S'abonner à Médias Ténois

La Russie belliqueuse : les craintes pour l’Arctique sont-elles justifiées ?

Les rangers et les rangers juniors tiennent régulièrement des entrainements afin de se former aux bonnes pratiques de premiers soins, de stabilisation des victimes et du transport sécuritaire vers les centres de soins. (Crédit photo : 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens)

Les rangers et les rangers juniors tiennent régulièrement des entrainements afin de se former aux bonnes pratiques de premiers soins, de stabilisation des victimes et du transport sécuritaire vers les centres de soins. (Crédit photo : 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens)

Plus de deux mois se sont écoulés depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Alors que des inquiétudes avaient d’abord été exprimées par les premiers ministres des trois territoires quant à la sécurité de l’Arctique, la menace actuelle demeure faible.

Karine Lavoie

Créée au cours de la Seconde Guerre mondiale, tandis que l’on craignait des incursions japonaises sur la côte de l’océan Pacifique, l’institution des Rangers canadiens célèbre en 2022 son 75e anniversaire. La création de cette entité avait pour objectif d’assurer une présence militaire dans les régions éloignées et isolées du Canada ne pouvant être desservies par les éléments réguliers des Forces armées canadiennes. De nos jours, les Rangers canadiens remplissent plusieurs rôles et responsabilités, dont celui d’être le promoteur et le gardien de la tradition et du savoir, et ce, surtout dans les collectivités autochtones. Bien que ceux-ci n’effectuent aucune mission de combat et n’ont à leur disposition que des armes de chasse, leur présence est essentielle au pays.

 

Une présence gouvernementale

Le 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens possède son siège social à Yellowknife et mène ses activités à travers les trois territoires ainsi qu’à Atlin, en Colombie-Britannique. Ce groupe est reconnu pour représenter les yeux et les oreilles des Forces dans le Nord.

Sa mission comporte deux volets, dont le premier est de fournir des forces mobiles autonomes et dotés d’équipement léger à l’appui des opérations de l’armée. Quant au deuxième volet, il implique de mettre en œuvre un programme des Rangers juniors canadiens, destiné aux jeunes âgés de 12 à 18 ans.

« Les Rangers ont un statut particulier, c’est-à-dire qu’ils sont, quelque part, beaucoup plus des gardiens ou des mentors ou des éclaireurs, si vous voulez, de l’armée sans être des militaires à proprement parler, même s’ils sont assujettis à la Loi sur la défense nationale. Donc, ils n’ont pas un statut de combattant », résume Stéphane Roussel, professeur titulaire à l’École nationale d’administration publique et membre de l’Observatoire de la politique et la sécurité de l’Arctique. Il mentionne également que les Rangers ne jouent pas un rôle de force constabulaire, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas se substituer à la police.

Pour l’instant, Stéphane Roussel juge que le rôle des Rangers est suffisant dans le contexte de la guerre en Ukraine, expliquant que ceux-ci assurent une forme de présence gouvernementale.

« Je vois l’Arctique canadien comme une zone qui est vulnérable, c’est certain, mais elle n’est pas menacée pour autant. Il n’y a pas d’intérêt pour les Russes, à court terme en tout cas, de débarquer sur une ile ou un territoire canadien puis d’essayer de planter leur drapeau », estime Stéphane Roussel. Selon lui, l’Arctique pourrait d’abord devenir une zone de transit que l’on traverserait, et non une zone que l’on tenterait de conquérir ou d’attaquer.

De son côté, le gouvernement du Yukon affirme surveiller la situation de près, mais avoir reçu l’assurance du gouvernement fédéral que la menace actuelle envers l’Arctique demeure faible. « Nous appuyons les efforts du gouvernement du Canada pour faire progresser la coopération dans l’Arctique tout en tenant la Russie responsable de son agression en Ukraine. Le gouvernement du Yukon continuera de soulever la question de la sécurité dans l’Arctique et de partager son point de vue sur le paysage géopolitique changeant de l’Arctique avec ses homologues canadiens et internationaux », déclare?Eilidh Fraser, responsable des communications au Conseil exécutif du gouvernement du Yukon.

Malgré le conflit russo-ukrainien en cours, il n’y a aucun plan concret prévu pour le recrutement d’effectifs supplémentaires. « Les Rangers canadiens recrutent au sein de leurs propres collectivités et la taille des patrouilles correspond à un effectif établi. De nouveaux membres peuvent seulement être ajoutés s’il y a des places disponibles et que les dirigeants de la patrouille le permettent », nous explique une source, qui a préféré demeurer anonyme, au sein de l’unité du 1er Groupe de patrouille des Rangers canadiens aux Forces armées canadiennes. Il ajoute qu’à la suite d’une réduction des activités au cours des deux dernières années en raison de la COVID-19, un retour à un niveau prépandémique est à prévoir avec l’élimination des restrictions de voyage.

 

Calmer les inquiétudes

Au cours des prochains mois, la ministre de la Défense nationale, Anita Anand, effectuera une visite ministérielle dans l’Arctique. « La ministre Anand croit que la sécurité de notre Arctique est primordiale », affirme Daniel Minden, attaché de presse et conseiller principal en communication de la ministre de la Défense nationale.

« La ministre Anand a hâte de discuter avec les communautés du Nord, les dirigeants autochtones, les premiers ministres des territoires et les membres des Forces armées canadiennes au sujet de notre travail continu pour renforcer la souveraineté du Canada dans l’Arctique », poursuit Daniel Minden.

Selon Stéphane Roussel, cette visite est utile puisque, en plus de signaler l’intérêt du gouvernement, cela permet à la ministre et à son entourage de constater la situation et ainsi prendre conscience de certains problèmes et de certaines limites. À l’instar de tous les pays occidentaux, il indique que le Canada est en train d’évaluer sa vulnérabilité et la façon dont la Russie pourrait l’atteindre si le conflit?se mettait à dégénérer.

D’autre part, Stéphane Roussel suspecte que cette visite représente également une réponse face à l’inquiétude que beaucoup de Canadiens entretiennent à l’égard de leur Grand Nord. Relevant les délais observés entre une déclaration politique et l’aboutissement de celle-ci dans l’Arctique canadien, il exprime toutefois un certain scepticisme sur ce qu’il en ressortira.

Du côté du gouvernement du Yukon, on estime que la sécurité de l’Arctique est davantage assurée en raison de la résilience des collectivités dans le Nord. Eilidh Fraser souligne que des investissements dans des domaines tels que les soins de santé, les infrastructures essentielles et les programmes comme celui des Rangers canadiens assureront la sécurité et renforceront la résilience face aux urgences domestiques et à l’étranger.

« Alors que le monde porte une plus grande attention à l’Arctique, l’engagement du Canada à investir dans cette région doit se faire en s’assurant que les habitants du Nord disposent des outils et des ressources nécessaires pour soutenir leur santé, leur communauté et leur culture, tout en garantissant les compétences, les connaissances et la capacité de se défendre contre toute menace, qu’elle soit environnementale ou autre », conclut Eilidh Fraser.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.