S'abonner à Médias Ténois

Le Slave Sud s’équipe d’une grainothèque

Représentation de l’AFTSO des étiquettes de variétés de légumes et de plantes qui seront mises à disposition dans la future grainothèque. (Courtoisie AFTSO)

Représentation de l’AFTSO des étiquettes de variétés de légumes et de plantes qui seront mises à disposition dans la future grainothèque. (Courtoisie AFTSO)

Le 12 mai prochain, l’Association franco-ténoise du Sud et de l’Ouest basée à Hay River ouvrira les portes de sa grainothèque. Le principe est simple, les habitants pourront, en échange d’une adhésion à l’association ou d’un abonnement à la grainothèque, « emprunter » des variétés de graines pour la saison estivale.

« C’est un principe de prêt de graines, explique la directrice de l’Association franco-ténoise du Sud et de l’Ouest (AFTSO), Mila Benoit. À partir des semis qu’ils ont plantés, les gens ramènent les graines obtenues à la fin de l’été. C’est comme une bibliothèque : mais au lieu de livres qu’on lit, puis qu’on ramène, c’est une graine issue d’une semence qui aura fleuri, fais un fruit ou un légume ou une fleur, qu’on ramène. »

L’idée est relativement simple donc, et vient se greffer aux autres activités déjà proposées par l’AFSTO. Comme le mentionne Mila Benoit, la présence dans les locaux de l’association « d’une bibliothèque pour les livres, les DVD ou les CD », facilite la mise an place de l’initiative d’emprunt de graines.

Depuis la création de la première grainothèque publique à New York en 2004, de multiples initiatives similaires ont fleuri partout dans le monde, et notamment au Canada. Localisées majoritairement dans les grands centres urbains, de nombreuses bibliothèques ont suivi le mouvement, et ont lancé leurs propres grainothèques, parfois appelées jardinothèques.

La tomate Galina est une variété de tomate dont les habitants de Hay River pourront emprunter les graines à partir du 12 mai 2022. (Courtoisie AFTSO)

Au départ, ces initiatives ont l’objectif de poursuivre les missions de partages de connaissances et de compétences des établissements bibliothécaires en l’étendant à la préservation et au partage de semences. Mais dans le Nord, cette mission a aussi une valeur plus fondamentale : la sécurité alimentaire.

L’élevage et l’agriculture ne sont pas des activités simples dans le climat subarctique des Territoires du Nord-Ouest. La majorité des produits de première nécessité doivent donc venir du sud du pays, et sont donc à la fois moins disponibles et plus chers.

Comme le mentionne Mila Benoit, « il y a des problèmes en termes d’alimentation locale », et la mission de l’AFTSO, comme celle des autres structures associatives de la région, est aussi de mettre en place « des projets pour favoriser l’alimentation locale et la sécurité alimentaire ».

Pour toutes ces raisons, les habitants de Hay River, adhérents ou non à l’association, sont invités le 12 mai de 16 hà 19 h, à venir chercher les plantes qui les intéressent dans les locaux de l’AFTSO. « Nous mettrons des pots, de l’engrais biologique et de la terre à disposition, explique la directrice. Tout le monde pourra partir faire ses semis et rapporter ses nouvelles graines à la fin de l’été. »

Pour renouveler le cycle et préparer l’année suivante. Car c’est le but de l’initiative : permettre aux habitants de planter et faire pousser des plantes adaptées au rude climat local, et enclencher un cycle vertueux de cultures locales.

Conseillée par la Société des Plantes, une entreprise québécoise spécialisée dans la culture de semences, l’AFTSO a commandé une liste de graines spécialement pour la région. Les habitants auront donc le choix entre des semences aux noms imagés : Rhubarbe à tige rouge, concombre petit russe, radis Purple Plum, épinard grimpant du Caucase ou tomates Galina seront au menu, prêts à être plantés dès les prochains jours.

L’idée générale est bien sûr de pérenniser la grainothèque, en alimentant annuellement la banque de graine avec les productions des participants, tout en ajoutant progressivement de nouvelles variétés.

L’AFTSO ne compte pas s’impliquer dans les phases de culture et de mise en semis, notamment car, d’après la directrice de l’association, « d’autres organismes à Hay River ont plus d’expertise sur le sujet, comme le jardin communautaire. Notre but, c’est d’offrir des graines variées et de le rendre accessible aux gens. »

Et c’est déjà une belle étape.

Pour plus de renseignements, les lecteurs et lectrices peuvent trouver plus d’informations sur la page Facebook de l’AFTSO.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.