Contenu original télé : Le CRTC hausse de 4 % les fonds pour les productions hors Québec

Unis  a  lancé  le  5  septembre  une  2e  saison  de  la  série  Comment  devenir  un  adulte,  de  Wookey  Films  (Winnipeg).  Dans  cette  image,  Max  est  stressé  par  son  audition  de  hip-hop.  (Photo  :  UnisTV)

Unis a lancé le 5 septembre une 2e saison de la série Comment devenir un adulte, de Wookey Films (Winnipeg). Dans cette image, Max est stressé par son audition de hip-hop. (Photo : UnisTV)

Dès 2013, et en prévision du renouvèlement de la licence de TV5/Unis jusqu’en 2023, des tractations ont eu lieu pour augmenter la part des dépenses publiques consacrées à la production télévisuelle hors Québec.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) augmentera de 36 à 40 % le seuil minimal de dépenses en émissions originales canadiennes produites en français en milieu minoritaire à partir de 2020.
 C’est une augmentation par rapport à la dernière licence, note la directrice générale de l’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC) Carol Ann Pilon, et cela se traduira en une hausse du nombre de projets et/ou des budgets de production. »


Cette nouvelle mesure du CRTC est le résultat de tractations de groupes de médias et des pressions de l’Alliance des producteurs francophones du Canada en faveur d’une augmentation des investissements hors Québec.
« Bien que nous aurions souhaité que ce pourcentage soit établi à 50 % », souligne le président de l’Alliance, Jean-Claude Bellefeuille, « la reconnaissance du CRTC d’accélérer la cadence de l’élan donné aux producteurs des communautés francophones depuis 2013 est encourageante. »


Les nouvelles exigences fédérales constituent une bonne nouvelle pour la majorité des 24 membres de l’Alliance qui œuvrent dans la production télévisuelle.


Un délai de 18 à 24 mois entre la commande et la diffusion

L’organisme estime que cette croissance, à laquelle s’est opposée l’Alliance québécoise de la production médiatique, va renforcer « la place et le rôle de la francophonie canadienne » dans la production de contenu original canadien. La décision finale du CRTC assurera « un meilleur reflet des régions et de l’ensemble de la francophonie canadienne ».

La décision d’augmenter le seuil minimal de dépenses a été rendue dans le cadre du renouvèlement de la licence nationale et de l’ordonnance de distribution obligatoire de TV5/Unis jusqu’en 2023. « L’impact en termes de dollars est difficile à dire, car les chiffres fournis par TV5 sont difficiles à décortiquer », précise Carol Ann Pilon de l’APFC.
Dans sa décision, le CRTC a tenu compte de la capacité de TV5/Unis de s’adapter au seuil de 40 %. La chaine a fait valoir que la mesure ne pouvait être mise en œuvre avant 2020, compte tenu du délai de 18 à 24 mois entre la planification des émissions et leur diffusion.


Le CRTC reconnait que « TV5/Unis est apprécié par la population canadienne » et joue un rôle critique dans l’épanouissement des minorités francophones en appuyant « leur développement et leur reflet à l’écran », dans le respect de la Loi sur les langues officielles.


Peu d’émissions locales à part des nouvelles de TFO et de SRC
« À part TFO et les stations de télévision et services facultatifs de la SRC, dont la programmation locale consiste principalement en de nouvelles locales, note le CRTC, il existe très peu de programmation représentant les communautés de langue officielle en situation minoritaire à l’écran. »


La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) s’est réjouie du renouvèlement de l’ordonnance de cinq ans « qui oblige les câblodistributeurs et les entreprises de télévision par satellite à distribuer TV5 et Unis au service de base ». Le tarif mensuel de 28 cents par abonné est fixé jusqu’au 31 aout 2023.


Parce que le nombre d’abonnés à la télé est en diminution, rappelle le président Jean Johnson, « les revenus d’abonnement vont baisser au cours des prochaines années. Notre souci, c’est d’assurer que ça ne provoque pas une érosion des investissements de TV5/Unis dans les talents de nos communautés. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages