S'abonner à Médias Ténois

La diversité de genre incluse dans le Recensement 2021

Le 13 juillet, Statistique Canada a rendu public le troisième volet du Recensement 2021. Pour la première fois, les questionnaires ont abordé la question de la diversité de genre dans les couples, avec des données sur les couples formés de personnes cisgenres, transgenres ou non-binaires. De nombreuses informations sur le revenu des familles et sur les expériences militaires ont aussi été communiquées, donnant un aperçu de la situation économique actuelle des foyers canadiens.

La crise sanitaire a affecté la santé des Canadiens, la santé humaine, mais aussi financière. Le revenu moyen par emploi a augmenté, notamment à cause de la disparition de nombreux emplois peu rémunérés.

La croissance du revenu, qui mesure l’augmentation des moyens de subsistance issus du travail, a augmenté chez les ménages à faible revenu, à cause des nombreuses aides et accompagnements financiers mis à disposition par les gouvernements territoriaux, provinciaux et fédéraux.

Aux Territoires du Nord-Ouest, le revenu de l’emploi médian (qui divise la population en deux parties égales : autant de personnes gagnent plus, et de personnes qui gagnent moins) a augmenté de 5,6 % entre 2015 et 2020 – les mesures du revenu se font un an avant le reste du recensement.

Cette augmentation a touché avec la même dynamique les autres territoires : +11,8 % au Nunavut et +5,7 % au Yukon, et la Colombie-Britannique (+3,3 %), alors que c’est l’inverse en Alberta (-6,3 %), ce qui est attribué à la baisse de l’industrie pétrolière albertaine.

Ces augmentations du revenu sont en partie dues, selon Statistique Canada, aux aides et accompagnements financiers mis en place pendant la crise sanitaire. Ainsi, plus de deux Canadiennes et Canadiens sur trois (68,4 %) ont reçu une ou plusieurs prestations financières pendant la pandémie. Ce qui a augmenté proportionnellement le revenu.

Les effets de ces aides et les variations de revenu à l’échelle territoriale cachent néanmoins de grandes disparités selon les secteurs. Dans le domaine de l’hébergement, de la restauration, de l’art et des loisirs, les revenus ont chuté d’environ 25 %, alors qu’ils ont augmenté de manière substantielle dans les secteurs de la finance, de l’assurance ou dans les administrations.

 

Nouvelles informations sur les couples et les familles

Pour la première fois dans un recensement national, les familles avaient l’opportunité de communiquer à la fois sur leur sexe, sur leur genre, et sur la diversité de leur couple et noyau familial.

Aux Territoires du Nord-Ouest, ce sont 150 couples parmi les 8440 recensés par Statistique Canada qui se sont déclarés comme de même genre, transgenre ou non-binaires. À l’échelle du Canada, ce sont environ 95 000 couples qui se sont déclarés de même genre, et un peu plus de 32 000 couples transgenres ou non binaires. C’est la première fois que le Recensement fait la place à toutes les variétés de genre et de sexe dans un couple.

Si, pour l’ensemble du Canada, le recensement donne une vision de la répartition des familles avec et sans enfants selon la diversité de genre, ces informations ne sont pas disponibles dans les territoires. D’après le site de Statistique Canada, c’est « en vertu des dispositions de la Loi sur la statistique » que sont réservées ces informations. Pour information, et à défaut de pouvoir décrire la situation dans les territoires : en Alberta, environ un couple comptant deux femmes cisgenres sur quatre a déclaré avoir un enfant. À peine un couple comptant deux hommes cisgenres a déclaré être dans la même situation, alors que c’est près d’un couple transgenre sur trois qui a des enfants.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.