Sur les murs : La cartographie humaine de Pat Kane

(Crédit:Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles)

(Crédit:Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles)

Le musée Prince-de-Galles propose une rétrospective des portraits du photographe Pat Kane.

L’exposition « Visages des TNO » est un hommage à tous ceux qui ont élu domicile aux Territoires du Nord-Ouest. « Après plus de 14 années passées à photographier le Nord, choisir ces clichés s’est révélé une tâche colossale », écrit Pat Kane. (Courtoisie : Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles)

L’exposition de photographie de Pat Kane « Visages des TNO » s’est ouverte dans une très grande discrétion au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, au début juin, mais elle mérite très certainement un peu plus de bruit et de lumière.


La lumière est d’ailleurs un de ces éléments fascinants des 39 portraits grand format proposés par Kane. Les oeuvres ont été choisies parmi l’immense collection du photographe qui oeuvre dans le Nord depuis 14 ans.


Réfléchie dans les couleurs vives des vêtements de cet enfant jouant avec un bout de bois derrière une cabane au lac Tathlina, brillant dans le sourire de cette femme raclant une peau de gibier, nimbant le ciel et l’eau qui entourent trois jeunes femmes vêtues de noir dans leur pose de guerrières, la lumière anime les êtres et les décors.


Évidemment, une expo consacrée aux visages des TNO ne saurait être réussie sans un bon casting. Ils sont là, au bon endroit, au bon moment, dans le bois ou dans une échoppe, au volant d’une motoneige ou dans un terrain de jeu, souriants, interrogateurs ou mélancoliques.


On goutera particulièrement les portraits de personnes âgées comme celui d’Alphonse Apples, de Gamètì, qui arbore paradoxalement un air gamin et espiègle. On appréciera aussi la liberté empreinte d’humour que l’artiste a prise en cachant complètement le visage de Maryann Mantla sous son fichu.


Tout ça est d’un grand plaisir à contempler. Membre de la Première Nation Timiskaming, au Québec, Pat Kane a notamment été publié dans le Canadian Geographic et le Globe and Mail. Il fait partie du collectif Natives Photograph.


L’exposition se poursuit jusqu’en décembre 2019.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages