S'abonner à Médias Ténois

Le Fond commémoratif Eva Henderson : honneur à une femme d’exception

De l’Alberta aux Territoires du Nord-Ouest, 
Eva Henderson était une infirmière dévouée, avant de mettre en pause sa carrière pour mieux se consacrer à sa vie de famille. (Courtoisie Sophie Kirby)

De l’Alberta aux Territoires du Nord-Ouest, Eva Henderson était une infirmière dévouée, avant de mettre en pause sa carrière pour mieux se consacrer à sa vie de famille. (Courtoisie Sophie Kirby)

La Yellowknife Community Foundation (YKCF) a annoncé, le 2 août 2022, la mise en place du Fond commémoratif Eva Henderson, honorant la mémoire d’Eva Henderson, figure très appréciée à Yellowknife.

Yacine Charaf-Eddine

« C’est un honneur pour la YKCF d’établir le Fond commémoratif Eva Henderson afin d’inspirer et d’encourager les professionnels de la santé à poursuivre l’héritage d’Eva », déclare Laurie Gault, présidente de la Yellowknife Community Foundation, dans un communiqué de presse.

Le fond commémoratif prendra la forme d’une bourse visant à encourager les professionnels de la santé – ainsi que les étudiants – qui résident à Yellowknife à poursuivre leurs études, notamment en soins palliatifs.

Pour rappel, les soins palliatifs ont pour objectif de prévenir ou de réduire des douleurs physiques ou psychologiques, sans chercher à les guérir.

À ce sujet, Sophie Kirby, directrice générale à la Yellowknife Community Foundation, donne plus de précisions : « Audrey Henderson, la fille d’Eva, souhaitait mettre l’accent sur les soins palliatifs – et les soins en fin de vie – afin de continuer l’œuvre de sa mère, pour qui ces soins avaient une importance particulière ». Audrey ajoute dans le communiqué de presse : « Eva passait du temps au chevet de ses patients, leur offrait un confort maternel ainsi qu’une expertise médicale. »

La date précise de l’inauguration du fond commémoratif n’a toutefois pas encore été annoncée.

 

Une infirmière née

Eva Henderson voit le jour le 20 juillet 1925 dans une ferme située non loin d’Edmonton, en Alberta. Selon ce qu’on peut lire dans le communiqué de la YKCF, Eva Henderson exprimait, dès sa tendre enfance, une personnalité joviale et arborait un sourire perpétuel sur son visage. Elle prenait toujours le temps d’écouter avec beaucoup d’attention toutes les personnes avec qui elle échangeait, une qualité qui ne la quittera jamais.

Devenir infirmière avait toujours été une évidence pour Eva. Elle a suivi une formation à l’hôpital général d’Edmonton dont elle est sortie fièrement diplômée. En 1948, Eva est officiellement infirmière.

Elle a pris la décision de passer ses premières années dans des régions reculées de l’Alberta, ce qui témoignait de sa volonté d’aider les autres sans se soucier de son confort personnel.

« Eva était dotée d’un talent naturel lui permettant de percevoir ce que les mots avaient parfois du mal à exprimer. Cela aidait à aborder les situations sous un nouvel angle, bien au-delà des compétences en soins infirmiers enseignées à l’école », affirme sa fille, Audrey, dans le communiqué de presse.

Après avoir mis en pause sa carrière d’infirmière pour mieux se consacrer à sa vie de famille, Eva recommence à travailler en 1970 à Churchill, au Manitoba, avant de passer quelque temps à Fort Smith, puis de définitivement s’installer à Yellowknife – jusqu’à son décès, le 17 janvier 2022.

 

Les autres, bien plus qu’une passion

À Yellowknife, les traces laissées par Eva Henderson sont encore bien visibles. Sans sa contribution, la capitale aurait été sans doute bien différente. Elle a été l’une des membres fondatrices de l’Association des infirmiers et infirmières des TNO, elle a travaillé à l’hôpital Stanton et a aidé à mettre en place des services de soins à domicile.

De 1995 à 2014, cette femme au grand cœur a consacré une partie de sa vie au Henderson Bed and Breakfast, une chambre d’hôte qui mettait un point d’honneur à accueillir comme il se doit des gens de tous horizons, qu’ils soient venus à Yellowknife comme simples voyageurs ou avec l’intention de s’y installer. Eva Henderson répétait tout le temps : « Vous arriverez comme des invités, mais vous repartirez comme des amis. » À travers la chambre d’hôte, Eva agissait comme un intermédiaire, un pont pour les infirmières fraîchement arrivées dans la capitale : par sa grande connaissance des cultures du Nord, qu’elle ne refusait jamais de transmettre, Eva partageait aux nouvelles arrivantes des petits détails qui facilitaient grandement leur intégration. Encore aujourd’hui, certaines de ces infirmières accueillies par Eva Henderson vivent à Yellowknife et contribuent à leur tour à améliorer la vie de ses habitants.

Le Henderson Bed and Breakfast a fermé ses portes en 2014 dû à l’âge avancé d’Eva et de son mari, ainsi que d’un manque de temps d’Audrey qui occupait trois emplois, dont la direction de la chambre d’hôte.

« Les gens étaient sa passion et elle s’est très bien occupée d’eux », conclut Audrey Henderson, dans le communiqué de presse.

Les dons au fond peuvent être effectués sur CanadaHelps.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.