S'abonner à Médias Ténois

Lancer un album : de l’idée au disque

Douze candidats seront sélectionnés pour le programme Cycle de Vie d’un Album ou EP. 
(Courtoisie Musique francophone de l’Ouest)

Douze candidats seront sélectionnés pour le programme Cycle de Vie d’un Album ou EP. (Courtoisie Musique francophone de l’Ouest)

La formation « Le Cycle de Vie d’un Album ou EP » est de retour aux territoires et dans l’Ouest canadien.
Organisée par Musique francophone de l’Ouest et franconnexion.info, cette formation permettra à la douzaine de participants sélectionnés d’acquérir les connaissances nécessaires à la production et au lancement d’un album.

Après une première édition destinée aux artistes et aux professionnels de la musique de niveau intermédiaire du Manitoba, le programme change de cap pour s’adresser aux candidats de niveau avancé des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et des quatre provinces de l’Ouest.

« Ce qu’on veut soutenir, ce sont des artistes et des professionnels de la musique qui ont déjà entamé le processus, qui ont déjà fait des prestations devant un public […] qui sortent de l’émergence », explique la coordonnatrice de projets pour franconnexion.info, Véronique Trudel.

Pour être sélectionnés, les artistes doivent donc avoir déjà mis en marché au moins un album en français (ou de production francophone) et démontré un engagement à faire progresser leur carrière. Les artistes ayant effectué des tournées pancanadiennes ou qui sont épaulés par une maison de disques de plus de quatre employés ne peuvent pas participer au programme.

En ce qui concerne les professionnels de la musique, il faut que le candidat travaille régulièrement avec au moins un artiste francophone et soit présent activement sur le marché musical afin d’être considéré. Un professionnel de la musique est inéligible s’il a plus de trois ans d’expérience à temps plein ou est déjà employé à temps plein dans une entreprise musicale de plus de trois personnes.

« On va prendre en considération le contexte géographique dans lequel le candidat se tient, ainsi que les ressources disponibles à la personne qui applique », nuance cependant Mme Trudel. Un candidat ne sera donc pas pénalisé s’il manque d’expérience professionnelle en raison d’un manque de ressources locales.

 

Une formation en deux volets

Le programme, offert entièrement à distance, commence par 24 heures de formations de groupe sur les différentes facettes du cycle de vie d’un album, soit la planification, le financement, la production, la distribution, la promotion, l’édition, les droits et l’exploitation. « Les heures se font en groupe et en ligne, dans le confort de votre foyer », ajoute Mme Trudel

Les candidats sélectionnés pourront participer à huit de ces formations au courant du mois de mai, chacune offerte par un formateur professionnel œuvrant dans le milieu. « On va vraiment voir tous les volets du cycle de vie d’un album », précise la coordonnatrice de projets pour franconnexion.info.

Le spécialiste en gestion de droit d’auteur et formateur du programme, Sébastien Charest.
(Courtoisie Musique francophone de l’Ouest)

Outre les formations de groupe, les participants auront droit à des consultations personnalisées. « On offre cinq heures de consultation individuelle. Alors si un participant ou une participante aimerait éclairer un aspect ou creuser un peu plus loin dans, par exemple, le droit et l’édition, il pourra le faire », indique Véronique Trudel.

C’est dans le cadre de ce deuxième bloc de formation que les participants pourront aborder et approfondir un aspect plus précis du cycle de vie d’un album, afin de mieux s’outiller. Chaque formateur étant spécialisé dans un volet différent, le candidat sera jumelé avec le guide adéquat.

« Mon rôle dans cette formation, c’est le volet des droits d’auteurs. Alors, tout ce qui concerne la rémunération du travail de ces participants lorsqu’il y a diffusion à la radio, d’installer ce que j’appelle “la tuyauterie”, pour s’assurer que si de l’argent découle de la diffusion, ça se rende dans leurs poches et à quel endroit récolter ces redevances-là », explique le formateur et spécialiste de la gestion des droits d’auteurs, Sébastien Charest.

« Donc je suis capable de leur parler du volet droit d’auteurs, mais je suis aussi capable de leur montrer où se situe ce morceau dans tout le casse-tête », ajoute M. Charest, qui compte 17 années d’expérience dans l’industrie musicale, notamment dans l’Ouest canadien.

Cette connaissance du milieu artistique de la francophonie en contexte minoritaire est, selon lui, un avantage dans le cadre du programme « Le Cycle de Vie d’un Album ou EP ». « Ça me permet de m’adapter et de ne pas uniquement avoir un discours québécocentriste, mais de comprendre la réalité de l’Ouest quand on est justement en situation minoritaire, lorsqu’on n’a pas les mêmes infrastructures autour de soi », poursuit-il.

Aux côtés de Sébastien Charest se joignent les formateurs Dorothée Parent-Roy, Jacynthe Plamondon, Jon Weisz, Pomeline Delgado et Nathalie Corbeil.

Les candidatures sont acceptées jusqu’au 12 avril et peuvent être soumises à l’aide d’un formulaire présent sur le site Web de Musique francophone de l’Ouest. Les candidats sélectionnés seront contactés à la mi-avril.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.