Cinéma documentaire : La réalisatrice Karine Genest s’affirme avec un deuxième documentaire sur le Nord

Karine Genest a toujours été passionnée de photographie et d’animaux. Ses documentaires lui permettent de partager ses deux passions avec le public. (Courtoisie Karine Genest)

Karine Genest a toujours été passionnée de photographie et d’animaux. Ses documentaires lui permettent de partager ses deux passions avec le public. (Courtoisie Karine Genest)

 Karine Genest a terminé la réalisation de son deuxième documentaire, Arctic Oasis, dont la sortie est prévue pour la fin de l’année 2020. Sa carrière dans l’image en mouvement reprend son envol de plus belle.

 

Après son premier documentaire L’Esprit des Ours, paru en mai 2019, Karine Genest n’a pas attendu avant de retourner derrière la caméra. La Francoyukonnaise d’adoption s’affirme en tant que réalisatrice avec Arctic Oasis, un voyage à la découverte du cercle arctique.


Tout d’abord intéressée par les polynies, ouvertures d’eau dans la banquise formées en partie par les courants marins et les vents, la réalisatrice a vu le sujet de son documentaire évoluer à force de recherches et d’entrevues. C’est finalement sur le cercle arctique en général qu’elle a décidé de se pencher.


De l’ile Victoria à l’ile de Baffin, Arctic Oasis transporte les spectateurs à la découverte de cette incroyable étendue de glace. Une façon pour Karine Genest de sensibiliser la population à des causes qui lui tiennent à cœur : le réchauffement climatique et son impact sur la nature.


« En discutant avec les chercheurs, je me suis rendu compte que le réchauffement climatique peut avoir un aspect positif pour certaines espèces animales », explique-t-elle. Ce point de vue peu connu sera désormais accessible au grand public.

De guide polaire à réalisatrice, un parcours sans encombre
« Ce qui me plait, c’est que tout s’est fait naturellement », confie la réalisatrice sur son parcours de vie. D’abord guide polaire au Yukon, puis à Churchill au Manitoba auprès des ours polaires, elle a accompagné des équipes de tournage avant d’elle-même faire le grand saut dans le monde cinématographique.


Passionnée de nature, Karine Genest l’a d’ailleurs toujours photographiée. « Dans le fond, j’ai simplement échangé mon appareil photo pour une caméra vidéo ! », lance-t-elle.


Grâce à l’aide et aux conseils de son partenaire de travail, Kelsey Eliasson, elle s’est lancée dans l’aventure. « Faire carrière en tant que guide, c’est compliqué, mais faire des documentaires, c’était trouver une alternative proche de nos valeurs », commente-t-il.

L’aventure des tournages, un apprentissage sur le terrain
Si Karine Genest connaissait déjà l’environnement dans lequel elle a tourné ses images, c’est sur le tas qu’elle a dû apprendre à filmer des documentaires. « Être guide pour des équipes de tournage m’a permis d’appréhender certaines erreurs à ne pas faire », avoue-t-elle.


Après son premier documentaire, Karine Genest s’est familiarisée avec les formalités administratives. Pour ce qui est du tournage, elle n’est toutefois jamais certaine des images qu’elle va réellement pouvoir filmer. « J’essaie de planifier à l’avance, mais le jour même c’est beaucoup d’adaptation », concède-t-elle.


Face aux conditions climatiques, à la présence d’animaux et à leurs comportements, les deux réalisateurs doivent demeurer patients et malléables.


Arctic Oasis est une expérience de plus dans le monde du documentaire pour Karine Genest, qui s’affirme dans le métier et ne compte pas s’arrêter là. « On a déjà quatre documentaires de prévus », précise la passionnée de l’image. Une aventure cinématographique tournée dans le Nord qui risque de se poursuivre, au grand plaisir des téléspectateurs.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561