Sur les planches : La Vie est Musique, pendant et après

Guillaume Boris en spectacle au gymnase de l'école Allain St-Cyr. (Crédit photos : Mélanie Genest)

Guillaume Boris en spectacle au gymnase de l'école Allain St-Cyr. (Crédit photos : Mélanie Genest)

 Sur les planches
La Vie est Musique, pendant et après

La scène de l’école Allain St-Cyr accueille Hélène Lemay et Natal Prévost ou le Ninja de l’Oreille absolue.
Mélanie Genest

De la musique, des rires, de la danse et des enfants contents, il y en avait, à l’école Allain St-Cyr, le jeudi 27 février 2020. Les élèves de la prématernelle à la sixième année ont reçu la visite de La Vie est musique. Cet atelier-spectacle ludique, éducatif et interactif, qui a la musique pour thème et pour véhicule, a su tenir les élèves animés, engagés et attentifs. Le spectacle qui tourne depuis deux ans et termine sa tournée ici, à Yellowknife, est mené par des mains de maitre par un comédien dynamique et efficace et des musiciens professionnels et aguerris qui partagent avec bonheur leur passion pour la musique.
Sur scène, le comédien Guillaume Boris, qui assure l’animation et la narration en remplacement de Jean-François Poulin; le guitariste « que l’on s’arrache » Jimmy Lahaie, qui a aussi joué de la scie musicale avec un archet pour nous montrer comment on génère le chant des fantômes au cinéma… Une apparition-éclair et marquante du metteur en scène et clarinettiste André Moisan, dans le rôle de l’abeille qui buzz et te cours après pour te piquer… Les enfants ont adoré !

La présence radieuse de la tromboniste et directrice artistique du spectacle, Hélène Lemay, et aussi, surtout, l’enfant prodige au centre de la création de La vie est musique, Natal Prévost.
Hélène Lemay, qui dirige la compagnie de production Tuxedo Swing, à Montréal, et qui développe différents concepts artistiques, nourrissait le désir depuis longtemps de monter un spectacle jeunesse, « pour aller chercher les jeunes et faire découvrir la musique aux jeunes ». Elle qui a eu la chance d’être initiée à la musique très tôt dans sa vie, s’est donné pour mission d’amener la musique dans les écoles, parce que maintenant, rappelle-t-elle, ce n’est plus toutes les écoles primaires qui ont accès à la musique ». Non seulement ce partage, mais un des gros objectifs de la création de ce spectacle vient du désir d’introduire son filleul Natal, duquel elle est très proche et qui a commencé à faire de la musique à l’âge de 3 ans. Elle voulait faire de la scène avec lui et l’emmener en tournée ! Mission accomplie ! Elle a conçu, littéralement, le spectacle autour de lui.

L’oreille absolue
Et pour cause ! Le jeune homme de 11 ans n’est pas banal du tout. On a même affaire à un petit génie sur deux pattes; un enfant surdoué. Il possède un don assez phénoménal, celui de l’oreille absolue. C’est-à-dire qu’il peut reconnaitre la note juste de tous les sons qu’il entend. Impressionnant. Un humain sur dix-mille possède cette capacité, qu’il a découverte en entendant un camion reculer ! Le fait que Natal soit entouré de musiciens dans sa famille a permis de détecter rapidement la faculté étonnante. Hélène Lemay affirme que la plupart des gens qui ont ce don ne le savent probablement pas. « Vu qu’il avait déjà des notions musicales, son cerveau a pu dire ah, ok, je connais la note; je reconnais la note, mais un enfant qui n’a pas de théorie musicale ou qui n’a pas accès à la musique a peut-être le don de l’oreille absolue, mais il ne le sait tout simplement pas », de commenter la musicienne.
Natal Prévost, dit « le Ninja de l’oreille absolue » dans le spectacle, ne fait pas que deviner la note exacte des clochettes et des sons de l’environnement, il fait aussi de la musique.
« En ce moment, je suis des cours à l’Académie du Conservatoire de Montréal, je fais des percussions. On me voit jouer du xylophone sur scène, mais ce n’est bien sûr pas le seul instrument que je joue, je joue aussi du marimba, c’est comme un xylophone, mais avec des tubes sous les notes pour faire résonner. Je joue aussi de la caisse claire et des timbales. Timbale est d’ailleurs un des premiers mots que j’ai su dire », confie le jeune homme, le sourire à la voix.
Est-ce que toutes les études de Natal tournent autour de la musique, ou alors il fait aussi des mathématiques, du français ?
« Oui, répond-il. Mais à l’école, pour moi, je n’avance pas, j’apprends juste ce que je connais déjà, finalement, je n’apprends rien de totalement nouveau. » La marraine, ici, intervient et ajoute que Natal fréquente l’école internationale à Montréal, qu’il apprend les langues, les mathématiques, les sciences, qu’il a un profil musical, mais qu’il est fasciné et passionné par plein de choses. »
Lui qui construit des jeux (vidéo) d’évasion maison dans ses temps libres, compose aussi de la musique avec des logiciels. Il a utilisé par le passé des logiciels d’édition de partitions musicales tels que Sibelius 6 et Sibelius 7. Il confie avoir récemment pris gout à la musique plus électronique comme le dubstep, la house, et il est embêté quant au logiciel à adopter.
« Un des compositeurs que je connais bien utilise Logic pro X, sauf que Hélène propose d’essayer Gadget 2 », dit-il.
« Avant, il composait de la musique plus classique et il était extraordinaire, maintenant, ses gouts ont changé et c’est parfait, on essaye de lui donner des outils pour qu’il puisse continuer à composer selon ses propres gouts, selon son intérêt à lui. Chacun trace son propre chemin », de continuer la tromboniste.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
Journaliste | Denis Lord
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561