La littérature inuite récompensée par le prix Sally Manning

Peter Igupttaq Autut a reçu le prix Sally Manning pour son récit «?Winter in Chesterfield Inlet?» qui relate ses souvenirs d’enfance lorsqu’il partait chasser et pêcher avec son père au Nunavut.

Peter Igupttaq Autut a reçu le prix Sally Manning pour son récit «?Winter in Chesterfield Inlet?» qui relate ses souvenirs d’enfance lorsqu’il partait chasser et pêcher avec son père au Nunavut.

Auteur et comédien, M. Igupttaq Autut est originaire de Chesterfield Inlet, hameau situé dans la région du Kivalliq, au Nunavut, sur la côte nord-ouest de la Baie d’Hudson. Il vit aujourd’hui à Iqaluit et déclare avoir été très surpris de recevoir ce prix.
« J’aime écrire et ça fait partie de moi. J’écris pour ma famille, car elle le mérite et par la même occasion, j’essaie de montrer à quoi ressemblent la chasse et la vie sur notre territoire traditionnel », précise l’auteur.
Dans son récit, il relate ses souvenirs d’enfance lorsqu’il partait pêcher et chasser avec son père, au cœur de la saison froide. Les nuits sous l’iglou ou les vêtements cousus dans la peau de caribou qu’ils portaient, Peter Igupttaq n’omet aucun détail. À travers ses descriptions précises, l’auteur pose un regard sur la réalité arctique et l’importance de la pêche et de la chasse au caribou, mais aussi du partage de la nourriture avec les personnes ainées de la colectivité.
Le savoir traditionnel est aussi abordé dans ce récit, celui qui permettait à son père de se diriger sans GPS. Ainsi, il savait déchiffrer le ciel et les étoiles. La direction du vent et la forme des amas de neige étaient aussi des outils de référence à une époque pas si lointaine.

« Un bonheur de lecture »
L’auteur Richard Van Camp, l’un des membres du jury, se rappelle la grande joie qu’il a éprouvée à la lecture de ce récit.
« Chaque paragraphe apporte son lot de savoirs : que ce soit la façon de vérifier les filets avant que les doigts ne gèlent ou le partage des prises de poissons et de caribous aux ainés du village, note-t-il. Cette histoire est un trésor qui illuminera le cœur et l’esprit de chaque lecteur. »
L’histoire porte un regard de l’intérieur sur un mode de vie, des traditions et un savoir traditionnel dans un hameau de l’Arctique, et l’immersion dans laquelle le lecteur est invité a semblé faire la différence parmi les membres du jury.
« Ses descriptions sont si concrètes que je peux ressentir le froid jusque dans l’oreille ! » indique Michael Kusugak, également membre du jury.
Techniques de survie, notion de partage, la morsure du froid ou la contemplation du paysage, ces thèmes abordés sous la plume singulière de M. Igupttaq ont marqué les esprits : « C’est un superbe récit nordique et je sais que je penserai encore longtemps à cette histoire », ajoute Richard Van Camp.
Très enthousiaste, l’ensemble du jury a recommandé à l’auteur de poursuivre son travail d’écriture.

Publication dans Up Here
« Winter in Chesterfield Inlet » a été publié dans le magazine Up Here dont environ 3 000 exemplaires sont disponibles dans les collectivités du Nunavut. Basé à Yellowknife, le magazine est partenaire du concours depuis cinq ans.
« C’est important d’offrir une plateforme pour les auteurs émergents du Nord et d’offrir une visibilité à leur travail ; pas seulement aux lecteurs des territoires, mais aussi à ceux plus au sud », souligne Jacob Boon, rédacteur au contenu du magazine depuis deux ans.
Pour M. Igupttaq Autut, une publication de son récit dans un magazine national est l’occasion pour le lectorat du Sud de découvrir, à travers ses souvenirs d’enfance, le quotidien d’une vie plus près du territoire traditionnel.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561