La couronne à portée de main

Shayla Moore, 15 ans, concourt pour être la Reine du Carnaval de Hay River. (Crédit photo : Shayla Moore)

Shayla Moore, 15 ans, concourt pour être la Reine du Carnaval de Hay River. (Crédit photo : Shayla Moore)

Pour Shayla Moore, février rime avec célébrité. À 15 ans, elle est depuis quelques semaines sous le feu des projecteurs de Hay River et de sa communauté francophone : elle se présente à l’élection de la Reine du K'amba Carnival.
Élève à l’école Boréale, elle espère plus que tout être élue, et ce, pour une raison bien précise : marcher dans les pas de son ainée. « L’an dernier, ma sœur a été couronnée, ce serait génial que ce soit elle qui me transmette sa place », explique l’adolescente. Un passage de relais qui prendra peut-être vie le 5 mars à 17 heures.

Compétition amicale
Quatre autres concurrentes, toutes anglophones et issues d’une autre école de la ville. « C’est dur d’être en compétition avec elles, parce que ce sont mes amies, explique l’adolescente. À chaque fois qu’on se voit, on parle du carnaval et de on se demande bien qui sera la reine. »
Avant de se présenter au concours final, les candidates doivent tout d’abord se soumettre à quelques détails administratifs. « J’ai demandé au directeur de l’école qu’il me fasse une sorte de lettre de recommandation et, une fois que j’ai été acceptée, il fallait que je vende le plus de billets possibles jusqu’au jour de l’élection », détaille l’adolescente.
À deux jours de l’ultime révélation, elle révèle avoir vendu environ 80 billets, à 5 $ l’unité.
À l’image d’une professionnelle, Shayla a même réussi à obtenir une commandite d’un magasin d’alimentation de Hay River. « Avant de connaitre le résultat, je vais dire un grand merci à tout le monde, ça fait partie des choses à faire pour gagner des points. »

Francophonie
« J’apprends le français depuis la maternelle. » Élève à l’école Boréale de Hay River, Shayla est canadienne anglophone. Dans sa famille, seules sa sœur et elle étudient et parlent la langue de Louis Riel. « Comme moi, elle a eu le soutien de beaucoup de francophones de la ville », soutient-elle.
« Dans le Nord, on a la possibilité de faire plein de choses, comme par exemple apprendre le français, souligne-t-elle. Maintenant, c’est ma deuxième langue. »

Engagement
À côté de ses études, la jeune fille travaille pour un programme destiné aux jeunes, Foxy. Ce dernier fait la promotion de la santé mentale et sexuelle dans le Nord. « Des membres sont venus faire une présentation à l’école et m’ont demandé si je voulais y participer », se souvient la candidate, qui est aujourd’hui salarié quelques fois par mois pour cet organisme.
Quand elle sera (plus) grande, Shayla ne souhaite pas faire des podiums ou de la scène son métier, mais plutôt fouler les salles de classe en devenant enseignante.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561