Petite enfance : La garderie Plein Soleil peaufine son programme éducatif

11 juillet 2019
La consultante Andréanne Simard souligne que le projet éducatif contribue à la professionnalisation de la garderie Plein Soleil. (Crédit photo : Denis Lord)

La consultante Andréanne Simard souligne que le projet éducatif contribue à la professionnalisation de la garderie Plein Soleil. (Crédit photo : Denis Lord)

Le lancement du programme éducatif aura lieu le 20 septembre.

« C’est le cœur de la garderie. On vient de la professionnaliser. »


Ainsi s’exprime la consultante en gestion de projet Andréanne Simard à propos du programme éducatif de la Garderie Plein Soleil, qui sera lancé officiellement le 20 septembre prochain, en même temps qu’un site Internet comprenant plusieurs outils pédagogiques pour les parents.


Testé à titre de projet-pilote pendant trois mois jusqu’au début juin, le programme éducatif de la garderie Plein Soleil a été baptisé Imagine par l’ancienne directrice de l’établissement, Rachelle Francoeur. Il est inspiré de l’œuvre du psychologue Jean Piaget et du programme éducatif Dene Kede.


Le programme vise le développement de l’enfant sur différents plans : le développement cognitif, la santé et le bienêtre physique, le développement socioaffectif, la motricité fine et le langage.


Dans ce dernier domaine, l’approche est adaptée à la situation minoritaire de la francophonie.


« C’est un outil pour les éducatrices, avec un cahier des charges », explique Andréanne Simard, qui a elle-même travaillé plusieurs années en garderie.


À un âge donné, les enfants de la garderie sont censés avoir acquis des compétences. À dix-huit mois par exemple, illustre Mme Simard, un enfant est censé pouvoir manger seul, il n’y a qu’à lui couper ses légumes et/ou sa viande; à quatre ans, il doit avoir acquis des notions de calcul et les éducatrices peuvent lui faire faire des exercices appropriés.
Il faut tout de même garder à l’esprit que chaque enfant est unique, souligne la consultante.

 

Laurence Rivet-Jaque est une ancienne éducatrice à la garderie Plein Soleil qui a aussi enseigné à la prématernelle de Sissons et St-Cyr, Elle fera partie du personnel de la prématernelle de l’école Allain St-Cyr à l'automne.
« J’ai été emballée par l’idée d’un programme qui va, peut-être pas uniformiser, mais regrouper les éducatrices vers un but commun et les appuyer », dit-elle. 


Celle qui siège au comité consultatif du projet considère que le programme est un bon outil, adapté à la minorité francophone nordique, qui permet à la garderie Plein Soleil de conserver son identité et qui s’avèrera particulièrement utile dans un établissement aux prises avec un taux de roulement de personnel élevé.

À raffiner
Après la période d’essai et une formation donnée par Natalie Labossière, Andréanne Simard a évalué les éducatrices et fait un rapport au comité-conseil Imagine, composé de représentants du ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, d’éducatrices et de la directrice générale de la Commission scolaire francophone des TNO, Yvonne Careen.
Le comité a évalué le rapport et fait ses recommandations.


« C’est un beau document, mais il y a du travail à faire dessus, concède Andréanne Simard. Il faudrait des outils de terrain [pour les éducatrices] comme une affiche. »


« Feuilleter un programme dans le feu de l’action, c’est un peu difficile », concède Mme Rivet-Jaque, faisant valoir le côté pratique d’une affiche mettant à portée de vue les points-clés du programme.


« Les éducatrices, ajoute-t-elle, se servent des principes [du projet éducatif] pour préparer des activités. L’idée est de faire des fiches pour que ça reste en banque, pour inspirer les nouvelles éducatrices. Il faut que ça soit continu, peut-être une ou deux fois par mois, pas trop, pour ne pas surcharger les éducatrices. »


Mme Simard note que les éducatrices ont besoin davantage d’encadrement et que la nomination d’Amandine Galiussi à titre d’adjointe pédagogique aidera à atteindre cet objectif.


Éducatrice à la garderie Plein Soleil, Mme Galiussi a reçu, en mai dernier, le Prix du Premier ministre pour l’excellence en éducation de la petite enfance.


« Des choses ont moins marché, analyse Andréanne Simard, comme les fiches d’activités. C’était difficile pour les filles de faire ça, elles n’étaient pas habituées. »

De la garderie à la maternelle
Laurence Rivet-Jaque souligne que le programme éducatif fera l’objet de formations annuelles pour rafraichir la mémoire des éducatrices ou pour aider les nouvelles venues, et de rencontres mensuelles où seront discutés des points précis du programme.


L’enseignante considère qu’elle bénéficiera de l’encadrement des enfants fait à la garderie lorsqu’ils évolueront dans en prématernelle.


« Ça va m’aider, dit-elle, ce sont des valeurs que je partage. Ça va donner une meilleure continuité dans le travail qu’on va faire. »


Le programme éducatif met l’accent sur l’importance des activités en plein air, un phénomène qui prend de l’ampleur à la maternelle de l’école Allain Saint-Cyr.


Mme Rivet-Jaque anticipe d’accompagner à l’occasion les élèves de prématernelle pour des demi-journées en plein air, au cours desquelles se dérouleraient certains jeux conçus pour l’acquisition de compétences.

Collaborations
Selon Mme Simard, le programme éducatif facilitera les collaborations éventuelles entre la garderie et les autres organismes francophones, car il formalise et exprime des concepts à l’œuvre dans la garderie.


Par exemple, l’Association franco-culturelle de Yellowknife organise un spectacle de violoneux à la garderie en juillet, ce qui correspond à la notion d’éveil aux arts inhérente au programme éducatif Imagine.


En outre, l’établissement d’un programme plus stable axé sur des objectifs bien définis devrait faciliter l’accès au financement public.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561