L’exploitation de terres rares débutera en mars

Signature de l’entente de service entre la société Cheetah Resources (Vital Metals) et Det'on Cho, dans les bureaux de Cheetah Resources à Yellowknife. (Courtoisie Vital Metals)

Signature de l’entente de service entre la société Cheetah Resources (Vital Metals) et Det'on Cho, dans les bureaux de Cheetah Resources à Yellowknife. (Courtoisie Vital Metals)

Pour la première fois au Canada, une entreprise autochtone s’apprête à opérer un site minier.
Et c’est pour un projet d’exploitation des terres rares, une autre première au pays.

Baptisé Nechalacho, le premier projet d’exploitation des terres rares au Canada va commencer en mars au site du lac Thor, à une centaine de kilomètres à l’est de Yellowknife. La compagnie minière Cheetah Resources, filiale de Vital, a signé un contrat de 8,7 millions avec Det’on Cho Nahanni Construction.

Det’on Cho Nahanni Construction, propriété de la Première Nation des Dénés Yellowknives, va diriger la phase de démonstration de ce projet, qui devrait durer trois ans. De mars à septembre, ses ouvriers vont exploiter une « petite mine à ciel ouvert », selon le communiqué publié par Vital le 22 février, et extraire la roche du gisement. Vital Metals Limited est une société minière australienne.

Le minerai extrait sur le site sera stocké, puis criblé et trié par les employés de la filiale Cheetah Resources durant les périodes estivales, de 2021 à 2023. Selon le communiqué, le produit trié sera par la suite transporté à l’usine d’extraction de terres rares de Vital, à Saskatoon, où sera produit et vendu un carbonate de terres rares. La construction de cette usine devait se terminer en 2021. Celle-ci sera adjacente au premier centre de traitement des terres rares au Canada, détenu et géré par le Conseil de recherche de Saskatchewan, dont les opérations devaient commencer fin 2022.

Vital a signé une entente avec la compagnie norvégienne REEtec, ce mois-ci, dans laquelle elle s’engage à lui fournir 1000 tonnes d’oxydes de terres rares par année pour les cinq prochaines années, avec l’option d’en acheter plus. « Il est prévu qu’il y aura d’autres opérations minières sur le site en 2024 pour reconstituer les stocks », pouvait-on lire dans le communiqué de l’entreprise Vital.

La Première Nation des Dénés Yellowknives se félicite d’être partie prenante de ce projet. « Les Dénés Yellowknives sont heureux d’être le premier groupe autochtone du Canada à être responsable de l’extraction de minerai sur leur terre traditionnelle a déclaré le chef de la Première Nation, Ernest Betsina, dans le communiqué publié par Vital. Quand les Autochtones conduisent les opérations minières, ils sont davantage en mesure de contrôler les processus, ce qui permettra de mieux préserver l’environnement. Une participation significative dans l’extraction de minerais critiques pour l’économie verte crée de l’emploi et procure des bénéfices à nos membres et entreprises. »

On trouve des terres rares dans de nombreux objets de la vie quotidienne, par exemple, dans les batteries, les téléphones, les téléviseurs, les aimants ou les ampoules fluorescentes. Si on les dit « rares », c’est que, bien qu’elles soient relativement abondantes dans la croute terrestre, il y en a une quantité fixe et qu’elles sont très prisées par les industries. C’est la Chine qui domine largement la production mondiale.

On estime qu’entre 25 et 30 emplois saisonniers seront créés durant la première phase de ce projet.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.