Éducation postsecondaire : Le Collège satisfait

29 août 2019
La façade du Collège nordique francophone au centre-ville de Yellowknife. (Crédit photo : Batiste Foisy)

La façade du Collège nordique francophone au centre-ville de Yellowknife. (Crédit photo : Batiste Foisy)

« C’est ça notre objectif. Tout à fait ! », lance sans détour la directrice générale du Collège nordique francophone, Josée Clermont, quand on lui demande si le collège pourrait éventuellement décerner des programmes de niveau universitaire accrédités en français à Yellowknife.
Avec l’adoption, la semaine dernière, de la Loi sur l’éducation postsecondaire ce vieux rêve de la communauté franco-ténoise pourrait passer de l’ambition à la réalité dans un horizon pas si lointain.
« Nous, nous avons un plan en marche échelonné sur cinq ans », annonce Josée Clermont.
La législation définit les critères permettant l’accréditation d’un établissement d’éducation postsecondaire en vue de l’habiliter à décerner des grades et, ultimement, des diplômes. Avant l’adoption de cette loi, l’idée même d’un diplôme universitaire ténois, sans égard à la langue d’enseignement, n’était pas envisageable. Maintenant la donne a changé.
« Cela offre une certaine assurance qualité, détaille Mme Clermont. Pour être accrédité, il faut satisfaire certains critères de qualité. Cela offre aussi une protection pour les étudiants. En s’inscrivant dans un collège qui est reconnu et accrédité, cela signifie qu’il y a des lois, des politiques obligatoires qui encadrent l’enseignement. Ce que ça fait, c’est que, là, on devient un vrai collège. »
Des consultations préliminaires ont été menées l’an dernier auprès d’élèves du secondaire des programmes francophones et d’immersion des TNO et la demande semble être là.
« Les résultats ont été tellement positifs qu’on a décidé de poursuivre l’étude. […] Ce que les étudiants nous ont dit, c’est que, oui, ils sont intéressés à l’idée de compléter une ou deux années universitaires bilingues, ici. Ce qu’ils recherchent c’est, d’une part, la qualité et, de l’autre, la vie étudiante. Si nous avions un partenariat avec [une éventuelle université territoriale] polytechnique, nous serions en mesure de l’offrir. »
Cette année, les consultations seront étendues aux élèves des écoles qui n’ont pas été rejoints l’an dernier, aux parents de futurs étudiants et aux anciens étudiants qui sont revenus au territoire sans avoir terminé une formation universitaire.

Bilingue
Si le Collège envisage d’offrir de la formation postsecondaire accréditée dans un horizon de cinq ans, cela ne veut pas dire non plus que l’établissement décernera des diplômes de baccalauréat. Pour l’instant, le modèle envisagé est calqué sur celui du Collège de l’Île. Cet établissement d’enseignement francophone de l’Île-du-Prince-Édouard offre diverses formations de niveau postsecondaire en français en partenariats avec d’autres établissements canadiens.
« Nous n’allons pas nécessairement commencer à créer nos propres programmes du début à la fin, tempère la directrice du Collège nordique francophone. Nous sommes trop petits pour ça. Ce que nous prétendons, c’est que, dans le futur, nous pourrions, par exemple, offrir une première année d’université bilingue, en collaboration avec la polytechnique. Puis, à ce moment-là, les étudiants qui obtiennent leur diplôme d’immersion ou des programmes de français langue première pourraient suivre deux ou trois cours en français. Mais nous n’offririons pas un programme complet en français. Le bassin de population n’est pas là. »
Lors des consultations auprès des élèves du secondaire, plusieurs auraient signifié un intérêt pour des cours de science et de mathématique en français. Les premiers cours en français accrédités du Collège pourraient donc être des cours de science.
Mais, alors, le Collège nordique a-t-il l’intention de devenir le département francophone d’une future université polytechnique territoriale, un peu comme le Campus Saint-Jean de l’Université d’Alberta ?
« Ça, répond Josée Clermont, c’est au conseil d’administration du Collège de le décider. »

Des cours déjà offerts
En attendant, le Collège nordique offre déjà des formations en français qui mènent à l’obtention d’un diplôme reconnu.
En collaboration avec Éducacentre, un établissement accrédité de Colombie-Britannique, il est possible de suivre à distance quatre programmes de formation de niveau collégial : une technique en administration des affaires, un programme de gestion touristique, une technique en éducation à la petite enfance et un programme en aide pédagogique spécialisé.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.