La fibre jusqu’au Kivalliq

20 février 2020
Le président du conseil d'administration de l'Association des Inuits de Kivalliq paraphe l'entente de principe.

Le président du conseil d'administration de l'Association des Inuits de Kivalliq paraphe l'entente de principe.

L’Association des Inuits de Kivalliq, la Banque d’infrastructures du Canada, Sakku Investissements et Anbaric ont signé, le 5 février dernier, un protocole d’entente sur l’établissement d’une ligne d’électricité et d’un réseau de fibre optique dans la région de Kivalliq, située au Nunavut, près de la baie d’Hudson.
La ligne de transmission de 150 mégawatts permettrait d’alimenter les mines présentes et futures du Kivalliq et les municipalités de Baker Lake, Arviat, Chesterfield Inlet, Rankin Inlet et Whale Cove.
Le réseau de fibre optique et la ligne de transmission d’électricité partiraient de Gillam, dans le nord du Manitoba pour parcourir 1200 kilomètres jusqu’à Baker Lake.
« Le plan est de rejoindre Rankin Inlet en 2026 et Baker Lake dans les saisons suivantes », précise le président du secteur de transmission de la firme américaine Anbaric, Clarke Bruno.
Le cout du projet est évalué à 1,6 milliard de dollars.

Électricité propre
« Ce qu’on annonce aujourd’hui, précise le président de la Banque d’infrastructures du Canada, Pierre Lavallée, c’est un protocole d’entente pour élaborer le projet, faire de la planification, estimer les couts et les revenus, les impacts environnementaux, sociaux et économiques avec les partenaires pour établir une vue d’ensemble sur le projet. Une décision d’investissement viendra à une phase ultérieure. »
« Cela amènerait une électricité propre, parce qu’elle est produite au Manitoba à partir de barrages hydroélectriques, et qui remplacerait l’énergie produite aujourd’hui avec du diésel. Cela aurait des impacts environnementaux positifs très importants. »
Étant donné l’ampleur du projet, aucun terme n’a été fixé pour l’évaluation, explique M. Lavallée.
« C’est un très gros projet, nous allons nous donner le temps de […] bien identifier les différentes complexités. On parle de 1200 kilomètres. »

De meilleures communications
La fibre optique doit rendre les communications par Internet plus efficaces et moins dispendieuses qu’avec le réseau par satellite actuellement employé.
« Les ressources en éducation disponibles pour une connexion à large bande passante sont plus nombreuses que pour une connexion plus lente », de dire Clarke Bruno. Il vante également la supériorité de la fibre optique pour la médecine et la télémédecine et l’amélioration qu’elle apportera aux services gouvernementaux.
« Partout, le gouvernement est dépendant d’Internet pour être plus efficace. Les services gouvernementaux dans ces collectivités vont s’améliorer. […] Cela bénéficiera aussi aux autres collectivités, qui auront plus de capacité d’action qu’avec le satellite. »
Anbaric est une firme du Massachusetts soutenue financièrement par le Régime de retraite des enseignants et enseignantes de l’Ontario. Elle possède un bureau à Montréal.
M. Bruno affirme que son groupe travaille avec l’Association des Inuits du Kivalliq depuis près de deux ans pour élaborer le projet.
Plusieurs personnalités politiques étaient présentes à Ottawa pour la signature de l’entente de principe, dont le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, et le président d’Inuit Tapiriit Kanatami, Natan Obed.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561