Faire travailler sa langue : Le marché du travail en français

08 juin 2001
0 Commentaire(s)
Le comité d'étude chargé de se pencher sur les besoins des francophones des T.N.-O. en matière d'emploi et de formation a tenu sa première rencontre par le biais d'une conférence téléphonique le 31 mai dernier. Les membres ont évalué la méthodologie du projet coordonné par Sylvie Francoeur, de la firme ontarienne de consultants Nadeau, Beaulieu et Associé.e.s. « C'est une étude qui cherche à établir le lien entre la langue et le travail aux T.N.-O. et la place du français dans le milieu du travail », a expliqué Sylvie Francoeur en début de conférence. Daniel Lamoureux, directeur général de la FFT, Nadia Laquerre, de Fort Smith, Ann Church, d'Inuvik, Julie Bouchard, de Yellowknife, Robert Galipeau, représentant du gouvernement territorial, Karen Sewell, du ministère du Développement des Ressources humaines du Canada et Lorraine Taillefer, de Hay River (absente lors de la rencontre) composent le comité formé au début du mois de mai. La réunion a permis de déterminer les modalités à suivre dans cette tournée orchestrée aux T.N.-O. pour prendre le pouls du marché du travail francophone. L'ancienne agente de développement de la FFT a entrepris ce parcours à Fort Smith le 1er juin et doit se rendre à Hay River, Inuvik et Yellowknife entre le 4 et le 8 juin. Déjà, les résultats des premières rencontres à Fort Smith dépassent les objectifs anticipés. « J'ai rencontré 14 personnes et je prévoyais réaliser 10 entrevues, explique Sylvie Francoeur. Tout s'est très bien passé. »

Les membres du comité se sont entendus pour que les entrevues se déroulent soit lors d'une seule grande rencontre, soit par petits groupes, ou individuellement. « Chaque communauté aura la responsabilité de déterminer quel format lui convient le mieux afin d'amener le plus de gens à participer », ont conclu les membres du comité. À Fort Smith, des petits groupes et des rencontres individuelles ont permis l'atteinte des objectifs fixés par les membres.

L'étude vise à dresser un portrait des besoins des francophones sans emploi ou de ceux qui désirent réorienter leur carrière. Les besoins des francophones qui cherchent à partir leur propre entreprise sont également pris en compte.

Deux autres rencontres sont prévues au calendrier du comité d'étude. Un compte rendu des entrevues aura lieu le 19 juin prochain et un rapport préliminaire devrait être déposé au cours du mois d'août, à une date encore non déterminée.

Le premier projet à la base de cette étude a été remis par la FFT le 4 janvier 2000 au ministère du Développement des Ressources humaines du Canada. Une entente a été conclue le 5 avril 2001. Le contrat a été octroyé à la firme de consultants Nadeau, Beaulieu et Associé.e.s, qui l'a ratifié le 29 mai dernier.
Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages