Prix Jeanne-Dubé : Le Jeanne-Dubé à Sylvie Savoie

07 février 2019
Sylvie Savoie. (Archives L'Aquilon)

Sylvie Savoie. (Archives L'Aquilon)

La francophonie ténoise souligne l’engagement durable de Sylvie Savoie.

La militante Sylvie Savoie est la lauréate du prix Jeanne Dubé 2018, par lequel la Fédération franco-ténoise (FFT) récompense « l’engagement extraordinaire d’un individu envers la communauté francophone des Territoires du Nord-Ouest ».


Au fil de deux décennies, Mme Savoie a occupé de nombreux postes au sein des organismes et associations liés à l’éducation francophone aux TNO.


Elle a fait partie du Comité des parents de l’école Allain Saint-Cyr, qu’elle a aussi présidé de 2014 à 2018. Elle a aussi été présidente et membre du conseil d’administration de la Garderie Plein Soleil.


L’Acadienne originaire de Bathurst s’est en outre signalée à l’Association des parents ayants droit de Yellowknife (APADY), à la FFT et comme présidente du Regroupement des parents francophones des TNO, un défunt membre de la FFT qui comptait des représentants à Yellowknife, Fort Smith, Inuvik et Hay River.


Enfin, elle a été membre du c.a. d’un projet de collège qui a précédé le Collège nordique et représentante à la Commission nationale des parents francophones.

Un engagement de longue haleine
« Ça me donne le sentiment que j’ai fini mon travail, dit en s’esclaffant Sylvie Savoie, lorsque questionnée à propos de son prix. C’est comme un lifetime achievement award. »


Alors que ses enfants ne sont plus à l’école et que l’APADY fermera en avril si d’autres parents ne s’y engagent pas, Mme Savoie dit garder la porte ouverte à d’autres engagements. Elle évoque, mais sans plus, le projet de centre communautaire de la FFT


Sécurité
Après des années de lutte et d’engagement, l’école Allain St-Cyr est enfin dotée d’un gymnase et de locaux supplémentaires. Sylvie Savoie, qui travaille dans le secteur des assurances, souhaite que ces acquis renforcent l’attachement à l’institution et que davantage de jeunes y terminent leurs études. L’infrastructure, note-t-elle, va permettre à plus de gens de s’impliquer.


La francophonie ténoise ne peut cependant rien prendre pour acquis même si elle a « fait des pas dans la même direction », souligne Mme Savoie.


« Je trouve ironique de voir à l’hôpital toutes ces affiches où c’est écrit qu’on parle français, dit-elle, alors que personne ne parle français. »


Aujourd’hui, à l’hôpital, elle dit choisir la langue qui va le plus vite pour avoir des services alors qu’elle demandait ses services en français lorsque ses enfants étaient jeunes. « Est-ce que je fais partie du problème s’interroge-t-elle? En tout cas, je ne fais pas partie de la solution. »

Un choix consensuel
Le prix Jeanne-Dubé sera remis à Sylvie Savoie lors d’une cérémonie à l’hôtel Chateau Nova, le samedi 9 février à compter de 16 h.


La FFT n’a pas été en mesure de dire à L’Aquilon combien de candidatures elle avait reçues pour le prix ni l’identité de la personne ayant suggéré Mme Savoie. Un réseau informel d’une trentaine de personnes, dont l’identité n’a pas été divulguée, aurait plébiscité ce choix.


Présidente du comité de coordination du Réseau Santé TNO, elle-même ancienne récipiendaire du Jeanne-Dubé (2016), Suzette Montreuil approuve pleinement la sélection de Sylvie Savoie, une personne dévouée qui s’est engagée pleinement et longtemps, dit-elle.


Même approbation du côté de Jacques Lamarche, ancien président de l’APADY et représentant de la FFT à la Commission nationale des parents francophones. « C’est mérité, assure cet autre lauréat du Jeanne-Dubé (2017). Ça fait plusieurs années qu’elle se dévoue à la francophonie. Elle a présidé la garderie, elle été à l’APADY, au Comité de parents de St-Cyr. C’est vraiment fantastique. »


Le prix Jeanne-Dubé a été créé en 1993 en l’honneur de cette cuisinière de Fort Smith qui a « conservé sa langue dans un milieu multiculturel où le français était on ne peut plus minoritaire ».


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages