S'abonner à Médias Ténois

La délégation inuite porte l’affaire Rivoire jusqu’au Vatican

Le lundi 28 mars, le président de l’Inuit Tapiriit Kanatami, Natan Obed, sollicitait l’intervention du pape François dansl’affaire du prêtre abuseur Rivoire. (Crédit photo : Capture d’écran de la conférence de presse)

Le lundi 28 mars, le président de l’Inuit Tapiriit Kanatami, Natan Obed, sollicitait l’intervention du pape François dansl’affaire du prêtre abuseur Rivoire. (Crédit photo : Capture d’écran de la conférence de presse)

La délégation inuite, composée de huit personnes et menée par le président de l’organisme Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), Natan Obed, a rencontré le pape le 28 mars. Lors d’une conférence de presse organisée dans la foulée de cette rencontre privée, M. Obed a indiqué que le dossier du prêtre oblat Rivoire a été discuté. Le président de l’ITK a précisé que la délégation a demandé au pape François d’intervenir dans cette affaire, afin que Joannes Rivoire se rende au Canada et fasse face à la justice.

« Nous voulons que cette nouvelle relation entre les Inuits et l’Église Catholique, dans le cadre de la réconciliation, soit basée sur des actions, et aussi sur des ambitions partagées. C’est une réalité tellement déchirante de voir que certaines personnes auraient dû être traduites devant la justice il y a des décennies, et que certaines victimes sont décédées avant que justice ne soit faite », a-t-il fait valoir.

M. Obed a aussi indiqué que le pape a répondu favorablement à cette demande et qu’il ferait tout en son possible pour travailler avec le gouvernement français, afin que M. Rivoire soit extradé ou qu’il soit jugé en sol français.

Âgé de plus de 90 ans, le prêtre Rivoire, qui réside actuellement à Lyon, est au centre d’une nouvelle plainte reçue en septembre 2021 d’une de ses victimes, pour des allégations d’agressions sexuelles qui auraient eu lieu dans les années 1970 au Nunavut.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.