Dossier itinérance : Le GTNO tourne le dos à la Women’s Society

L'hôtel Arnica Inn de Yellowknife. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

L'hôtel Arnica Inn de Yellowknife. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

L’association comptait aménager 42 chambres dans l’Arnica Inn pour pallier le problème d’itinérance des femmes à Yellowknife.

« Choquée et consternée. » C’est en ces mots que la mairesse de Yellowknife Rebecca Alty s’est exprimée sur le refus de la Société canadienne d’hypothèque et de logements (SCHL) de transformer l’hôtel Arnica Inn en logement public. Le gouvernement territorial, selon la mairesse, n’a pas assez soutenu le projet. Plus d’une semaine après l’annonce, Paulie Chinna, la ministre responsable de la Société d’habitation des Territoires du Nord-Ouest et ministre responsable de l’itinérance, s’est exprimée pour la première fois sur le sujet.
Selon elle, la solution serait d’envoyer une nouvelle demande à la SCHL. Elle a également évoqué le fait qu’elle devait d’abord prendre connaissance de la proposition de l’association. Un dossier dont elle aurait déjà eu connaissance le 22 janvier selon Bree Denning, la directrice de l’association Women’s Society (YKWS).
«  Si la décision ne s’inverse pas, notre plan sera totalement écarté.  »
« Il serait effectivement possible de renouveler une demande, mais la date butoir est fixée au 31 mars prochain, déplore la directrice. Le propriétaire a déjà attendu assez longtemps pour nous, donc on ne peut pas vraiment lui réclamer un délai supplémentaire. Si la décision ne s’inverse pas, notre plan sera totalement écarté. »
D’après Bree Denning, un autre facteur rentre en jeu?: la concurrence du marché. L’hôtel serait convoité par des entrepreneurs voulant investir dans le tourisme. « Il y a des petites cuisines, c’est très bien placé », fait remarquer la responsable.

Des chambres aménageables
Il y a plus d’un an maintenant, YKWS, basée dans la capitale des TNO, a répondu à un appel à projets. Depuis sa fondation en 1990, cette société à but non lucratif lutte contre l’exclusion des femmes et les aide à s’intégrer dans la vie, notamment en leur fournissant un toit. Dans sa mire, la réhabilitation de l’Arnica Inn, hôtel reconnaissable à sa devanture rouge, situé sur l’avenue Franklin. Le bâtiment est constitué d’un grand nombre de logements qui pourraient très facilement se transformer en appartement. Si la proposition de l’association avait été retenue, environ 42 chambres auraient pu ainsi être aménagées pour tenter d’atténuer le manque criant d’hébergement à Yellowknife.
En 2018, 338 personnes étaient recensées comme sans abris à Yellowknife.

Pourquoi le projet a-t-il été refusé ?
Pour Bree Denning, ce refus vient bouleverser tous les plans mis en place depuis maintenant neuf mois. En réponse à son incompréhension, trois raisons ont été avancées.
« La principale est que la Société d’habitation des TNO ne soutient pas notre demande, la seconde que nous n’avons pas une assez bonne idée de l’évaluation des couts, énumère-t-elle. Troisièmement, le nombre de bénéficiaires de l’aide au revenu étant en hausse, ce projet n’était pas nécessaire. Mais qui peut prévoir que la situation ne va pas changer ? »
« On était vraiment surpris des critères des bailleurs de fonds et qu’on ne puisse pas en discuter. »
À terme, le montant de l’entreprise de l’association était de 4 millions de dollars. L’Arnica Inn est évaluée à 3 millions de dollars.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561