S'abonner à Médias Ténois

Le festival d’art anonyme de la galerie Down to Earth se ponctue d’un franc succès

La galerie d’art Down to Earth, dans la vieille ville de Yellowknife, organise et accueille annuellement son festival d’art anonyme. (Crédit photo : Lambert Baraut-Guinet)

La galerie d’art Down to Earth, dans la vieille ville de Yellowknife, organise et accueille annuellement son festival d’art anonyme. (Crédit photo : Lambert Baraut-Guinet)

Après trois jours d’exposition, près de la moitié des tableaux avaient déjà été acquis par les curieux et les passionnés d’art de Yellowknife. Toute la journée du dimanche 20 février, premier jour du printemps, les acheteurs se sont relayés pour venir récupérer leurs acquisitions et découvrir les artistes en étant à l’origine.

C’est tout le but de l’organisation, que l’anonymat des artistes soit garanti jusqu’à la fin de l’exposition, pour permettre à tout un chacun d’y participer, sans complexe. Habituellement tenue en automne, l’édition de 2021 avait été reportée au printemps, notamment à cause d’une certaine « difficulté à obtenir nos petits tableaux », explique Valérie Gamache, qui travaille à la galerie.

« Finalement, c’est plutôt bien tombé, poursuit-elle. Comme les gens sont en vacances en ce moment [pour la relâche de printemps, NDLR], ils ont pu venir voir l’exposition en famille. »

Une affluence qui a permis au public d’admirer les presque 150 tableaux exposés. « Un bon 140, précise Valérie, sur environ 170 canevas vierges vendus au départ », soit une bonne proportion de personnes participantes au défi.

Chacune des toiles blanches coute au départ dix dollars pour les artistes, et est vendue quatre-vingts dollars une fois exposés. Sur cette somme, « les artistes en récupèrent soixante, les vingt restants étant pour la galerie », détaille Mme Gamache.

Une « bonne soixantaine de tableaux » avaient déjà été vendus le dimanche 20 mars à l’ouverture de la galerie, alors que commençaient à arriver de nouveaux curieux, en balade dominicale ou en étape avant un brunch en famille ou un passage au château de neige pour l’exposition de sculptures sur neige.

Pour certains, c’est un peu tout ça à la fois. Un évènement annuel et une sortie en famille. Entourée de son compagnon et de ses beaux-parents, Carole Musialek raconte : « Chaque année, c’est super. C’est intéressant, on voit des médias différents. C’est la sixième ou septième fois que l’on vient, et on peut reconnaitre certains artistes, qui utilisent les mêmes médias ou ont le même style. »

« Il y a des gens locaux, des artistes, et des gens qui essaient », abonde son partenaire, Yves Lecuyer, dans ce qui résume peut-être le mieux cette exposition. Une parenthèse de quelques jours où des anonymes peuvent se délecter à l’aveugle des œuvres d’autres anonymes.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.