S'abonner à Médias Ténois

La fondation Holcim décerne un prix au Wellness Center

02 décembre 2021
L’ainée Bessie Sitaltak, cofondatrice de l’Arctic Indigenous Wellness Foundation. (Crédit photo : Thomas Ethier)

L’ainée Bessie Sitaltak, cofondatrice de l’Arctic Indigenous Wellness Foundation. (Crédit photo : Thomas Ethier)

Le centre de consultation traditionnelle Arctic Indigenous Wellness Foundation (AIWF) de Yellowknife a remporté en novembre un prix de 50 000 $ de la Fondation Holcim, qui récompense chaque année des projets de construction durable à travers le monde.

Le plan d’ensemble du futur centre de guérison de l’AIWF est arrivé en deuxième position, parmi les 250 projets inscrits dans la catégorie nord-américaine du concours. Une délégation de l’AIWF s’est rendue à Venise, en Italie, pour accepter le prix, remis le 13 novembre dernier, dans le cadre du gala bisannuel de la Fondation Holcim. Les 50 000 $ seront consacrés au projet de construction du centre, qui pourrait être mis en branle au cours de la prochaine année, selon l’AIWF.

 

Une vision de groupe

La fondation Holcim a notamment reconnu le travail collaboratif ayant mené à l’élaboration du plan d’ensemble de ce futur centre de guérison. Si les plans sont signés par l’architecte Mason White, de la firme torontoise Lateral Office, ils ont été créés avec la participation d’ainés des quatre coins du territoire, d’experts du système de santé des TNO et de jeunes Autochtones.

« Oh ! Comme nous nous sommes amusés ce jour-là ! », se rappelle l’ainée et thérapeute Bessie Sitaltak. Assise dans son espace de guérison, à l’intérieur duquel règne une odeur de sauge, celle qui est également cofondatrice de l’AIWC décrit un projet élaboré pour les gens du nord, par les gens du nord.

C’est elle qui, avec son équipe, a rassemblé les ainés du territoire pour organiser les ateliers de création. « Mason, l’architecte, a apporté toutes sortes de blocs de bois, et nos ainés ont eu l’occasion d’agencer les différentes structures imaginées pour le futur centre, et de créer l’édifice que nous avions en tête », explique-t-elle.

L’édifice sera construit aux abords du lac Frame, à proximité de l’hôpital territorial Stanton de Yellowknife. « Ce centre sera consacré aux Inuits, aux Dénés et aux Métis du Nord, mais nous acceptons tout le monde, explique Mme Sitaltak. Nous voulions aussi nous assurer que toutes les personnes autochtones qui se trouvent à l’hôpital Stanton puissent s’y rassembler. S’ils le veulent, nous pourrons leur offrir une guérison. »

Les plans de l’édifice incluent trois modules interconnectés, consacrés au volet éducatif de l’organisme, aux rassemblements, et aux consultations traditionnelles. « Nous voulions un immense édifice en cercle, dans lequel nous allions pouvoir également organiser des conférences, des rassemblements, des ateliers et des formations », ajoute Mme Sitaltak.

« À l’extérieur, nous voulions bâtir un immense bâtiment, poursuit-elle, que nous appellerons le fumoir, dans lequel nous alimenterons un feu pour cuisiner, et fournirons tous les outils nécessaires pour préparer la viande et le poisson séchés. »

L’Arctic Indigenous Wellness Foundation a pour mandat d’offrir des services de guérison traditionnelle et autochtone dans le Nord. « L’AIWF s’engage à travailler avec ses patients, les travailleurs de la santé, les chercheurs et les politiciens pour assurer un accès équitable pour tous les résidents du Nord, à des services de bienêtre de qualité, basés sur la tradition », peut-on lire sur le site Web de la fondation.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.