La fierté, tout l’été

Damian Benoit, organisateur de la Pride Festival, s’engage depuis 2016 pour la Rainbow Coalition de Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)

Damian Benoit, organisateur de la Pride Festival, s’engage depuis 2016 pour la Rainbow Coalition de Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)

L’été 2021 marque le 10e anniversaire de la Rainbow Coalition de Yellowknife, qui propose cette année un festival pour tous les gouts, tous les âges, et tous les genres.

Thomas Ethier - IJL - Territoires

Inclusion et diversité sont les thèmes de l’été dans la capitale. Le Yellowknife Pride festival 2021 bat son plein, à travers une programmation qui s’adresse tant à la communauté LGBTQ+, qu’à tous ses alliés et à toutes les familles des TNO. Les festivités s’étendent cette année jusqu’au 7 aout, jour de la désormais traditionnelle course Rainbow Run.

Pour cette édition de 2021, la Rainbow Coalition de Yellowknife propose également quelques nouveautés. Les festivaliers de Folk On The Rocks auront ainsi l’occasion de rencontrer, le samedi 17 juillet, les jeunes participants du camp de jour 2SLGBTQIAP+ Justice Camp, initiative de 2020, qui offriront une performance sur la scène Cabin. L’occasion pour plusieurs festivaliers de voir s’incarner les revendications d’une génération Z en pleine effervescence.

 

Dix ans d’efforts

Le 27 juin, la Rainbow Coalition célébrait ses dix ans. Dix années consacrées à faire des Territoires du Nord-Ouest un endroit plus sûr et plus équitable pour les jeunes, les adultes et les familles de la communauté 2SLGBTQIA+. Plusieurs des programmes que l’on doit à l’organisme visent en grande partie à sortir les jeunes de l’isolement, un enjeu propre au Nord.

C’est dans cette optique que s’ouvrait en 2016 le centre jeunesse Rainbow Youth Center, un lieu ouvert aux jeunes 2SLGBTQIAP+, à leurs familles, et à leur communauté. « C’est un lieu où les jeunes peuvent apprendre, s’impliquer et créer des liens avec d’autres jeunes, ce qui peut être un défi lorsqu’on habite une petite communauté comme Yellowknife », explique Damian Benoit, membre de la coalition, qui a participé à l’ouverture du centre jeunesse.

Comme l’explique M. Benoit, la Rainbow Coalition consacre beaucoup d’efforts à rejoindre tous les jeunes de la communauté LGBTQ+, à travers tout le territoire. « La coalition communique beaucoup avec les plus petites collectivités, comme Norman Wells ou Inuvik, par exemple. Nous souhaitons toujours savoir comment nous pouvons, à Yellowknife, leur offrir notre appui et promouvoir leurs festivals de la fierté », indique-t-il.

Or, si elle génère souvent un certain isolement, la démographie modeste du territoire faciliterait également, selon M. Benoit, les échanges au sein de la communauté. « Les gens sont vraiment connectés dans le Nord. Nos évènements sont plus petits, et c’est sans doute plus facile de créer des liens. Il y a beaucoup plus d’appui de la communauté, je crois, qu’ailleurs au pays, indique-t-il. Plusieurs entreprises tiennent chaque année, par exemple, à commanditer notre festival. »

Depuis son ouverture, il y a 10 ans, a-t-on remarqué à la Rainbow Coalition une évolution des mentalités ? « Je crois que les TNO et Yellowknife ont vraiment grandi en 10 ans, en ce qui a trait à l’inclusion et au respect de la communauté LGBTQ+, affirme M. Benoit. On peut le constater, par exemple, aux traverses piétonnes devant la mairie de Yellowknife qui sont peintes aux couleurs de l’arc-en-ciel et même, depuis cette année, aux couleurs du drapeau transgenre. C’est un geste très important et vraiment très apprécié. »

« Les résidents de Yellowknife veulent s’informer, ils veulent apprendre, poursuit-il, et être aussi respectueux et inclusifs que possible. Il y a quelques années, la Pride Festival n’avait lieu qu’à Yellowknife. Ce n’est plus le cas. De plus en plus de municipalités et de collectivités tiennent aujourd’hui leur propre festival. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.