50 ans qu’on vit avec cette loi au Commissariat, on connait ses lacunes et ses forces, et on souhaite faire partie intégrante du processus. »


Le commissaire suivra la mise en œuvre du Plan d’action sur les langues officielles 2018-2023 pour s’assurer que l’attribution des fonds et la mise en place des mesures correspondent à ce qui est annoncé.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de nouvelles
Journaliste à Yellowknife |
Marie-Soleil Desautels
Journaliste à Hay River | Thomas Chabot
Journaliste IJL | Thomas Ethier
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867-766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4T
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
614 – 115, rue George, Oakville, ON L2J 0A5
T 905-599-2561